Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'OCI, cet ONU de la loi islamique qui a pour mission de protéger et "d'élargir" l'oumma dans le monde (partie 1)

Dans cet article, Alexandre del Valle continue le "feuilleton", initié cet été, qui expose les stratégies subversives des "grands pôles mondiaux de l'islamisme" sunnite, souvent alliés de l'Occident, et qui oeuvrent de façon pacifique mais plus efficacement encore que les islamistes terroristes, à la destruction des valeurs laïques et occidentales dans le monde par des moyens institutionnels et sous couvert de "défense de la religion" et du "droit à la différence".

Géopolitico-scanner

Publié le - Mis à jour le 12 Octobre 2016
L'OCI, cet ONU de la loi islamique qui a pour mission de protéger et "d'élargir" l'oumma dans le monde (partie 1)

L'OCI a toujours été particulièrement active dans les conflits opposant musulmans et non-musulmans, ainsi que l’on a pu le constater au Liban, au Cachemire, et surtout en Bosnie, au Kosovo ou en Syrie.

Organisme intergouvernemental à finalité politique, économique et culturelle, l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), fondée à Rabat en 1969 et siégeant à Jeddah, est largement financée par l'Arabie saoudite. Elle rassemble 57 pays musulmans décidés à défendre les valeurs de l'islam et les intérêts puis les lois islamiques au niveau planétaire. Sorte de "Nations Unies" du monde islamique, cas unique dans l'histoire des relations internationales, elle exerce des pressions sur les pays, la "communauté internationale", les instances mondiales, les personnalités politiques, etc, afin d'étendre le règne de l'islam aux quatre coins du monde et en particulier afin d'élargir le champ d'application de la charià sous couvert de défense de la liberté religieuse et de droit à la différence.

L'OCI a toujours été particulièrement active dans les conflits opposant musulmans et non-musulmans, ainsi que l’on a pu le constater au Liban, au Cachemire, et surtout en Bosnie, au Kosovo ou en Syrie. A certains égards, cette organisation qui a pour ambition politico-spirituelle première "d’élargir" et de "défendre" l'Oumma dans le monde entier, est tout autant productrice d’intégrisme que les mouvements islamistes à proprement parler, à la différence près que sa structure diplomatique et la puissance stratégico-financière colossale de la pétro-monarchie saoudienne qui la soutient lui confère une "respectabilité" institutionnelle, donc une capacité de pénétration bien plus efficace que tout mouvement islamiste radical, notamment dans les démocraties occidentales qui sont les "obligées" de leur fournisseur de pétrole et de leurs clients pour les industries d'armement, aéronautiques ou autres.

La stratégie d’expansion et de pénétration de l'OCI pilotée en grande partie par les pôles saoudien, turc, marocain et pakistanais, est double : premièrement, contrôler les communautés musulmanes issues de l’immigration et tenter ainsi d’empêcher leur intégration aux moeurs et coutumes des sociétés d’accueil, donc éviter à tout prix leur "désislamisation". Deuxièmement, profiter de l’état de fait qu’est la présence musulmane en terre infidèle, pour tenter de faire des minorités islamiques des vecteurs de propagation de l’islam ayant vocation à élargir progressivement la communauté-noyau au moyen des conversions. Citons par exemple quelques passages significatifs de la revueL’Islam aujourd’hui, émanation de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) : "Chaque majorité musulmane est en danger permanent de devenir une minorité si elle se laisse soumettre à des effets de désintégration culturelle et politique (…) ; La Oumma islamique, entière, a commencé comme une minorité réduite à une seule personne, le Prophète. Elle s’est ensuite élargie à quelques centaines de personnes (...). Le succès d'une minorité musulmane est de devenir un jour (..) une majorité. Ce phénomène se fait par un effet d'assimilation réciproque entre la majorité non-islamique et la minorité islamique, la majorité acceptant petit à petit la morale et la religion islamiques et finissant par s'identifier à l'islam (...). Le but est d’établir un plan commun des pays musulmans qui aiderait chaque minorité musulmane à établir les conditions nécessaires à lui donner une dynamique de minorité réussie. Plus ces communautés seront fortes et acceptées dans leur pays, plus elles défendront les intérêts du monde musulman puisque la Oumma est une et indivisible, chaque fraction de cette Oumma est d’une importance primordiale"1. Peut-on appeler ce type de discours autrement qu’un plan de conquête politico-spirituelle du monde ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 07/10/2016 - 15:42 - Signaler un abus OCI

    Soumettons nous à la charia, l'Islam nous protégera en tout. Mais, léger problème, nous n'en avons aucune envie et nos épouses encore moins, mécréants, buveurs de vin, dont beaucoup sont chrétiens ou sans religion que nous sommes. Je n'ai aucune envie de plaisanter, nous ferions bien de cesser de les courtiser lâchement sous prétexte de leur immense richesse, les Etats Unis en premier.

  • Par langue de pivert - 07/10/2016 - 16:50 - Signaler un abus Aux chiottes l'islam ! ☺ Tirons la chasse !

    Les plus blâmables sont les dirigeants des pays non-musulman (largement majoritaires) et leur manque de clarté et de fermeté. Amalgamer est un devoir pour les citoyens du monde non-musulman. Tout musulman qui vit dans un pays non-musulman doit être considéré comme un ennemi et traité en conséquence : coups de pied au cul et dehors ! Les gribouillages d'un bédouin pédophile dirigeraient la marche du monde ? Quelle blague ! Les pétros monarques huileux et autres canailles mahométanes ont plus besoin de vendre leur pétrole (pour nous acheter des armes et s'étriper entre eux :-) que le contraire ! L'ISLAM BASTA ! Qu'ils gardent leur pétrole et leur charia de merde ! Il nous restera les armes ! ☺ Pour l'apocalypse !

  • Par vangog - 08/10/2016 - 08:26 - Signaler un abus "Merde à l'islam""!"

    J'ai le droit là, ou j'ai la main coupée?...

  • Par cauchoise - 08/10/2016 - 11:25 - Signaler un abus Question à l'auteur

    Il serait bon d'avoir un paragraphe sur ce qu'est la charia. On n'en connait finalement pas grand chose quand on n'est pas musulman ! Si ce n'est qu'elle fait peur ! Y a t-il dans cette charia des points qui pourraient être "édulcorés" pour tenir compte de l'évolution des sociétés et des techniques depuis le VIIème siècle ? Ou la charia nous ramène t-elle automatiquement au niveau des bédouins de l'Arabie de l'époque de Mahomet, avec la négation de tout ce qui a été découvert depuis ? On remarque déjà que la charia semble autoriser l'électricité, le téléphone, Internet et tous progrès médicaux, donc apparemment, elle pourrait s'adapter. Qu'en pense l'auteur ?

  • Par Stargate53 - 08/10/2016 - 13:40 - Signaler un abus Ne pas céder !

    C est une erreur de céder au prosélytisme de l islam. Libre aux pays d'apprécier cette domination religieuse dans le domaine public' social et politique mais ce n est pas la voie suivie par l 'Occident. Notre histoire est autre, nos idéaux sont emprunts de liberté et pas de soumission à un ordre religieux contraignant. L'ONU n a pas à céder à leurs demandes sous le faux prétexte d' islamophobie. L islam n est qu une religion parmi d autres et chacun est libre d y adhérer ou pas comme pour les autres croyances. Pourquoi devrions-nous renoncer aux cheminements qui ont bâti l Occident pour nous soumettre à une vision contraire à nos principes moraux et notre héritage. L'avenir doit être évolutif, aller vers le bien commun et pas des injonctions moyenâgeuses et obscurantstes qui réduit la femme en sous-homme et nous rend esclaves du délire de pouvoir de quelques iman ivres de certitudes. En bref, nos politiques présents à l ONU doivent retrouver la voie de la raison et défendre notre identité d occidentaux, héritiers des "Lumières" !

  • Par Paul Emiste - 09/10/2016 - 07:44 - Signaler un abus Mohamed Abdel Lénine

    « Les mécréants nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons » M.A.Lénine

  • Par Eolian - 09/10/2016 - 19:16 - Signaler un abus hélas

    Il et déjà trop tard, nous sommes en plain dans la soumission, en d'autres termes, nous sommes déjà des dhimmis. Quant à la charia, on peut déjà aller sur Wikipedia qui en donne une très bonne idée.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrage paraîtra le 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€