Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Solidification du carbone : l’arme fatale contre le dérèglement climatique ?

Moins de pollution atmosphérique, plus de ciment, la solution mise en place par la recherche est bénéfique sur tous les plans.Reste plus qu'à la financer.

Atlantico Green

Publié le - Mis à jour le 30 Mai 2016
Solidification du carbone : l’arme fatale contre le dérèglement climatique ?

Atlantico: Une des solutions de la recherche française pour diminuer la quantité de CO2 dans l'atmosphère serait d'exploiter le carbone. Vers quel type d'exploitation la recherche penche-t-elle?

Florent Bourgeois: Dans les faits, l’industrie utilise déjà du CO2 (celui-ci est extrait du sous-sol) pour fabriquer, par exemple, de l’acide salicylique qui entre dans la composition de l’aspirine. Mais cette utilisation, au demeurant fort utile, est insignifiante par rapport au CO2 que l'on émet.

Au Laboratoire de Génie Chimique de Toulouse,  nous cherchons à aller plus loin dans ces usages. À partir du CO2 sous forme de gaz, nous produisons des particules de carbonates (le carbone solidifié) qui pourraient être valorisées sous forme de matériaux de construction, notamment de ciments.

Le béton étant le deuxième matériau le plus consommé par l’homme après l’eau, le secteur de la construction apparait de prime abord comme un marché naturel de carbonates produits à partir du CO2. L’échelle de cette industrie est elle aussi à la mesure des quantités de CO2 qui doivent être transformées pour contribuer à limiter le réchauffement climatique.

 

Comment votre laboratoire transforme-t-il le carbone?

Nous accélérons un processus naturel : la transformation naturelle du CO2 en carbonate solide. Un carbonate se présente comme un caillou. La nature réalise ce processus  sur une échelle de temps géologique, donc très lentement. Nous essayons d'accélérer ce processus, sans toutefois consommer trop d’énergie pour y parvenir, en chauffant le mélange et sous une pression partielle de CO2 environ 300 fois supérieure à celle de l’atmosphère. Avec notre procédé, on réussit à produire des “cailloux” de quelques dizaines de microns en quelques heures.

Comment peut-on "attraper" le carbone de l'atmosphère?

Le captage du carbone au-dessus de nos têtes est beaucoup trop dilué pour que l'homme puisse le capter facilement. Bien sûr, il existe des procédés naturels : les végétaux, le plancton, les coraux consomment et transforment le CO2 de l'atmosphère. Nous limitons nos travaux au CO2 émis de manière  non diffuse, ou concentrée, qui est produit par de gros émetteurs industriels.

A la sortie d'un tuyau d'usine, le CO2 peut être aisément capté et concentré par des procédés de captage bien établis, généralement basés sur l’affinité entre un absorbant chimique et la molécule de CO2

Quelles sont les difficultés qui restent encore à résoudre?

Il faut que notre procédé soit le moins énergivore possible. En effet, il ne faudrait pas que le procédé de captage de CO2 émette plus de CO2 qu’il n’en élimine !

Nous souhaitons aujourd’hui quitter l’échelle du laboratoire et pouvoir tester cette technologie à une échelle plus grande et transposable à un niveau industriel. Transformer de grandes quantités de CO2. Mais pour le moment, nous en sommes seulement au stade du développement technologique, dont on ne peut présager la viabilité économique qui dépend de l'évolution de l'économie de l'environnement. Pour aller plus loin, il faut que le marché soit favorable. Et pour que le marché soit favorable, il faut qu’à l'émission d'une tonne de CO2 soit associée une valeur économique suffisamment élevée pour permettre de financer le processus de capture du CO2 et  sa transformation en carbonates. Le bilan net de l'opération doit être positif pour que le procédé puisse être attractif. Tant que la tonne de CO2 restera aussi bas qu’aujourd’hui, les procédés de mitigation du CO2 auront des difficultés  à voir le jour. Le protocole de Kyoto misait sur une valeur de 100 euros la tonne de CO2. Avec une telle valeur,  plusieurs options de captage et stockage du CO2 deviendraient économiquement possibles. Quelques start-ups, au Canada et en Australie par exemple, développent des méthodes de transformation du CO2 similaires à la nôtre, mais ces sociétés doivent leur développement à des fonds privés et publics importants qui leur permettent de développer leurs technologies. Nous sommes actuellement en recherche de financements qui nous permettraient de rester dans la course…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 29/05/2016 - 11:33 - Signaler un abus Captation du CO2

    Voilà une idée intéressante qui mériterait d'être soutenue, pourquoi pas grâce à la manne de la TIPP?

  • Par Ex abrupto - 29/05/2016 - 11:55 - Signaler un abus Financement

    N'est-ce pas l'un des objets de la taxe carbone?

  • Par brennec - 29/05/2016 - 17:19 - Signaler un abus Vivement une taxe!

    "Tant que la tonne de CO2 restera aussi bas qu’aujourd’hui, les procédés de mitigation du CO2 auront des difficultés à voir le jour." Ce qui en bon français veut dire que ce n'est pas économiquement viable si ce n'est pas subventionné d'une manière ou d'un autre, comme le sont les éoliennes et les panneaux solaire qui le sont sur les factures des particuliers. C'est autant qui est soustrait a la consommation, dont on se plaint qu'elle ne soutient pas la croissance.

  • Par moneo - 30/05/2016 - 16:47 - Signaler un abus Pourquoi faut il se débarrasser du C02?

    Selon la revue nature en date du 25 avril 2016 ( climate change)consignés par 32 chercheurs relevant de 24 instituts académiques de 8 pays développés le changement de l'environnement modifie la dynamique de la végétation . de 1982 à 2009 25à 50% du globe a reverdi tandis que 4% est plus brun ( décroissance) selon l'étude le phénomène ressortirait à 70% du C02 9% de l'azote 8% du changement climatique... constatons que le médias main street n'en parlent jamais mais nous parlent toujours de machins à subventionner pour diminuer le co2 ou remplacer l'électricité nucléaire ou fossile illustration du capitalisme de connivence? si quelqu'un a des suggestions.En tous cas ma note perso d'électricité commence à se ressentir sérieusement de nos moulins à vent ;je n'ose imaginer ce qu'elle va devenir quand toutes nos réalisations verront leurs méfaits s'ajouter sur nos factures et chez nous pays si peu taxé latex c'est la solution bien entendue Radio paris ment radio paris ment effrontément

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Florent Bourgeois

Florent Bourgeois, professeur en génie des procédés au Laboratoire de Génie Chimique (LGC) de Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€