Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Taubira franchit le murmure du çon

Gauche française, égarée, en butte à la méchanceté du réel, cherche icône désespérément. Dans son inimitable style amphigourique, l'ex Garde des sceaux, tient un discours très simple : les criminels qui agissent au nom de l’islam sont nos enfants perdus et il ne faut pas les renier mais affronter notre part de responsabilité.

Chroniques du pot aux roses

Publié le
Taubira franchit le murmure du çon

1 – La déchéance de nationalité : un mariage pour tous qui tourne mal

Après les crimes islamistes de janvier 2015, Mou-Président s’en était sorti par une remarquable opération de récupération et de diversion qui culmina dans la manifestation du 11 de ce même mois. On ne parla guère de la faillite des services de police et de renseignement ou de sa complaisance vis-à-vis de l’islam rigoriste et intolérant. Après les massacres du 13 novembre 2015, il changea de registre. Sa théâtralisation de l’état d’urgence et son discours versaillais sur la déchéance de nationalité, agrémentés de vocalises dans la cour des Invalides, tinrent un court moment les critiques à distance.

Mais ces digues étaient plus fragiles qu’en début d’année.

Le projet de loi constitutionnelle sur la déchéance de nationalité est, je l’ai déjà écrit, parfaitement inutile si le gouvernement prend ses responsabilités dans le cadre de l’article 23-8 du code civil, qui permet de faire perdre la citoyenneté française à tous les ressortissants engagés aux côtés de l’Etat islamique en Syrie ou ailleurs. Il suffit d’un décret individuel en Conseil d’Etat ou, en cas d’avis défavorable de ce dernier, en conseil des ministres et d’un peu de courage politique. Mais l’essentiel, pour l’Elysée, était de communiquer et de donner à l’opinion des gages d’action.

Les débats et polémiques futurs ne lui semblaient pas inutiles car elles lui rappelaient les délices de la Manif pour tous : des opposants enlisés dans d’interminables querelles et des discussions à n’en plus finir.

La très grande majorité des Français étant censée soutenir cette mesure de déchéance, le grand Enfumeur a cru piéger à nouveau la droite. Las ! Contrairement au cas du mariage homosexuel, les médias ne lui étaient pas acquis. Gauchistes et frondeurs du PS se sont engouffrés dans la brèche tandis que des dirigeants de l’opposition parlementaire prenaient peu à peu leur distance. Tout cela ne serait pas si grave si Hollande et Valls avaient tenu bon. Mais les voilà tentant de jouer au plus malin et se fragilisant de jour en jour.

Leur dernière trouvaille consiste à refiler la patate chaude aux juges qui pourront prononcer la déchéance de nationalité comme peine complémentaire. Tout le monde sait qu’ils n’en feront jamais rien ou presque, ne fût-ce que parce qu’il est difficile à un tribunal de s’assurer qu’un quidam possède une autre nationalité que la française. Mais l’important est de maintenir l’illusion d’un durcissement pénal.

De toute façon, c’est encore trop pour les opposants au texte. Le chef de l’Etat, ou plutôt ce qu’il en reste, risque d’avoir à capituler ou à passer en force via un referendum forcément risqué. Imaginez que la droite parvienne à convaincre ses électeurs qu’un vote négatif conduirait Hollande à la démission ! La tentation du «non» serait irrépressible. Bref, de la déchéance de nationalité à la déchéance gouvernementale, la frontière devient ténue.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-Benoist - 03/02/2016 - 13:54 - Signaler un abus La gauche la plus

    bête du monde et que les journalistes ont portée au pinacle.. Quand vont-ils faire leur mea culpa et traiter enfin des sujets de fond? Et comparer le bilan de Moi président pompe funèbre avec celui de sarko? On en rêve

  • Par Outre-Vosges - 03/02/2016 - 14:34 - Signaler un abus Pourquoi le présent ?

    « Taubira franchit le mur du çon ». Pourquoi le présent ? Cela fait longtemps qu’elle l’a franchi et qu’elle se perd maintenant dans l’espace infini de la sottise.

  • Par Ganesha - 03/02/2016 - 14:48 - Signaler un abus Votre Préférence : Marine ou l'Islam ?

    Il y a 8 millions de français qui vivent dans la pauvreté. Avec deux seules propositions porteuses d' espoir : le FN et l'Islam ! Laquelle prévaudra ? Mais avec un peu de chance, les misérables gugusses qui viennent ici défendre le Capitalisme Libéral ne vivront pas assez longtemps pour voir ce jour béni... AllahouAkbar !

  • Par cloette - 03/02/2016 - 15:18 - Signaler un abus et voilà ti pas

    que Hamon veut glisser le vote des étrangers dans la constitution , il n'y a pas que Taubira qui franchit le mur du çon .

  • Par cloette - 03/02/2016 - 15:22 - Signaler un abus Le capitalisme liberal

    Est ce sa fin ou son début véritable ? Daesch tendrait à faire penser que c'est son début car tout dans ses actions le laisse à penser .

  • Par A M A - 03/02/2016 - 15:51 - Signaler un abus Taubira. L'anomalie est si grosse qu'elle mérite d'être mentionn

    La présence au gouvernement, et de plus comme garde des sceaux, de cette guyanaise gauchiste, révolutionnaire et indépendantiste a de quoi surprendre. L'anomalie est si grosse qu'elle mérite d'être mentionnée. Alors qui est-elle vraiment, qui l'a imposé là, et pourquoi? Son acharnement à détruire méthodiquement les structures morales du pays est manifeste. Tant que des destructeurs patentés en seront les maîtres de celui-ci, que les courtisans y feront la pluie et le beau temps, et que la bonasserie des braves gens constituera le socle de l'opinion publique, son avenir politique est assuré.

  • Par Borgowrio - 03/02/2016 - 16:21 - Signaler un abus Sainte Christianne

    La baudruche va exploser , à force d'être gonflée par les journalistes . Jouer la grande âme qui vient au secours des brebis égarées . Sauf que ces brebis sont des loups qui respectent ceux qui se font respecter . Ils sont les premiers à rire de la naiveté (calculée) de la gauchosphère

  • Par jmpbea - 03/02/2016 - 17:32 - Signaler un abus La soupe socialiste

    tourne à l'aigre ....certains se dirigent déjà vers les toilettes, d'autres ont mal au ventre et sont donc de mauvaise humeur mais tiennent bon...malgré tout....ceux qui sont à table mais n'en ont pas encore mangé, rigolent sous cape...le repas se termine et le cuistot va devoir chercher un autre emploi ...

  • Par Malaparte - 03/02/2016 - 18:12 - Signaler un abus L'e-conne de la gauche

    se révèle surtout être une égotiste paranoïde

  • Par Ganesha - 04/02/2016 - 04:05 - Signaler un abus Rappel Historique

    Cloette, le Capitalisme libéral a été mis en place par Reagan et Thatcher dans les années 1980. Il a pris la succession de la ''Social-Démocratie'' des ''Trente Glorieuses''. Celle-ci avait été un mouvement de générosité venant après la seconde guerre mondiale, où l'humanité a rêvé d'un monde où régnerait la Justice Sociale… et cela s'est révélé un système assez efficace. Nous en sommes donc revenu à la ''Loi de la Jungle'' avec un grand patronat et une oligarchie s'enrichissant au-delà de toute limite décente, et une volonté d'accroissement continu des inégalités sociales. Lorsqu'un système politique a tellement dérivé que son effondrement devient inéluctable, il y a toujours quelques fanatiques qui fantasment en affirmant, ''nous aurions dû aller encore plus loin dans l'ignominie''… C'est ce que pensait Adolf Hitler dans son bunker en 1945, et Georges Marchais en France en 1989 ! C'est ce que répètent quotidiennement quelques commentateurs nostalgiques sur Atlantico...

  • Par cloette - 04/02/2016 - 06:12 - Signaler un abus Ganesha

    Je pense que tout va dépendre de la Chine , exemple qui mettait en avant d'énormes inégalités avec en même temps une partie de la population qui sortait de la pauvreté , remplacée par une classe moyenne , mais ce système s'essouffle . Ces inégalités sont en effet énormes on le sait , le système est il aussi fragile ?

  • Par Ganesha - 04/02/2016 - 09:19 - Signaler un abus Cloette

    Cloette, en tout cas, quand on voit la pollution de l'air dans les villes chinoises, on se dit que leur gouvernement ne leur propose pas un modèle de développement très adapté...

  • Par zouk - 04/02/2016 - 10:54 - Signaler un abus Chr. Taubira

    Oui, les jeunes radicalisés, que nous le voulions ou non, sont NOS enfants. Notre école ne leur a pas donné la moindre éducation, ni pour les conduire à une qualification, ni à les conduire vers la citoyenneté. A force d'excuses, de laxisme, de renoncements, nous les avons laissés croire que tout leur est permis. Et nous y avons ajouté la laïcité, càd en termes PS la négation/interdiction de tout enseignement religieux, catholique surtout. Il aurait été important d'enseigner l'Islam non violent à ces cervelles que notre éducation a laissées vides, dénuées de tout sens critique, donc vulnérables à n'importe quel discours, surtout violent ou victimaire.

  • Par Deudeuche - 07/02/2016 - 23:04 - Signaler un abus @zouk

    euh notre école! il faut surtout pas y envoyer nos enfants, le privé ou les cours à la maison, ou pour les bobos de centre ville (pléonasme) , le grand lycée historique de la ville en question (pour Paris ce sont LES grands lycées). En attendant pour les malheureux qui n'ont pas le choix, bonne réunions de parents d'élève où comme depuis 45 ans on fait la queue 1 heure pour parler 5 mn à un prof (quelle merveilleuse institution pétrie de traditions)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, paru le 6 mai aux éditions Ixelles

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€