Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Duper pour durer : le mépris du peuple est-il au cœur de la méthode Hollande-Valls ?

Qui peut encore croire aux promesses de l’exécutif ? Encore et toujours la surestimation de la naïveté populaire... François Hollande a au moins le mérite de nous faire comprendre clairement la différence entre la droite et la gauche de gouvernement. La première se méfie du peuple dont elle soupçonne l'intelligence et la violence potentielles ; la seconde le méprise, habituée à le tromper plutôt qu’à l'affronter.Voici le best of de l'été des chroniques du pot aux roses.

Chroniques du pot aux roses

Publié le

De subterfuges en plans sur la comète, le pouvoir repousse toujours le moment de vérité. François Hollande n'a jamais eu qu'une méthode, en Corrèze au PS ou à l'Elysée : duper pour durer. En démocratie pourtant, l'intelligence se fond dans la loi du plus grand nombre et il est illusoire d'espérer gouverner indéfiniment en prenant la masse de ses concitoyens pour des imbéciles.

Dernier résultat en date de cette politique : 21 % d'opinions positives pour un président, un record historique d'impopularité qui légitime toutes les contestations à venir.

2 - Mou-Président casse le smic et le thermomètre du chômage

Après avoir poussé des cris d'orfraie contre les propositions patronales de Smic rabioté et autres atteintes inadmissibles aux lois sociales, Hollande suggère désormais que les chômeurs puissent devenir des apprentis à n'importe quel âge et sans autre rémunération que le maintien de leurs indemnités courantes. Il veut aussi que les emplois bidons dits d'avenir puisse être généralisés au secteur marchand, toutes mesures ayant pour effet de réduire la rétribution réelle des salariés. 100 000 formations supplémentaires seront en outre mises en place à seule fin de baisser artificiellement le nombre de chômeurs.

Qui y croira ? Encore et toujours la surestimation de la naïveté populaire... François Hollande a un mérite : il nous fait clairement comprendre la différence entre la droite et la gauche de gouvernement. La première se méfie du peuple dont elle soupçonne l'intelligence et la violence potentielles ; la seconde le méprise, habituée à le tromper plutôt qu’à l'affronter.

3 - L'Etat c'est Mou

Sa Normalité nous a livré sa conception du rôle de l'Etat dans la société française à l'occasion du feuilleton Alstom. "Ceux qui imaginent que ce serait le marché qui détermine mes choix, que ce seraient les acteurs privés seuls qui pourraient par les conventions et les contrats déterminer l'intérêt général, se trompent, de quel (sic) bord qu'ils soient. Il y a un très grand attachement des Français à l'État, ils veulent un État efficace".

Hélas, les Français qui croient encore à l'Etat démiurge s'y accrochent surtout comme à une bouée de sauvetage au moment d'un naufrage. Ils ne voient pas d'autre moyen immédiat d'éviter la noyade. Le cas Alstom le démontre parfaitement. Dans une France dont la désindustrialisation a été accélérée par des choix de politique monétaire et budgétaire inappropriés, il n'est aucune bonne solution quand les ex champions nationaux sont menacés. Siemens, agité par Montebourg et Hollande pour faire diversion, n'a comme ambition que de dévorer Alstom de manière encore plus barbare que General Electric.

Le véritable objectif du gouvernement est de persuader le peuple qu'il a joué finement en excitant une rivalité entre ces deux prédateurs afin d'obtenir de meilleures conditions pour Alstom. Mais personne n'est dupe, ni Alstom, ni Siemens, ni General electric, ni même les Français qui flairent l'amateurisme dans cette gesticulation. Comme les moulinets en l'air de Montebourg n'ont plus aucune crédibilité depuis, entre autre, les affaires Florange et SFR, le gouvernement en vient maintenant à parler de privatiser une partie du capital d'EDF pour trouver quelque argent ! Un coup de barre à droite, un coup de barre à gauche et l'on se retrouve au même point qu'initialement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 13/08/2014 - 15:15 - Signaler un abus Réveillez moi en 2022 ! ☺

    Je pense qu'avec un peuple assez stupide pour avoir mis (ou permis) cette équipe de nazes aux manettes tout est possible...y compris un deuxième quinquennat ! Ça peut durer jusqu'en 2022 donc !

  • Par clclo - 13/08/2014 - 17:13 - Signaler un abus ne parlez pas de malheur

    tout sauf les socialistes

  • Par MEPHISTO - 13/08/2014 - 19:08 - Signaler un abus C 'est à la fin du bal que l 'on paie l 'orchestre

    Tant qu 'ils sont au pouvoir , ils pourront toujours duper les FRANCAIS jusqu 'en 2017 ! mais durer au delà ? au vue de la situation économique du pays actuellement ,cela signifierait que l 'électorat populaire est composé majoritairement d 'imbéciles et de " moutons de panurge " si ce scénario inimaginable au présent devenait réalité à l 'issue de cette future échéance tant attendue par beaucoup de déçus et de revanchards de 2012. nous aurons , et sommes nombreux chaque jour qui passe à l 'espérer , une confrontation entre MARINE LEPEN et N.SARKOZY ( ou toute autre candidat de l 'alliance centre-droite ) quid de F.HOLLANDE , de M.VALLS ou tout candidat de gauche.

  • Par vangog - 13/08/2014 - 20:26 - Signaler un abus @MEPHISTO -l'orchestre du Titanic n'a jamais été payé...

    et pour cause! Et pourtant, il en a fait danser des convives, avant de rencontrer le glaçon... et de couler en quelques minutes! Les gauchistes n'iront pas jusqu'en 2017, car on ne navigue pas impunément au milieu d'une mer d'iceberg, tout en croyant son pédalo insubmersible...

  • Par Ganesha - 13/08/2014 - 21:56 - Signaler un abus Dissolution

    Extrait du dernier paragraphe, en bas de la page 1, de cet article : '' Valls, tout comme Hollande, ne pourra rejouer la même comédie au printemps prochain....les deux compères devront dissoudre en espérant laisser la droite faire le sale travail...''. C'est bizarre, je me sens tout à coup moins seul, moi qui annonce régulièrement ici... une dissolution de notre Assemblée Nationale. Comme je suis impatient, je la verrais plutôt, dès cet automne. Mais, quand mr Federbush voit la ''Droite'' les remporter, pense-t-il vraiment à l'UMP ? L'image actuelle de ce parti me fait penser à ces reportages télévisés sur ces décharges d'ordures à ciel ouvert, aux Maldives, aux Philippines, au Bangladesh, ou ailleurs...

  • Par ombelline - 14/08/2014 - 10:20 - Signaler un abus rira bien qui rira le dernier

    Oui, les français peuvent le faire: réélire le pingouin ou le blancos s'ils ne veulent ni de Marine ni de Sarko... et la France s'enfoncera encore plus dans l'assistanat jusqu'au jour où le château de cartes si bien édifié par nos socialistes si intelligents va tout bonnement s'effondrer et le réveil sera cruel...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, paru le 6 mai aux éditions Ixelles

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€