Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Contenus numériques : les internautes enfin prêts à payer

Après une décennie de bagarres homériques et de révolutions technologiques, le paysage des contenus numériques semble pacifié. La nouveauté majeure : nous acceptons de payer. Mais les contenus sont-ils pour autant le nouvel Eldorado numérique ?

La Minute tech

Publié le
Contenus numériques : les internautes enfin prêts à payer

Les consommateurs seraient enfin prêts à payer ce qui pendant une décennie a été gratuit. Crédit Reuters

Une infographie a passionné les marketeurs du Net, et probablement désespéré les défenseurs du Web libre et du tout gratuit. Celle de Business Insider, "L'ascension des contenus 4.0" qui veut en une infographie optimiste démontrer que les contenus en ligne sont enfin rentables, propulsés par des utilisateurs enfin consommateurs, et à peu près disciplinés.

Pour mémoire, après le Web 2.0 des réseaux et applications partagées, et le web 3.0 ("les machines nous comprennent"') appelé parfois aussi Web au carré, le Web 4.0 intègre dans le nuage infini de stockage partagé du "cloud" tous les contenus, et les contenus numériques 4.0 seraient alors cette rivière de contenus toujours disponibles pour être téléchargés, visionnés, et consommés depuis une multitude d'écrans et machines récepteurs (tablettes, smartphone, télévision, etc.), moyennant un micro-paiement ou un abonnement. Business insider explique par cinq facteurs son optimisme.

Le plus frappant : les consommateurs seraient enfin prêts à payer ce qui pendant une décennie a été gratuit. "Nous apprécions le côté pratique". "Nous avons été formés aux procédures du micro-paiements par les jeux vidéo et le mobile." "Nous acceptons l'idée que la qualité a un prix, grâce aux modèles Freemium (NDLR : version de base gratuite, services supplémentaires payants). "Nos options sont plus limitées", les distributeurs de contenus (dont les pirates) quittant ou étant boutés hors du tout gratuit.

 Infographie Business Insider. Cliquer pour accéder à un agrandissement 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ghislfa - 10/09/2012 - 16:51 - Signaler un abus Arrêtez de raconter des histoires à dormir debout

    le net est le paradis du gratuit. Cet article est une fable.

  • Par Salvatore Migondis - 10/09/2012 - 21:45 - Signaler un abus le jour..

    où je pourrai prêter mes contenus numériques à mon voisin de palier ou les léguer à ma cousine Germaine, on verra.. D'ici là, no way.. José..

  • Par kettle - 10/09/2012 - 22:51 - Signaler un abus Plus jamais

    J'ai essayé une fois d'acheter un "contenu numerique" en ligne. J'ai payé, une fois la transaction faite et le compte debité j'ai était informé que ca ne marchait qu'avec Microsoft Windows ! Heureusement j'ai trouvé le fichier gratuitement en p2p :)

  • Par Eagle1 - 11/09/2012 - 11:18 - Signaler un abus oui le sutilisateurs sont

    oui le sutilisateurs sont prêt à payer. et une seule chose l'a démontré: MEGAUPLOAD (et eventuellement spotify pour la musique). Que les ayant droits adaptent leur modèle de distribution et leur CA s'adaptera aussi. D'ici là -> underground

  • Par jacquestreize - 14/09/2012 - 13:07 - Signaler un abus belle fable

    L'exemple des systèmes type mégaupload est bien la preuve que le paiement à l'acte n'est plus possible et que seul la licence globale est l'avenir. Elle existe déjà pourtant par les biais de la taxe sur la copie privée ,la sacem et autres organismes qui redistribuent l'argent collecté de façon plus ou moins opaque.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€