Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avec la disparition de François Jacob, la logique du vivant est triste ; entraîner son cerveau pour lutter contre les démences

Et aussi : Une épidémie de rougeole fait trembler la Grande-Bretagne ; Bébés : seraient-ils déjà doués d’une conscience ? ; Trop de sel stimule la bactérie de l’ulcère.

Atlantico santé

Publié le
Avec la disparition de François Jacob, la logique du vivant est triste ; entraîner son cerveau pour lutter contre les démences

Pour éviter que le cerveau régresse, il faut l’entretenir. Crédit Reuters

Entraîner son cerveau pour lutter contre les démences

Le cerveau, c’est comme un muscle. Pour éviter qu’il ne régresse, il faut l’entretenir. C’est pourquoi une étude canadienne montre qu’en participant à des exercices de mémorisation ou de raisonnement, on peut améliorer ses capacités cérébrales, même à un âge avancé.

Êtes-vous plutôt sudoku ou êtes-vous récemment passé au ruzzle ? Selon une étude publiée dans le Canadian Medical Association Journal, les jeux de réflexion et les exercices mentaux permettraient de prévenir le déclin cognitif.

Et ce, bien plus efficacement que les médicaments ou les exercices physiques.

Lire la suite sur Futura Sciences

Une épidémie de rougeole fait trembler la Grande-Bretagne

Depuis novembre 2012, une épidémie de rougeole frappe la ville de Swansea, au pays de Galles, avec 808 cas constatés. Les autorités britanniques redoutent que le virus n’atteigne l’ensemble du territoire et surtout la capitale, Londres. Ce serait alors 2 millions d’enfants susceptibles de déclarer la maladie, potentiellement mortelle.

La rougeole n’a rien d’anodin. Avant la mise au point d’un vaccin dans les années 1960 luttant à la fois contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), on dénombrait 6 millions de victimes de cette maladie virale dans le monde, principalement des enfants. Heureusement, la vaccination massive s’est révélée efficace : de 135 millions de cas vers 1960, on est passé à 158.000 malades en 2011. Presque un facteur mille.

Lire la suite sur Futura Sciences

Avec la disparition de François Jacob, la logique du vivant est triste

Le grand biologiste François Jacob vient de s’éteindre à 92 ans. Avec Jacques Monod et André Lwoff, il avait obtenu le prix Nobel de médecine en 1965 pour ses travaux sur le code génétique, que l’on était en train de décrypter. Académicien, résistant et amoureux des arts, il a occupé une grande place dans l'histoire de la science.

Dans la cellule, les innombrables réactions chimiques sont régulées par une information codée dans l’ADN, bien protégé dans le noyau, et transmise par l’intermédiaire de l’ARN. Les collégiens savent cela, aujourd’hui, mais dans les années 1950, on le découvre. Trois chercheurs français de l’institut Pasteur, François Jacob, André Lwoff et Jacques Monod, seront récompensés par le prix Nobel de médecine de 1965 pour cette découverte. François Jacob était le plus jeune des trois et s’est fait connaître, et apprécier, de multiples manières.

Lire la suite sur Futura Sciences

Bébés : seraient-ils déjà doués d’une conscience ?

Dès 5 mois, alors qu’ils ne savent pas parler, les bébés présenteraient dans leur cerveau les mêmes signes de conscience que les adultes. Mais à cet âge précoce, les mécanismes cérébraux sont encore très lents.

Les bébés ont longtemps été considérés comme des êtres aux compétences limitées et ayant des comportements principalement automatiques, de type réflexe, qui ne s'accompagnent pas d'une expérience subjective consciente. Et pourtant : des chercheurs du CNRS au Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistiques, le LSCP (CNRS ─ École normale supérieure, Paris ─ EHESS), en collaboration avec des chercheurs de NeuroSpin (Inserm, CEA), montrent que les nourrissons possèdent dès 5 mois une forme de conscience similaire à celle des adultes. Ces résultats ont été publiés dans Science le 19 avril dernier.

Lire la suite sur Futura Sciences

Trop de sel stimule la bactérie de l’ulcère

La bactérie Helicobacter pilori présente chez la moitié de la population mondiale, est responsable de maladies gastriques sérieuses. Une étude montre comment une alimentation trop salée joue sur la virulence de cette bactérie et peut conduire au développement de cancers.

C’est la première bactérie directement impliquée dans la genèse d’un cancer : Helicobacter pylori est en outre responsable de nombreuses maladies de l’estomac. On considère qu’aujourd’hui, une personne sur deux est porteuse de cet agent infectieux et que 10 % d’entre elles développeront des infections gastriques sérieuses telles que des ulcères ou des gastrites chroniques.

Lire la suite sur Futura Sciences

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€