Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La grave erreur de la France et de l'Europe dans le développement à la va-vite des énergies renouvelables

En l'espace de dix ans, très peu d'évolutions sont à noter en matière de politique énergétique à l'échelle européenne. Un constat qui s'explique en partie par l'absence d'approche globale.

Atlantico Green

Publié le

Cet effort de R&D doit aussi porter sur les deux domaines dans lesquels une percée technologique peut, à terme, changer profondément la donne. Il s’agit du stockage de l’électricité dans des conditions de poids, de sécurité et de coût véritablement compatibles avec les exigences du transport - nous en sommes encore très éloignés - et des piles à combustible, en premier lieu celles à hydrogène qui soulèvent aussi la question du stockage. La course vers la révolution énergétique va s’engager entre ces deux compétiteurs !

Les différents problèmes énergétiques que nous rencontrons ne sont pas inhérents à la France. Pourquoi n'arrivons-nous pas à créer une politique européenne énergétique globale ? Pensez-vous qu'il s'agit d'un sujet sur lequel nous pourrions nous entendre dans un avenir proche ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi ?

Pourquoi a-t-on, à juste titre, le sentiment que l’Europe n’a pas de politique de l’énergie ? La politique européenne dans ce domaine, comme dans d’autres, peut-être qualifiée "d’oxymore" : des orientations sont prises, immédiatement édulcorées, affadies, contredites par d’autres décisions, leur ôtant toute pertinence. Deux exemples : l’ouverture du marché de l’électricité immédiatement suivie par la liberté des nations concernant leur "mix" énergétique, leur politique tarifaire, celle sur les énergies renouvelables, etc. ; ou bien encore l’incompatibilité des règles actuelles du marché de l’électricité et l’objectif des 3x20% décidé il y a dix ans pour lutter contre le réchauffement climatique. 

En outre, l’approche par la Commission de Bruxelles est beaucoup trop technocratique. C’est le cas, en particulier, des quotas de CO2: la position des pays de l’Est de l’Union conduit à des compromis qui complexifient la règlementation et la rendent inapplicable. Il est grand temps que la politique reprenne la main sur ce dossier ! Cette approche peut être aussi trop dogmatique; ainsi en va-t-il de la position de prise sur les contrats d’énergie à long terme : comment les bannir dans un marché que l’on veut libéraliser ?

Cette situation, faite d’incohérences ou de blocages, ne va-t-elle pas pousser certains pays à faire, pour l’énergie, comme les Anglais et sortir du carcan européen afin de décider une politique énergétique plus cohérente (quotas, tarification, incitations, etc.) tout en recherchant à améliorer la compétitivité de leurs entreprises ? Il faut bien constater, en effet, que ce que va pouvoir faire la Grande-Bretagne, après le Brexit, en matière d’énergie, ne peut se faire à 27 ! Nous ne pourrons décider en commun une taxe sur le carbone sans l’accord de tous. La conséquence est qu’il n’y aura pas de taxe ! Peut-on la remplacer par la fixation d’un prix plancher ? La question reste ouverte. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 18/12/2016 - 12:45 - Signaler un abus Energies renouvellables

    Dans ce domaine comme dans tant d'autres, des effets d'annonce, et fort coûteux, plutôt qu'une vraie réflexion à l'échelle de l'Europe et qui ne s'enferme pas dans la condamnation passionnée et irréfléchie du nucléaire. t n'oublions pas de regarder du côté de l'Air Liquide qui travaille sur la production de l'électricité par la pile à combustible qui utilise l'hydrogène, élément le plus abondant dans le monde et qui produit un déchet éminemment condamnable: l'eau.

  • Par vangog - 18/12/2016 - 13:40 - Signaler un abus Lutte contre le refroidissement climatique?

    Depuis 1997, date des premières mesures de température globale, celle-ci a baissé de 0,2 degrés par décennie, soit exactement l'inverse que ce qu'avaient prévu les gourous climatiques, qui influencent par leur lobbyisme actif, les décisions des technocrates europeistes. ..pas étonnant, donc, que les mesures coercitives prises par ces technocrates, aboutissent à des contradictions telles, que le but est inverse de celui recherché! On a l'habitude, avec ces navets...cet intervenant fait partie des "ultras" de l'écologisme, super-taxeur, super-planificateur, à la mode socialiste-soviétique...et comme les idéologies socialistes, cet Ayatollah rugit: "nos contraintes et taxes imposées ne fonctionnent pas, alors, allons encore plus loin, encore plus fort dans la taxation et la restriction des Libertés!" Marrant de voir qu'il a participé au commissariat à l'énergie atomique, et que, pas un seul instant, il n'évoque le nucléaire comme solution d'avenir pour éviter ses pollutions à base de machines à charbon allemandes et chinoises, privilégiées par l'ecologisme bêtifiant!...

  • Par Deneziere - 18/12/2016 - 13:44 - Signaler un abus De l'énergie fossile à l'énergie faux-cils

    L'Europe a fait au moins deux erreurs: la première en fantasmant un "peak fossil fuel" et en en faisant un instrument de peur politiquement correcte; la deuxième en s'embourbant dans une question climatique peut être tout autant fantasmée. Si on avait remplacé ces deux délires théoriques par les deux exigences pratiques suivantes : 1/ moins dépendre de ces pays tarés qui vendent les énergies fossiles et 2/ diminuer la facture pour tout le monde en investissant, alors on aurait eu un agenda politiquement moins correct mais probablement plus efficace.

  • Par HB78 - 18/12/2016 - 14:47 - Signaler un abus Quelqu'un comprend quelque chose ?

    Cet article est étrange, sans doute parce qu'il est court et donc plein d'approximations. Mais que vise t il donc quand il évoque un "effondrement du marché de l'électricité "? Quel effondrement ?? Un " recul lointain du pick oil "l (ah bon ?! Les sources SVP) ? La réticence française vis à vis de l'électricité (première nouvelle ! La politique a été massivement tournée vers le tout électrique dans les logements pendant des années, par exemple) ? Etc. Bref, je connais plutôt pas mal ces sujets énergétiques et comprends très mal plusieurs points forts de l'article...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 18/12/2016 - 15:31 - Signaler un abus @vangog

    Vous êtes "politiquement très incorrect" en laissant supposer que seuls les cons croient encore au réchauffement climatique. Mais on ne peut vous en vouloir tellement les journaleux nous gavent avec ce fameux réchauffement que personne n'est capable de prouver scientifiquement ( cf: l'innocence du carbone). Alors en attendant on a droit à ce genre d'article commis par des experts incapables d'avoir le moindre esprit critique...

  • Par l'enclume - 18/12/2016 - 16:06 - Signaler un abus Va savoir!

    Personnellement, lorsque je lis ma facture d'électricité, je constate combien me coûte les énergies renouvelables, UNE FORTUNE.

  • Par brennec - 18/12/2016 - 16:19 - Signaler un abus refroidissement

    @vangog vous notez un refroidissement depuis 1997. Pour ma part j'en étais resté a la "pause" (dénomination du GIEC qui laisse supposer que le réchauffement va reprendre après la pause café) depuis 1998 que tout le monde peut constater dans le graphique qui figure dans le dernier rapport du GIEC (je cite celui là car personne ne pourra dire qu'il est subventionné par les pétroliers). Ce serait bien de donner vos sources, je serais intéressé. Pour ce qui est du nucléaire il est amusant de noter que les écolos ont subitement détourné leur attention de James Hansen (directeur de l'institut godard de la nasa) quand il a dit que le nucléaire est la solution et que l'urgence commande d'y investir, en depit du fait que ce monsieur a été l'initiateur de la lutte contre le GES (son discours devant le congrès américain a ouvert les hostilités) et qu'on pourrait croire qu'il a disparu.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 18/12/2016 - 16:57 - Signaler un abus @brennec

    Lisez "l'innocence du carbone" de François Gervais (Albin Michel) et vous comprendrez mieux comment nous sommes tous manipulés..., On en reparle après !

  • Par vangog - 18/12/2016 - 17:42 - Signaler un abus @brennec "Hide the decline!" (Phil Jones)

    Voila ce qui ressort des mails hackés des directeurs du GIU: "manipulez et inversez les courbes, car les prévisions réchauffistes ne doivent jamais être mises en défaut par les mesures réelles de températures"... Or ces mesures montrent que la température globale baisse nettement depuis le pic de 1997, puis se stabilise iuhttp://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-global-LT-vs-UAH-and-RSS.png et que cette courbe de mesure réelle par satellite (comportant un biais pourtant supérieur à la normale) invalide totalement les prévisions alarmistes des réchauffistes. Mais, parmi les médias trotskystes, la règle est :" Hide the decline!" afin d'atteindre l'objectif récessif...un immense canular très rémunérateur pour les associations réchauffistes, qui engrangent des millions de dollars, comme l'affirme justement Donald, qui compte assécher les subventions ONUsiennes, dès l'année prochaine...

  • Par zouk - 23/12/2016 - 10:51 - Signaler un abus Energies renouvellables

    Triste résultat d'une approche purement nationale d'inspiration démagogique, il faut satisfaire les écologistes, souvent des extrémistes de gauche. L'exemple le plus triste: A. Merkel décidant l'arrêt immédiat des centrales nucléaires allemandes donc la reprise des centrales thermiques au charbon ou lignite donc production massive de CO2 et particules fines, ceci après la catastrophe de Fukushima, dont la cause première était sismique. Aucun danger sismique ne menaçait ni ne menace l'Allemagne. Quant aux éoliennes....quel coût!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Henri Conze

Henri Conze est ancien délégué général à l'Armement, et membre du conseil d'administration du Groupe Bull. Il a participé aux décisions ayant abouti à la mise en place de moyens de calcul puissants au Commissariat à l'énergie atomique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€