Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Victoire de Trump : l'Europe désormais seule face à ses démons

Les démocrates américains et avec eux tous les bobos planétaires ont fait une erreur stratégique majeure. Le communautarisme est devenu la pierre angulaire de leur système de pensée. Cette approche fragmentée de la souveraineté s’est retournée contre eux.

Chroniques du pot aux roses

Publié le
Victoire de Trump : l'Europe désormais seule face à ses démons

1 - Oligarxit

Les esprits vont s’échauffer et les commentaires s’enflammer mais tentons néanmoins de prendre un peu de recul face au séisme Trump.

Le vote en faveur du Brexit n’était pas que le vol d’une hirondelle, il annonçait un nouveau printemps des peuples. En Grande-Bretagne, le système judiciaire et les pouvoirs médiatiques se sont mis en branle pour enliser le processus de sortie de l’Union européenne.

Ils n’y parviendront pas, et ce d’autant moins qu’avec la victoire de Trump le vent tourne dans les pays occidentaux.

>>> A lire aussi : Qui craint le gros méchant Trump ?

Les démocrates américains et avec eux tous les bobos planétaires ont fait une erreur stratégique majeure. Le communautarisme est devenu la pierre angulaire de leur système de pensée, qu’il prenne la forme des lois en faveur des homosexuels, de la discrimination positive, du clientélisme déguisé en Etat providence ou de tout l’attirail des textes réprimant la liberté d’expression au nom de la défense des soi-disant minorités.

Cette approche fragmentée de la souveraineté s’est retournée contre eux. Ainsi, ceux des Noirs américains et les Hispaniques qui déterminent leurs votes en fonction de leurs origines n’ont pas voté Clinton car elle n’est ni noire ni hispanique. Obama oui, Hillary non.

C’est le même phénomène qui corrompt la gauche française : les prétendus damnés de la terre Noirs ou Arabes dont les «Terranovistes» entendaient faire leur socle électoral se moquent du PS et se tournent vers une idéologie qui leur est propre, l’islam réactionnaire.

La victoire de Trump est en soi une bonne nouvelle parce qu’elle contrarie le fatalisme ambiant. Vous ne pouvez rien contre la croissance infinie de la dette : abandonnez-vous aux banquiers centraux. Vous ne pouvez rien contre les progrès du fondamentalisme musulman : renoncez à faire prévaloir la laïcité. Vous ne pouvez rien contre le communautarisme qui se nourrit des migrations imposées : oubliez la défense de vos frontières.

L’étau semblait se resserrer inexorablement sur nos démocraties : le système social s’abreuve à l’endettement et n’est accepté par les groupes «minoritaires» que tant qu’il garantit les transferts les faisant vivre. Pendant ce temps, une caste dirigeante d’hommes de médias et d’administrateurs continue de danser à cloche-pied au-dessous de ce volcan. Elle est payée à produire l’idéologie culpabilisant ce qui reste de peuple, la masse des gens qui ne se réfèrent pas à un groupe particulier pour demander des droits.

Comme toutes les maladies sociales, ce processus délétère sécrète heureusement sa propre antidote. La campagne de Trump a permis de briser des tabous, de dire qu’il est légitime de se protéger de menaces même si elles viennent de gens dépeints depuis des décennies comme des victimes de la société occidentale et du capitalisme.

Quand ces dangers se concrétiseront, sous la forme d’actes terroristes, de revendications communautaires bigotes, de violences sociales, de spoliation de l’épargne ou d’atteintes à la liberté d’expression, il sera plus facile de se lever pour les combattre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier62 - 09/11/2016 - 13:26 - Signaler un abus Trump a rompu la mécanique de la décadence programmée

    La victoire de Trump est pour le politiquement correct et son idéologie morbide de destruction des valeurs, de liquidation de l'identité des peuples, de soumission à la finance, etc. une défaite majeure. Comme vous le dites, "L’étau semblait se resserrer inexorablement sur nos démocraties". En effet, si Hillary Clinton avait été élue elle aurait continué à appliquer le programme "Soros" de grand remplacement en ouvrant toutes grandes les vannes de l'immigration de remplacement. Cela afin de liquider définitivement les peuples blancs et chrétiens, ce qui est le but secret et final des globalistes.

  • Par Liryc - 09/11/2016 - 15:01 - Signaler un abus Merci

    Merci de nous apporter une autre vision de la politique et de la société que aucun autre journal fait ! Alors que de plus en plus de Français pensent la même chose, mais auront ils le cran pour voter leur conviction en 2017 ou la propagande aura raison de leur pensé profonde !

  • Par ISABLEUE - 09/11/2016 - 16:08 - Signaler un abus Eh oui, fini de nous prendre pour des crétins

    même si j'entends ici et là que ce sont les analphabètes qui ont voté pour Trump... Décidément, certains ne veulent rien comprendre !!

  • Par cloette - 09/11/2016 - 16:44 - Signaler un abus Eh oui

    Et la communautè musulmane n'a pas votë pour H Clinton non plus, car il est indiqué dans le Coran qu'il est interdit à une femme de gouverner.

  • Par cloette - 09/11/2016 - 16:44 - Signaler un abus Eh oui

    Et la communautè musulmane n'a pas votë pour H Clinton non plus, car il est indiqué dans le Coran qu'il est interdit à une femme de gouverner.

  • Par cloette - 09/11/2016 - 16:44 - Signaler un abus Eh oui

    Et la communautè musulmane n'a pas votë pour H Clinton non plus, car il est indiqué dans le Coran qu'il est interdit à une femme de gouverner.

  • Par cloette - 09/11/2016 - 16:44 - Signaler un abus Eh oui

    Et la communautè musulmane n'a pas votë pour H Clinton non plus, car il est indiqué dans le Coran qu'il est interdit à une femme de gouverner.

  • Par assougoudrel - 09/11/2016 - 16:46 - Signaler un abus Nos chers bien-pensant regardaient

    offusqués Trump manger ses spaghettis sans les tourner avec la cuillère qui va bien et s'attendaient à le voir choir lamentablement. Comme dit l'article, un milliardaire qui comprend le peuple et que ce dernier l'apprécie, pour nos gauchos-bobos, c'était contre nature et la mayonnaise ne prendrait pas. Preuve est que la fête était prête avec en clôture un magistral feu d'artifice. Ils ont pris un chaud et froid et sont pasteurisés, en vrac, dépalletisés. On nous parlait de printemps arabe, mais voici l'automne occidental et je suis certain que les élections en France et en Allemagne, les deux michelines déraillées de l'Europe, réserveront des surprises. On voit la panique coté médias qui essaient, tant bien que mal de nous "mettre en garde" avec leur éternels rengaines rances: populisme, racisme, xénophobie, islamophobie et autres débilités du même genre. Fini l'assistance des USA qui donnait aux européens le temps d'assister l'Afrique et le Proche et le Moyen-Orient à nos dépends.

  • Par guy_38 - 09/11/2016 - 23:49 - Signaler un abus Ouf !

    Le TAFTA probablement au placard pour au moins quatre ans.

  • Par vangog - 10/11/2016 - 08:17 - Signaler un abus Chocking!

    Sur tous les medias bilderberg commentant les manifestations anti-démocratiques anti-Trump, on lit des bandeaux de cet acabit:" World react to shocking USA élection"...Mais, ce qui est choquant, c'est la manipulation à laquelle se livrent ces faussaires de démocratie, et leur obsession anti-démocratique, des que ces faux "démocrates" sont exclus du pouvoir...

  • Par sphynx17 - 10/11/2016 - 12:36 - Signaler un abus L'Europe,

    est désormais nue face à ses ennemis. Trump n'a pas l'intention de financer plus avant, le rôle incertain de gendarme mondial; de même que l' OTAN.

  • Par lafronde - 10/11/2016 - 22:22 - Signaler un abus Y a-t-il un Trump français ?

    Faute d'avoir un Trump français, au moins nous aurions intérêt à ce qu'un populisme libérateur comme le sien soit représenté chez nous. Or il existe un espace politique entre le FN et LR. Celui-ci veut rester convenable et républicain, quant celui-là veut le devenir. Un bel espace est dégagé pour du politiquement incorrect, et les libertés publiques fondamentales. Donner valeur constitutionnelle et supra-légales à notre déclaration des Droits. ceci nous apporterait ipso facto une liberté de la Presse entière, le droit de s'armer entre autre. 5 à 10% de l'électorat à prendre. Pouvoir arbitrer localement entre chaque candidat-Député qu'il soit FN ou LR aux législatives 2017. L'électeur median est désormais situé chez LR. Les UDI, Modem, ne sont plus nécessaires à une majorité pour une vrai alternance. Si le populisme ouvriériste est préempté, le populisme conservateur n'est pas encore audible. Leurs coordination pourrait fonder une mandature populiste, comme aux USA.

  • Par Winter - 11/11/2016 - 01:00 - Signaler un abus Il est très agréable de lire

    Il est très agréable de lire cet article pertinent. Ce sentiment de déliquescence qu'on éprouve en face de la situation politique de la France vient de l'absence ou de la rareté de réflexion et d'analyses de qualité dans la vie publique. Cette fameuse pseudo-élite corrompue nous décourage en fait de vouloir chercher des solutions. Nous devons tout accepter, parce que c'est comme ça, on peut pas changer le monde. Voilà. Votez pour nous.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€