Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 19 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Saccage de l’environnement : et le pire endroit au monde est...

Le lac de Baotou, dans la province chinoise de la Mongolie intérieure, a été rendu hautement toxique par le traitement des terres rares.

Atlantico Green

Publié le
Saccage de l’environnement : et le pire endroit au monde est...

Le lac de Baotou, endroit le plus toxique au monde. Crédit Reuters

Atlantico : Dans la province chinoise de la  Mongolie intérieure se trouve un lac noir (lac de Boatou), rendu toxique par les activités humaines et notamment le traitement des terres rares. Comment en est-on arrivé à ce que cette zone devienne hautement toxique et radioactive ?

Yann Queinnec : Cette zone du nord de la Chine située en Mongolie intérieure, à 650 kilomètres à l’ouest de Pékin, accueille la plus grande mine de terres rares au monde, Bayan Obo. Cette région produit 95% de ces minerais présents sur le marché. L’essentiel est exploité dans les dizaines d’usines de la ville de Baotou, la plupart appartenant à Baogan Group, une société d’Etat. L’extraction et le raffinage de ces minerais dont certains comme le thorium produisent des gaz radioactifs, nécessitent l’usage de produits chimiques très toxiques.

Les rejets discontinus et sans aucun traitement des boues noires gavées de résidus, se déversent dans le lac de Dalahai qui borde la ville et font de cette région un enfer environnemental et sanitaire.

Que sont ces terres rares, et quelle place occupent-elles dans notre quotidien ?

Les 17 minerais de la famille dite des terres rares présentent des propriétés chimiques et électromagnétiques exceptionnelles indispensables aux produits high tech grands public, aux moteurs électriques ou générateurs. Ces terres rares permettent le polissage des écrans tactiles de nos téléphones ou tablettes, se retrouvent dans les disques durs de nos ordinateurs. Elles ont même équipé la navette américaine Discovery. Dilemme paradoxal, la demande de néodyme, qui permet de produire des aimants surpuissants, a explosé avec le développement des voitures électriques et de l’industrie éolienne...

La ville de Baotou, à proximité du lac, compte plus de 2 millions d'habitants. Quel impact les eaux polluées ont-elles sur la population ? Celles-ci sont-elles obligées de migrer ?

Face à la prolifération des usines et la pollution les autorités ont proposé de reloger les anciens paysans. Mais les prix au mètre carré sont hors de portée, tandis que la pollution lié au déversement des produits toxiques et les poussières radioactives les empêchent de reprendre leurs activités agricoles…

Cette zone d'activité existe depuis une cinquantaine d'année. Le gouvernement chinois (qui l'exploite) ainsi que les autorités locales ont-elles pris des mesures ?

Les effets de l’annonce d’une vaste restructuration sensée assurer un développement plus durable se font encore attendre. La fermeture des petites usines les plus critiques n’a pas empêché les exploitations clandestines et ne s’est pas accompagnée des mesures environnementales adaptées. Difficile dans ces conditions d’accorder du crédit au classement Top 100 des entreprises vertes chinoises qui place en 2014 l’entreprise d’Etat Baotou steel Group (Baogan Group) en première position.

Les pays d’origine des entreprises les plus demandeuses de ces terres rares s’accomodent-ils de cette situation ?

Alors que l’Union Européenne, suivant en cela les Etats-Unis, s’apprête à adopter un règlement sur les « minerais du conflit » issus de zones de conflits telles que la RDC, ce type de dispositif, qui impose aux entreprises utilisatrices de faire preuve de vigilance pour éviter les atteintes, ne concerne par la question des terres rares chinoises.

Ainsi, les Etats où se trouvent des gisements de terres rares (Australie, au Canada, au Brésil ou sur le continent américain) montrant peu d’enthousiasme à les exploiter,compte tenu des nuisances, les donneurs d’ordre se trouvent devant un monopole de fait d’entreprises publiques chinoises.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 11/05/2015 - 01:12 - Signaler un abus Encore un effet collatéral de l'écologisme bobo!

    Non contents de nous imposer 50% d'énergies 5 fois plus coûteuses que le nucléaire en 2050, ces écolos de salons ont cru que ces énergies anciennes étaient "non polluantes". C'étaient sans compter sur les dégâts collatéraux de toutes décision gauchiste autoritaire et anti-libérale, qui finit toujours par aboutir à l'inverse de ce qu'avaient prédit les "bla-blateurs du salon rose"...hyper-polluantes, les éoliennes coûteuses de ces cretins d'écologistes, doublement polluant pour l'esprit des enfants et pour l'eau du globe, ces tablettes que Flamby veut offrir à nos enfants avec un milliard pris aux con-tribuables...on n'en a pas fini avec les dégâts collatéraux du gauchisme. Il a réussi à détruire l'économie des dictatures socialistes de l'est, il finira bien par achever l'économie française...une des dernières dictatures socialistes au monde!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yann Queinnec

Yann Queinnec est directeur général d'Affectio Mutandi, une agence spécialisée dans les stratégies de responsabilité sociétale et leur impact sur les populations.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€