Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Faut-il arrêter de manger des produits de la mer ? Des scientifiques importants commencent à se poser sérieusement la question

Face à la menace que représente la raréfaction des stocks de poissons pour l'équilibre des océans, plusieurs scientifiques appellent à la fin de la consommation de produits de la mer.

Atlantico Green

Publié le
Faut-il arrêter de manger des produits de la mer ? Des scientifiques importants commencent à se poser sérieusement la question

Atlantico : Aujourd'hui les protéines issues de la pêche représentent 17% des protéines animales consommées par les humains, et plus de 6% des protéines consommées. Cependant les phénomènes de surpêche poussent de nombreux spécialistes, telle l’océanographe Syliva Earle ou la biologiste Laura McDonnell, sans être pour autant végan, à remettre en cause notre consommation de poisson. Doit-on arrêter de manger du poisson pour sauver nos réserves halieutiques ?

Frédéric Le Manach : Effectivement, les tendances mondiales ne sont pas très bonnes.[1] Certes, il existe des endroits où les populations de poissons se reconstituent car nous gérons mieux leur exploitation (c'est par exemple le cas du thon rouge en Méditerranée, menacé dans les années 2000, mais en pleine forme en ce moment),[2] mais près du tiers des "stocks"[3] est surexploité au niveau mondial.

[4] Il est donc certain que nous devons repenser notre modèle de consommation, que ce soit pour les poissons ou les autres protéines animales.

Chaque année, près de 20% des captures totales de poissons sont réduits en farines et en huiles dans le but d'alimenter les élevages de porcs, poulets et poissons. Pourtant, 90% de ces poissons pourraient être consommés directement par les humains avec beaucoup moins de pertes le long de la chaîne.[5] Ce gâchis n'a donc pas de sens, ni d'un point de vue environnementale car ces poissons ont un rôle important dans le réseau alimentaire océanique, ni d'un point de vue éthique puisque ces poissons sont souvent capturés au large de l'Amérique du Sud ou de l'Afrique, c'est-à-dire là où les populations locales sont dans une insécurité alimentaire constante.

Par ailleurs, le modèle actuel dominant dans les pays développés en termes de volumes, la pêche industrielle intensive, génère énormément de captures dîtes "accessoires" de poissons non valorisés et donc rejetés morts à la mer. En aval, la plupart du poisson commercialisé l'est en grande surface et finit souvent à la poubelle car il n'a pas trouvé acheteur.

Les tendances mondiales ne sont donc pas une fatalité : les poissons sont une ressource sauvage qui doit être considérée comme précieuse et qui doit donc être valorisée à son maximum. Si nous arrêtions de les gâcher, nous pourrions certainement continuer d'en consommer. En revanche, il est vrai qu'en l'état actuel des choses, mieux vaut limiter sa consommation de poisson notamment en évitant les espèces d'élevage comme le saumon ou la crevette et en préférant les poissons entiers pêchés avec des méthodes douces pour l'environnement comme le casier ou la ligne.

Qu'est-ce qui explique la situation critique dans laquelle se retrouve la faune marine aujourd’hui ?

Nous ne prenons pas du tout soin de l'océan, qui nous offre pourtant d'inestimables services : oxygène, régulation thermique, nourriture saine et abondante etc.

Les facteurs expliquant la situation critique dans laquelle se retrouve donc l'océan sont donc malheureusement multiples.[6] Il est vrai que de nombreuses méthodes de pêche ne sont pas du tout durables (c'est vrai de la pêche industrielle intensive mais aussi de certaines pratiques de petits pêcheurs, par exemple à l'explosif ou au poisson), mais elle n'est pas la seule coupable : les pollutions physique (plastique etc.), chimique (marées noires etc.), sonore (sonars de navires etc.) représentent également un problème conséquent, tout comme la "bétonisation" des côtes, l'introduction d'espèces invasives (via le transport maritime) ou la destruction des habitats sensibles comme les mangroves ou les herbiers qui constituent souvent des zones de nourrissage ou de nurserie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Christobal85 - 11/02/2018 - 13:19 - Signaler un abus Pas d’accord

    Pour une fois que je ne suis pas d’accord avec un article de mon journal préféré avec Valeurs Actuelles...mon mari est pêcheur et les stocks n’ont jamais été aussi élevés...et les quotas aussi faibles. la politique européenne est une hérésie, ne pas pouvoir ramener les poissons morts alors qu’ils pourraient profiter aux consommateurs est un non sens économique...bien sûr je parle de la pêche artisanale et pas des bateaux usines qui pillent les océans sans limites.

  • Par vangog - 11/02/2018 - 22:24 - Signaler un abus Entièrement d’accord avec le post précédent!

    A force de mettre des bateaux au rebut, l’UE a sur-protégé ses zones de pêche, parvenant à un repeuplement acceptable. Les zones asiatiques et russes ont subi une sur-pêche agressive poussant les bateaux de ces pays à aller piller, de plus en plusieurs loin, les eaux internationales. Plutôt que se polariser bêtement sur le CO2, c’est ce type de surpêche qu’aurait dû condamner l’accord de Paris, s’il n’avait pas été conduit par des abrutis...

  • Par Atlante13 - 12/02/2018 - 11:05 - Signaler un abus Non, vous confondez et mélangez tout

    n'est pas en cause la pêche organisée et gérée, plus ou moins bien d'ailleurs par l'UE (voir la pêche électrique), mais la pêche industrielle pratiquée par des fumiers sans scrupules qui sillonnent tous les océans, détruisant tout le système écologique à l'aide des filets et de lignes faisant des dizaines de km de long sur des bateaux usines gigantesques. Il s'agit de malades mentaux qui massacrent des centaines de millions de requins chaque année pour ne prélever que les ailerons, rejettent les bêtes encore vivantes qui se noient, incapables de nager. Il s'agit de malades mentaux, japonais, islandais ou norvégiens ou autres, qui continuent à massacrer les baleines et les dauphins. Il s'agit de bateaux usines sillonnant les océans pour ramasser tout le krill possible, chainon indispensable de la vie maritime, pour en faire des aliments pour chats. Et il s'agit aussi des pollutions et empoisonnements des mers par les déchets industriels. Sans que ça vienne perturber le bonheur des nos représentants à l'ONU.

  • Par assougoudrel - 12/02/2018 - 12:31 - Signaler un abus Rien qu'en France

    combien de tonnes de poissons sont jetées pour garder un prix élevé, car il ne faut pas donner de mauvaises habitudes aux consommateurs français? Combien d'intermédiaires qui s'en mettent plein les fouilles? Je connais des pêcheurs bretons et normands qui ont voulu donner des coquilles Saint-Jacques à des associations qui les ont refusé, car elles étaient dans leurs coquilles. Ces associations n'ont le droit de recevoir que du poisson cuisiné. J'habite près de la mer et j'achète rarement du poisson (trop cher) et je m'en gave à l'étranger comme en Espagne. Arrêtons le gaspillage et les comportements du fumiers de certains pays comme le dit si bien Atlante13 et tout irait pour le mieux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Le Manach

Frédéric Le Manach est directeur scientifique de l'association Bloom, qui oeuvre pour le bien commun en mettant en œuvre un pacte durable entre l’homme et la mer.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€