Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

La fonte des glaces en Arctique est riche de conséquences

Le réchauffement climatique contribue à la fonte des glaces et notamment au Pôle Nord qui subit d'importantes transformations. Nombre d'entre elles sont loin d'être sans conséquence sur l'avenir de la planète. Tour d'horizon...

Zegreenweb

Publié le
La fonte des glaces en Arctique est riche de conséquences

Selon les scientifiques, la glace fond d’environ trois à quatre mètres par an sur ce glacier depuis 2004.  Crédit Reuters

Une plante disparue depuis 400 ans revient à la vie

Selon les scientifiques, la glace fond d’environ trois à quatre mètres par an sur ce glacier depuis 2004. C’est ainsi que cette plante, qui était conservée sous la glace depuis environ 400 ans, à l’époque dite de petit âge de glace où le sol sur lequel elle poussait a été recouvert progressivement de glace, a pu refaire surface.

Les chercheurs ont ainsi découvert quelque chose qui était vert à la surface du sol.

Il s’agissait tout simplement d’anciennes bryophytes retrouvant un processus de croissance après 400 ans de sommeil forcé. Désormais cultivées en laboratoire, les bryophytes se portent très bien et sont en passe de retrouver leur cycle naturel. Leur structure est néanmoins très différente des plantes que nous connaissons aujourd’hui, ce qui va sans doute passionner les scientifiques.

L’hypothèse qui avait été récemment avancée selon laquelle la fonte des glaciers pourrait permettre à une certaine flore de reprendre vie est donc officiellement validée.

 (Lire la suite sur zegreenweb.com)

L’Arctique serait à l’origine d’importantes émissions de gaz à effet de serre

Une étude menée par Eric Kort, membre de l’Institut de Technologie de Californie(Caltech), et relayée par la revue Nature Geoscience, met en particulier l’accent sur la fonte des glaciers de l’Arctique, à l’origine d’un important relâchement de méthane (CH4) dans l’atmosphère.

A l’occasion de plusieurs survols du Grand Nord, avec des trajets pouvant aller jusqu’à 82 degrés de latitude nord, les chercheurs ont constaté une forte présence de ce gaz à effet de serre une vingtaine de fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2), notamment près des morceaux de glace flottant dans l’Arctique.

Si on ignore encore les causes de ce phénomène, il semblerait aujourd’hui que les eaux glacées de l’océan Arctique contiendraient une source importante du gaz « potentiellement sensible aux changements dans la couverture glacée de la mer », résument les auteurs. Ainsi la hausse du thermomètre mondial, en très grande partie responsable de la fonte des glaces dans l’océan, serait à l’origine d’un cercle vicieux : plus la température monte, plus la banquise s’érode, plus la glace relâche du méthane, d’où au bout du compte une aggravation du réchauffement climatique.

 (Lire la suite sur zegreenweb.com)

Forages en Arctique : le PNUE appelle à la prudence

Des risques bien réels pour une biodiversité déjà « chahutée » par le réchauffement climatique, qui détruit les habitats naturels, et la pollution. La donne est plus complexe pour les populations, lesquelles ne voient pas forcément d’un si mauvais oeil une exploitation des ressources en hydrocarbures qui doperait l’économie locale.

Il reste que le jeu n’en vaut pas la chandelle aux yeux de Greenpeace et consorts. Que les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour des extractions d’or noir en toute sécurité, malgré les allégations rassurantes de Shell. Qu’un accident aurait un impact colossal, quoiqu’impossible à évaluer à l’heure actuelle. Que nous ne sommes pas à l’abri d’un « Deepwater Horizon bis ».

Ainsi, le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) a pris position pour la présence de garde-fous autour de l’Arctique. Un bon moyen de son point de vue de mieux encadrer l’exploitation des ressources de la zone, qui semble inéluctable étant donné la détermination des pouvoirs publics et des industriels, conjuguée à l’épuisement du potentiel mondial en hydrocarbures et dans le même temps à l’augmentation continue de la demande énergétique. L’objectif est bien sûr de protéger autant que possible une région touchée de plein fouet par la hausse des températures qui pourrait, si l’on en croit les calculs de laNASA, entraîner la disparition pure et simple de la banquise en période estivale dès 2016.

« Aucune mesure ne devrait être prise pour exploiter le nouvel état environnemental de l’Arctique sans évaluer d’abord la façon dont l’exploitation affecterait les écosystèmes, les populations et le reste du monde, étant donné que le risque environnemental est élevé », estime le PNUE, cité par nos confrères de l’AFP. Un point de vue que son directeur Achim Steiner justifie également par le fait que,« durant les cinq dernières années, les glaces de l’Arctique ont fondu plus rapidement que ce qui était envisagé par les modèles » de prévisions des climatologues.

 (Lire la suite sur zegreenweb.com)

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par fabien775 - 09/06/2013 - 11:28 - Signaler un abus Ultra-libéralisme criminel

    Au nom de cette politique folle, les générations futures sont probablement condamnées. Toute l'économie repose sur le pétrole et aucune politique d'après pétrole n'existe. On assiste bientôt à la fin d'une civilisation.

  • Par ZOEDUBATO - 09/06/2013 - 11:46 - Signaler un abus Il ya 800 à 900 millions d'année la terre n'était plus

    qu'une énorme boule de Glace C'est le méthane contenu dans le sol qui a permis de redonner à la terre une température normale Alors avant de se prendre pour Dieu et décidé ce qui est bon ou mauvais les écolos ferait mieux d'essayer de comprendre l'histoire de notre planète, l'action et la pondération de chaque paramètre jusqu'à pouvoir modéliser les climats passés Alors compte tenu de leurs mensonges et des coûts inutiles énorme de leurs erreurs successives je propose de leur couper tout crédit et subventions et d'interdire le mécénat et le sponsoring de toutes réalisations dans lesquels ils interviendraient

  • Par Jean-Francois Morf - 09/06/2013 - 15:29 - Signaler un abus L'arctique fond mais l'antarctique gèle et prend de l'épaisseur!

    Googlez, en images: glaciation cycles, puis methane hydrate Les réchauffements climatiques ont eu lieu bien avant l'homme, et donc en aucun cas à cause de l'homme... Et la température pourrait encore bien re-monter de quelques °C, à moins qu'elle n'aie déjà recommencé à re-baisser pour les prochaines cent mille années... Vu de l'espace, les cyano-bactéries ont déjà recommencé à colorier notre planète bleue en planète verte, ce qui pourra la refroidir par effet albedo, le vert clair chauffant moins que le bleu foncé... Car chaque fois que l'eau devient trop chaude, des mutations se produisent, qui font que le phytoplancton pullule. Et qu'il envahit tous les océans, et consomme pendant 100'000 ans tout le CO2, pour le re-déposer en hydrate de méthane au fond des océans, jusqu'à ce que les continents soient à nouveau recouverts de km de glace blanche... Puis, tout à coup, l'hydrate de méthane remontera flotter à la surface, à la faveur d'un immense tremblement de terre, du au déséquilibre des continents recouverts de km de glaciers...

  • Par DEL - 09/06/2013 - 18:20 - Signaler un abus @zoédubateau

    Comme tout bon jacobiniste vous ne savez faire qu'une chose: interdire...

  • Par Le gorille - 10/06/2013 - 02:17 - Signaler un abus Le petit âge de glace à cause de l'homme ?

    Y avait donc pas d'écolos il y a 400 ans ? Qui ne disaient pas que l'homme faisait refroidir la planète ? Bizarre ! Bizarre !

  • Par Le gorille - 10/06/2013 - 02:23 - Signaler un abus Ils n'avaient pas de pétrole !

    Réponse : les écolos d'il y a 400 ans n'avaient pas de pétrole mais, au contraire de nous, ils n'avaient pas de (mauvaises) idées !

  • Par mich2pains - 11/06/2013 - 14:57 - Signaler un abus Tout à fait , CECILE ...!

    puisque ça " apporte de l' EAU à mon moulin " ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Zegreenweb

Le site www.zegreenweb.com

propose chaque jour toute l'actualité du développement durable et offre une véritable boîte à outil pour un quotidien plus soucieux de la planète (écogestes, recettes de cuisine bio, guide des restos bio, espace emplois verts, covoiturage, éco-consommation, etc.)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€