Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 14 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Contrepartie au versement du RSA : les Français sont pour

Le 15 novembre dernier, le Président de la République était à Bordeaux, dans le cadre d’un déplacement thématique sur la fraude sociale. Discours marquant sur lequel il était intéressant de connaître l’avis des Français (sondage TNS Sofres pour I>Télé publié le 10 novembre). Verdict, les Français s’expriment largement en faveur d’une obligation de travail pour les bénéficiaires du RSA et près d’un sur deux estime que le traitement à accorder à la fraude sociale est un sujet prioritaire.

« Politico Scanner »

Publié le
Contrepartie au versement du RSA : les Français sont pour

"J'irai aussi loin que possible dans la lutte contre la fraude" a déclaré Nicolas Sarkozy, le 15 novembre à Bordeaux. Crédit Reuters

Nicolas Sarkozy a fait de la fraude sociale le thème de son déplacement à Bordeaux. Un sujet sur lequel les Français ont été sondés. Il s’agissait d'abord pour les Français de se prononcer sur l’idée d’ordre général suivante : « la fraude sociale constitue-t-elle un  problème prioritaire, important ou secondaire ? ». Résultat, pour 48% des Français, le sujet est prioritaire, pour 41% il est important, et pour 9% seulement, secondaire.

Même ordre à droite, mais des chiffres plus marquants : 62% des sympathisants de droite jugent en effet que la fraude sociale est un sujet qu’il faut traiter comme un problème prioritaire.

Assez logiquement, de l’autre côté de l’échiquier politique, le classement n’est pas le même : les sympathisants de gauche considèrent d’abord la fraude sociale comme un enjeu certes important, mais pas prioritaire (46%). Et même plus d’un sur dix (14%) pour qui c’est un problème secondaire. Si l’on s’attache à l’appartenance à la catégorie sociale, la lutte contre les fraudes sociales est un problème qui doit être traité sans plus attendre pour les catégories modestes, 53% des plus modestes jugent le problème prioritaire.

Cliquez ici pour agrandir

Quant à la proposition du chef de l’Etat, elle reprend l’idée lancée par Laurent Wauquiez de soumettre le versement du Revenu de Solidarité Active contre des heures de travail. Déjà, en mai dernier, un sondage Opinion Way pour le Figaro révélait que 70% des Français étaient favorables à cette idée de faire travailler les bénéficiaires du RSA 5 heures par semaine. Six mois plus tard, proposition remaniée, autre institut, même constat : les Français plébiscitent très nettement cette mesure. Aujourd’hui, 68% des sondés se prononcent en faveur d’une contrepartie au versement du RSA.

Inspirés par la ligne de conduite du gouvernement, 95% des sympathisants UMP se disent favorables à cette mesure et même trois quarts d’entre eux « très favorables ». Et dans l’opposition, les sympathisants socialistes ne marquent pas un rejet fondamental à ce projet puisque près d’un sur deux ne lui voue aucune hostilité. En effet, c’est d’une courte tête que les sympathisants PS font pencher la balance dans le camp de l’opposition à cette idée de contrepartie au RSA, 51% opposés contre 49% favorables.

Mais le détail des réponses à gauche démontre bien, au delà du simple clivage idéologique, que l’idée séduit et interpelle, car elle partage… Quand 21% des sympathisants socialistes se disent tout à fait favorables à cette mesure, 22% sont plutôt opposés, et lorsque 28% se disent plutôt favorables, 29% sont tout à fait opposés. Une idée qui trouve bel et bien une opposition sans toutefois provoquer de rejet massif à gauche. Les sympathisants du PS sont ainsi moins hostiles que divisés sur le sujet. Alors que les ténors de la rue Solférino n’ont pas manqué unanimement de s’indigner contre cette mesure…

Rappelons-nous en 2007, la valeur travail avait envahi les estrades politiques lors de la campagne présidentielle. 5 ans après, rebelote ?  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Aie - 23/11/2011 - 12:41 - Signaler un abus que ça fait du bien de lire cet article

    .

  • Par bobocleaner - 23/11/2011 - 12:52 - Signaler un abus ils doivent aller travailler dans le secteur concurrentiel

    si on suit cette logique car sinon quelle différence avec les emplois aidés des socialistes ? l'emballage ?

  • Par Lepongiste - 23/11/2011 - 14:53 - Signaler un abus Oui on peut commencer comme ça.....

    mais on doit aller plus loin !!

  • Par Lepongiste - 23/11/2011 - 14:53 - Signaler un abus Oui on peut commencer comme ça.....

    mais on doit aller plus loin !!

  • Par fms - 23/11/2011 - 15:07 - Signaler un abus moi aussi, je suis d'accord pour que l'état fournisse du travail

    mais encore faudrait-il qu'il y en ait ! C'est juste très ironique de voir un gouvernement de droite proposer cette mesure "communiste". Quant à la fraude sociale, elle est à 80% à l'origine des entreprises, et à 20% des particuliers titulaires des minima sociaux. Stigmatiser une partie de la population, créer la peur, donner des solutions miracles... avons-nous appris de l'histoire ? refusons !

  • Par bobocleaner - 23/11/2011 - 17:07 - Signaler un abus Mais il y a du travail

    sinon pourquoi y aurait il des centaines de milliers de travailleurs sans papiers dont on nous argumente la légitimité avoir des papiers "puisqu'ils travaillent" . je ne dis pas que ca fait exactement les mêmes chiffres mais on parle la de nombre trés significatifs non ? aprés du travail genre celui des fonctionnaires des conseils régionaux y en a moins c'est vrai . il faut un métier ou bosserdur

  • Par ciceron - 23/11/2011 - 17:28 - Signaler un abus Superbe mais difficile à mettre en oeuvre

    J'ai touché le RMI. Et me suis débrouillé tout seul pour en sortir. Je ne me serais jamais senti discriminé si on m'avait demandé une contrepartie. Je ne suis pas sûr qu'il faille travailler pour le privé, trop de sociétés en profiteraient. En Angleteterre, les gens travaillent pour la communauté. Pourquoi pas en France ? Mais les employés municipaux ou régionaux seraient dans la rue !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier est porte-parole des Républicains et conseiller politique de Nicolas Sarkozy. Il est maire de Neung-sur-Beuvron et chef de l’opposition en Région Centre-Val de Loire. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€