Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 27 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La dérive autoritaire et anti-européenne du néo-Sultan Erdogan

Alors que le communautarisme turc s'est clairement exprimé lors des incidents du match de football Lyon-Besiktas, il ne faut pas le dissocier de la montée en puissance d'Erdogan. Car avec son referendum, plus que son pays, c'est bien l'Europe qu'il compte menacer.

Grande porte

Publié le
La dérive autoritaire et anti-européenne du néo-Sultan Erdogan

Le 16 avril prochain, les électeurs turcs vont voter oui ou non dans le cadre d’un référendum visant réformer la Constitution en faveur d’un nouveau régime hyper présidentiel qui donnerait les quasi pleins pouvoirs au nouveau sultan turc-ottoman adepte d’une synthèse islamo-nationaliste ». Erdogan poursuit par là un triple objectif :

- Achever ce qu’il a appelé lui-même le « changement de civilisation » de son pays, qui, en rompant avec la démocratie libérale et l’Occident « mécréant », va redevenir une Turquie autoritaire, islamique, néo-ottomane et réconciliée avec sa culture moyen-orientale;

- Rester en place jusqu’à 2024 et être le dirigeant turc qui aura régné le plus longtemps à la tête de la Turquie, ceci afin de détrôner Atätürk, le père de la Turquie nationaliste moderne, dont il a démantelé progressivement, au nom des réformes européennes, tous les édifices laïques. 

- S’emparer des pleins pouvoirs y compris judiciaires afin de bloquer définitivement les investigations judicaires concernant son implication (puis celle de son fils et de plusieurs ministres AKP) dans de graves affaires de corruption.

Rappelons que ces investigations ont été l’œuvre de juges et policiers liés au mouvement de Fetullah Gulen, son ancien allié politique, qu’il a tenté de décapiter dès 2013 et qui s’est vengé en tentant un coup d’Etat en juillet 2016.

Le phénomène Erdogan autoritaire, qui a semblé décevoir et surprendre moult âmes européennes démocratiques n’est pourtant pas nouveau. Déjà, en juin 2013, lorsque les violents affrontements opposèrent les forces de l’ordre turques aux manifestants laïcs et de gauche qui dénonçaient un projet de réaménagement urbain d’Istanbul visant à détruire le parc Gezi de la place Taksim (haut lieu de rassemblement des démocrates et des minorités) pour y construire à la place la copie d’une ancienne « caserne ottomane », l’opposition laïque et progressiste, alors cible de plus de 2000 arrestations, dénonçait la dérive autoritaire d’Erdogan suspecté de poursuivre depuis des années son « agenda caché » islamiste. Atteint non seulement d’autoritarisme mais aussi de folie des grandeurs, Erdogan inaugura d’ailleurs, en octobre 2014, son palais présidentiel impérial sur mesure de 200.000 mètres carrés de style «néo-seljoukide» conçu pour rappeler la « grandeur du sultanat califat ottoman » qui couta aux contribuables turcs 500 millions d'euros. Depuis son ascension au pouvoir suprême au début des années 2000, le président turc n’a jamais caché son désir de devenir l’équivalent moderne d’un néo-sultan-calife, ni même son intention de faire réviser la constitution turque afin de s’auto-attribuer un pouvoir absolu. 

L’Europe concernée au premier chef

Au-delà de l’enjeu crucial pour sa crédibilité et son leadership national et international, cet enjeu concerne l’Union européenne pour deux raisons au moins. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Camtom - 14/04/2017 - 10:48 - Signaler un abus Que nos pleutres dirigeants

    Que nos pleutres dirigeants vous lisent et vous écoutent Mr Del Valle!!!

  • Par evinrude - 14/04/2017 - 13:22 - Signaler un abus Et les autres medias?

    Comment se fait-il que vos excellents articles ne sont pas publiés ailleurs, en particulier dans Le Figaro?

  • Par lasenorita - 14/04/2017 - 14:24 - Signaler un abus Ras-le-bol des musulmans!

    Les musulmans (les Turcs, etc..)doivent RESTER dans ''leur'' pays! Les ''réfugiés'' musulmans doivent se rendre chez les ''riches'' musulmans qui ne savent pas quoi faire de leurs sous..de cet argent qui sort de leur sol sans qu'ils aient besoin de travailler!.. Leur prophète Mahomet avait dit que les ''riches'' devaient ''aider'' les pauvres.. donc les Saoudiens ne respectent pas le Coran!. .ils obéissent à la charia si celle-ci ordonne d'égorger, avec un sabre, des mécréants et les apostats; de lapider les femmes adultères; d'obliger les musulmanes à porter le voile,etc..etc.. on préfèrerait que les Saoudiens accueillent,chez eux,tous ces trouillards qui abandonnent leur pays en guerre et qui vont chez les Infidèles semer la haine et la terreur!

  • Par Pourquoi-pas31 - 14/04/2017 - 20:20 - Signaler un abus Les cellules turques en France

    sont très organisées et beaucoup plus dangereuses que Daech car structurées et aux ordres.

  • Par langue de pivert - 15/04/2017 - 17:40 - Signaler un abus Foutez moi tous ces muzz dehors ! ☺

    Les occidentaux n'ont pas d'avenir en terre d'islam, que le peu qui restent rentrent pendant qu'ils sont encore vivants ! Extirpons la vermine mahométane d'occident, extirpons ce cancer jusqu'à sa dernière métastase en curant large et sans faire ni dans le détail ni dans la dentelle ! Et passons à autre chose ! Si la France se choisit un président de gauche (Macron, Mélanchon, Hamon) : on va perdre 5 années précieuses, voir vitales ! Hollande est un lèche-babouches...Macron sera pire encore car Hollande c'était du calcul électoral pour le vote halal, Macron lui les muzz il les aime d'amour ! Voter n'est pas un jeu et engage votre responsabilité, après il sera trop tard !

  • Par horus35 - 15/04/2017 - 23:20 - Signaler un abus Tableau édifiant !

    Notre pseudo président, mais veritable baderne , pourrait il lire l'article de Mr Del Valle et surtout le comprendre ! Le nouvel Hitler turc est un danger mortel pour nos " démocraties" européennes et doit être absolument eliminé ! Et de n'importe quelle facon! Alors,laisser faire, accepter que les turcs prennent le controle de musulmans ayant envahit notre pays est un crime ! Dont devra répondre cet incapable corrézien qui se confirme etre bien la pire chose que notre pays ait eu à supporter ! Comme d'autres internautes sur le site, j'ai la nausée de devoir supporter sur notre sol les musulmans qui nous narguent ,nous insultent , se moquent de la faiblesse ( pour rester un tant soit peu correct) de dirigeants indignes ! Alors faudra t il que nous nous défendions nous memes? J'en ai bien peur tant l'islam dans son ensemble menace notre mode de vie ! Et alors...... tant pis !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrage paraîtra le 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€