Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un nouveau rapport de l’administration Trump prévoit une hausse des températures de 4 degrés d’ici 2100 et préconise… de ne rien faire

Le mois dernier l'administration de Donald Trump a rendu un rapport sur le réchauffement climatique. Rapport, qui prévoit une hausse des températures de 3.5 degrés d’ici 2100 si rien n'est fait.

Atlantico Green

Publié le
Un nouveau rapport de l’administration Trump prévoit une hausse des températures de 4 degrés d’ici 2100 et préconise… de ne rien faire

 Crédit Reuters

Atlantico : Comment expliquer une telle hausse ? Est-ce réaliste ? Quelles en seraient les conséquences ? 

Christian Gollier : C’est ce à quoi il faut s’attendre en effet. Avant l’ère industrielle on était en dessous de 300 ppm de concentration de CO2, aujourd’hui nous sommes à 410 ppm et pour éviter de passer au dessus de 2 degrés (d’augmentation des températures) il faut rester en dessous de 450 ppm.

Si rien n’est fait, on sera à 800 ppm d’ici la fin du siècle. Ainsi, l’augmentation de 3.5 degrés depuis 1988 ou de 4 degrés depuis le début du siècle, est très probable. 

De ce point de vue, ce rapport n’a rien d’exceptionnel. L’idée principale reste la même : il faut agir rapidement et efficacement. Ce qu’il a d’intéressant, c’est qu’il donne une idée de l’intensité des enjeux : si rien n’est fait la situation sera catastrophique. Or, nous avons de gros efforts à faire afin d’empêcher que cela n’arrive. 

A l’échelle française, pour éviter de passer le cap des 2 degrés il faudrait supprimer toutes les émissions de CO2. D’ici 2050 à 2060, la France doit être neutre. Ceci est faisable, on pourrait compenser la pollution provoquée par les voitures, par exemple, en plantant davantage d’arbre ou en séquestrant le carbone. 

Si cette technique n’est pas encore applicable -il ne s’agit aujourd’hui que de recherches- elle permettrait, dans des centrales à gaz, de capter le carbone, puis de le liquéfier et de l’injecter dans vieilles mines à charbon, par exemple. 

Mais encore une fois, il ne s’agit aujourd’hui que d’expérimentations, cette technique est encore loin d’être développée. D’autres sont bien plus prometteuses tels que le solaire ou l’éolien mais ne sont pas, non plus, totalement abouties (lorsqu’il y a ni soleil ni vent on ne peut pas produire d’électricité). 

Ainsi, aucune solution réelle  n’a  encore été trouvée mais les efforts, eux, ne peuvent plus attendre. Non seulement, si nous ne faisons rien, nous observerons un grand nombre d'événements extrêmes tels que des ouragans mais les conséquences économiques seront tout aussi désastreuses. Au rythme actuel du réchauffement climatique, les économistes prédisent une perte du PIB mondial de 30% d’ici 2 200.

Comment réagir à un tel rapport ? Quels mesures prendre afin d'éviter une telle hausse des températures ? 

Il faut que l’ensemble des êtres humains, des entreprises et des gouvernements se rendent compte des conséquences des dommages qu’ils génèrent lorsqu’ils émettent du CO2. 

Or, la seule solution est de leur faire payer ces dommages. C’est-à-dire d’instaurer une taxe ou un permis d’émission qui ferait que quiconque émettrait un kilos de CO2 devrait payer en conséquence. Les chercheurs et économistes évoquent un prix du carbone autour de 50euros la tonne de C02. Prix qui augmenterait au fur et à mesure des années -si la situation empire- pour arriver autour de 300 à 400euros la tonne d’ici 2050, représentant ainsi une augmentation de 5% par an.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 07/10/2018 - 11:15 - Signaler un abus A vos porte-monnaie !

    Veut-on sauver la planète et la vie sur Terre ? Alors il faut payer des taxes ! Et aussi oublier qu'aucun système énergétique ne produisant pas de CO2 n'est économiquement et technologiquement viable... sauf le nucléaire. Remarquez la logique: pas viables, donc financés par de l'argent public, par des taxes qui veulent nous contraindre à dégager moins de CO2. L'ennui est que si tout le monde respecte les conseils, plus personne ne paiera de taxe et le financement disparaît. Donc on paiera des taxes de toute façon... pour éviter l'inévitable. [PS: on sait aussi que les taxes qui doivent permettre d'entretenir les routes et les ponts sont détournées et ne servent pas à ça; on en a la preuve à chaque fois qu'on prend sa voiture ou son vélo. Pourquoi ce serait mieux avec d'autres, hein ?]

  • Par Kisepeu - 07/10/2018 - 12:18 - Signaler un abus nucléaire

    Les écolos nous mènent droit dans le mur. Depuis 40 ans ils ne disent que des âneries. Il n'y a que le nucléaire qui peut nous sauver. C'est la seule production énergétique sans émission de C02 ( pour toutes les énergies vertes, il faut des centrales à charbon lorsqu'il n'y a pas de vent ou de soleil.)

  • Par Anouman - 07/10/2018 - 12:54 - Signaler un abus Réchauffement

    La seule solution sera de s'adapter au réchauffement du mieux possible. Le reste ne sert qu'à taxer et favoriser des solutions énergétiques dont l'efficacité est douteuse. Il serait préférable de s'attaquer à la croissance de la population.

  • Par vangog - 08/10/2018 - 00:55 - Signaler un abus Un tissu de débilités débitées par un prophète de malheur!

    Les vrais scientifiques savent que les variations des climats (il n’y en a pas un, mais plusieurs, contrairement à ce que pensent les ignares...) sont dûs essentiellement aux activités solaires (et ce cretin qui veut que Trump agisse sur les activités solaires...plus niais, tu meurs!). L'activité humaine n’a qu’une très faible influence sur les climats. Encore ne faut-il pas agir , comme les écolo-régressifs de façon totalement contre-productive, en augmentant les productions de CO2 des centrales à charbon...Donald a raison d'être très prudent!

  • Par Borgowrio - 08/10/2018 - 12:22 - Signaler un abus On en est à quelques milimètres et encore

    Entendu à la télé ... Un fervent annonceur de l'apocalypse , nous disait que ça faisait quarante ans que le GIEC ou assimilé nous avertissait de la montée des eaux . Or , justement ,il n' y a pas le commencement d'une preuve ( 40 ans , tout de même) . On nous dit c'est pour 2100 , soit dans 80 ans que Paris , Rio Londres etc.. Serons submergés par les eaux . Je pose la question , quand ça commence ?

  • Par dmallaret - 11/10/2018 - 17:16 - Signaler un abus Une autre forme de l'anticapitalisme

    Pourquoi la France, 1% de la population mondiale devrait se serrer la ceinture pour aider les 99% qui restent et dont la grande majorité ne font d'ailleurs pas grand chose pour réduire le CO2. Après l'échec du communisme, l'anticapitalisme a du trouver une autre forme de contestation; Melanchon marxiste convaincu reconverti à l'écologie personnalise cette nouvelle démagogie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christian Gollier

Christian Gollier est économiste à la Toulouse School of Economics et co-auteur des 4e et 5e rapports du GIEC.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€