Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avis de tempête : l'Armageddon économique redouté depuis tant d’années a-t-il commencé ?

Après 2008, pour sauver le système financier de la faillite et les économies dites réelles d’un terrible effet d’entraînement, les grands banquiers centraux ont pris le pouvoir, jeté peu à peu aux orties leur credo rigoriste, comprimé les taux d’intérêt et décidé d’imprimer de la monnaie à qui mieux-mieux. Les effets pervers de cette situation se font désormais sentir.

Chroniques du pot aux roses

Publié le
Avis de tempête : l'Armageddon économique redouté depuis tant d’années a-t-il commencé ?

1 – Crépuscule de l’oligopolarchie monétaire

Tentons d’y voir un peu plus clair dans le mouvement de yo-yo, la pagaille sur les marchés d’action et les craintes qu’ils engendrent pour l’activité économique mondiale en gardant naturellement à l’esprit que l’erreur d’analyse est ô combien humaine.

Après 2008, pour sauver le système financier de la faillite et les économies dites réelles d’un terrible effet d’entraînement, les grands banquiers centraux ont pris le pouvoir, jeté peu à peu aux orties leur credo rigoriste (la BCE l'ayant fait en dernier ce dont la France a beaucoup souffert), comprimé les taux d’intérêt et décidé d’imprimer de la monnaie à qui mieux-mieux. Les gouvernements de ces pays étaient dépossédés de leurs influence mais, endettés jusqu'au cou, ils avaient déjà suffisamment à faire pour gérer des Etats-providence épuisés par les politiques de redistribution.

Ils ont donc accepté sans maugréer ce transfert insidieux de souveraineté.

Las ! L’exercice arrive aujourd'hui à son terme. Autrefois, seuls les Américains abusaient du pouvoir de régler leur dette extérieure en leur propre monnaie. Mais le Japon, car il est surtout obligé vis-à-vis de ses propres épargnants ; l'Euroland, car il était tout beau et tout neuf et semblait paré des vertus de l’Allemagne ainsi que l’Angleterre, car elle grappille les avantages d’une sorte de double appartenance à l’Europe et aux Etats-Unis, ont pu se joindre au concert des nations imprimantes de monnaie servant d’instruments de réserve au niveau mondial. Attribuons à ce regroupement de circonstance le néologisme d'oligopolarchie monétaire.

Les effets pervers de cette situation se font désormais sentir. Tout d’abord, les pays exclus de ce banquet, la grande majorité d’entre eux, soumis à des contraintes extérieures féroces et à la concurrence d’ensembles économiques pouvant s’endetter sans compter, ont fini par décrocher. Parfois corrompus et mal gérés, ils étaient les maillons faibles du système ; ainsi en est-il du Brésil ou de la Russie.

Ensuite, l'oligopolarchie monétaire poursuit une stratégie défensive, d’aide à ses grosses structures étatiques nationales et à ses grandes entreprises par le rachat de leur dette. Cela ne stimule pas suffisamment la demande, notamment celle adressée aux pays émergents. Le monde entier est donc entré dans une spirale déflationniste qui a d’abord touché les marchés de matières premières et s’étend désormais à d’autres secteurs de l’économie. Nous vivons une situation paradoxale de stimulation monétaire par les grandes banques centrales, de taux d’intérêt réduits à presque rien et de baisse des prix. Ce n’est plus la stagflation des années 1980, c’est l’inflation monétaire récessive.

Par ailleurs, l'oligopolarchie n’agit pas en vase clos. Tout ce qui est mal protégé chez elle (PME, populations mal formées, immigrés mal intégrés, etc.) souffre à l’unisson des pays extérieurs. Et ses entreprises exportatrices ou installées dans des marchés en récession, au premier chef les banques, commencent à sentir le goût amer de la déflation.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 10/02/2016 - 15:50 - Signaler un abus Démocratie représentative

    de plus en plus une farce! A quand la démocratie directe?

  • Par Prof et Cie - 10/02/2016 - 19:41 - Signaler un abus quoi faire de son epargne?

    A vous lire, le sauve qui peut n'est pas très éloigné et malheureusement je crains que vous fassiez partie du tres petit nombre de gens qui voient clair. Faut il acheter de l'or ou autre chose et le cacher dans son jardin avant que les banques ne vous confisquent ce que vous avez chez eux ???

  • Par Ganesha - 11/02/2016 - 00:21 - Signaler un abus Perspectives

    A priori, la perspective qu'un système entièrement pourri et corrompu s’effondre, c'est plutôt une bonne nouvelle ! Il ne semble pas que nous ayons à craindre la violence, et seuls les hyper-riches auront vraiment à perdre. Il faut avoir confiance dans la démocratie. Et espérer que les idées loufoques de certains commentateurs d'Atlantico ne soient trop représentatives de l'opinion majoritaire des français...

  • Par 2bout - 11/02/2016 - 13:07 - Signaler un abus Ganesha,

    Vous êtes, j'espère, conscient que ce n'est pas votre production intellectuelle qui vous nourrit. Comprenez-vous alors que votre retraite n'est pas autre chose qu'une rente alimentée par un système financier et tous ses à-côtés bien désagréables, puisqu'il a été décidé que l'on pouvait, que l'on devait jouir sans efforts, ou sans contraintes ?

  • Par zouk - 11/02/2016 - 13:57 - Signaler un abus J.O. 2024

    Avons nous réellement besoin d'ajouter à tous nos ennuis la certitude d'une débâcle financière comme Londres ou Athènes, compliquée d'une quasi paralysie de toute la région parisienne durant les Jeux? Non!

  • Par Ganesha - 11/02/2016 - 16:24 - Signaler un abus 2bout, Retraités

    Ceux que j'appelle les ''loufoques'', ce sont qui viennent ici déclarer ''je suis libéral'', sans se rendre compte le moins du monde de ce que cela signifie ! Ils sont enragés contre le ''Socialisme'' ! Ce qu'ils veulent, c'est le retour au ''chacun pour soi'' ! Supprimer la Sécurité Sociale, les Caisses de Retraite, le Salaire minimum ! Augmenter les inégalités sociales et permettre aux riches d’accroître sans limite leur fortune ! Lorsqu'on les met en face de ce qu'ils disent, sachant qu'ils n'ont aucun argument, ils réagissent par des insultes ! Excellent reportage, hier mardi, sur sur les retraités en Italie, dans le Journal d'Arte. P.s. d'après la mémoire de mon ordi, il semble que je vous ai déjà répondu sur ce sujet !

  • Par 2bout - 11/02/2016 - 18:25 - Signaler un abus Ganesha,

    Qui vous parle de riches et de moins riches ? Comprenez-vous que votre retraite n'est pas autre chose qu'une rente alimentée par un système financier qui a besoin pour y parvenir de produire de la dette, puisque le système de répartition mise en place après la guerre est soit déficitaire quand il est financé par les actifs, soit financé les impôts et par la dette (encore) pour la Fonction Publique, et que cette dette à un coût qui est différé ? Manifestement, cela vous échappe. Le contester se traduit par un "Chacun pour soi" selon vous, mais que le système s'effondre et vous serez le premier à en souffrir. Etonnant donc de voir lire souhaiter l'effondrement de ce système financier qui vous nourrit. Votre ennemi, est-ce vraiment la Finance ?

  • Par Ganesha - 13/02/2016 - 11:04 - Signaler un abus Revenu de Base

    C'est une évidence, une bulle spéculative gigantesque va exploser. Ce serait l'opportunité pour une refonte complète de notre système économique : disparition des paradis fiscaux, de la spéculation boursière, de l'exploitation des millions de travailleurs détachés (Bolkenstein) et de l'immigration… Bref, un grand nettoyage de l'épouvantable pourriture que présente désormais notre système ''capitaliste libéral'' qui est devenu complètement fou ! Concevoir une économie saine, juste et raisonnable. Instauration du ''Revenu de Base'' ? Les ''anti-communistes primaires'' vont piailler, mais le retour du Marxisme est inévitable, tout comme la République est revenue après Napoléon et les tentatives de restauration de la Monarchie. Le Capitalisme nous montre son ''niveau d'incompétence'', devenu totalement inacceptable ! Bien évidemment, tout comme la Terreur de 1793 avait servi de leçon, nous ne retomberons pas dans le Stalinisme ! L'humanité peut progresser ! C'est ce qui nous différencie du monde animal. Nous allons sortir de la ''Loi de la Jungle'' et c'est une bonne nouvelle !

  • Par 2bout - 13/02/2016 - 15:09 - Signaler un abus Ganesha,

    Dissocier dans vos analyses les termes capitalisme et libéralisme, SVP.

  • Par Ganesha - 14/02/2016 - 06:15 - Signaler un abus Les Rois de la Jungle

    Il y a-t-il un Capitalisme qui ne soit pas libéral ? Peut-on éviter que la logique de ce système empêche au final qu'un seul homme, ou une famille, se retrouve en position de posséder et diriger tout un secteur d'activité, sans aucun contrôle ou légitimité démocratique ? Que pensez-vous des millions de petits commerçants qui ont dû fermer leur boutique, et on se retrouve maintenant avec quelques familles qui dirigent chacune une chaîne de supermarchés. Que penser du monopole du commerce de la viande en France, entre les mains de mr. Jean-Paul Bigard (pas Jean-Marie, l'humoriste) qui peut décider, si la fantaisie l'en prend, de détruire l’agriculture française ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Bigard_(entreprise). La réponse facile, celle des radoteurs, c'est ''Le Stalinisme a échoué'' ! Certes, mais si les hommes sont doués d'une intelligence, c'est pour pouvoir imaginer une troisième solution, quand les deux précédentes ont échoué...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, paru le 6 mai aux éditions Ixelles

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€