Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 23 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

De la tradition des vœux du nouvel an... et de l'élégance

En matière d'élégance comme dans la vie, il est parfois utile de briser les règles afin de se forger son propre style. Hugo Jacomet, fondateur de Parisian Gentleman nous explique comment.

Atlantico chic

Publié le
De la tradition des vœux du nouvel an... et de l'élégance

La découverte du procédé de lithographie popularisa l’envoi des cartes de Noël.

Alors que nous sommes entrés pour un mois dans la période traditionnelle des échanges des voeux pour la nouvelle année, nous nous sommes intéressés, comme à notre habitude, aux origines de cette tradition et à son « glissement » progressif vers une pratique de moins en moins codifiée et, avouons-le, de moins en moins intéressante… Pour ce faire, nous retranscrivons ci-après de larges extraits d’un excellent article consacré au sujet dont vous pouvez trouver la version originale ici : Le Mag Femmes : Les Origines de la Carte de Voeux.

A l’origine était la carte de Noël…

La tradition d’envoyer ses souhaits à l’occasion de la nouvelle année sur une carte de voeux est une pratique née en Angleterre et désormais très répandue de par le monde, en Europe, aux Etats-Unis, au Japon.

Tout commença en Grande-Bretagne en 1840 avec l’apparition du premier timbre-poste qui facilita grandement l’échange de courriers. Peu après, la découverte du procédé de lithographie popularisa l’envoi des cartes de Noël, cartes en couleurs décorées de gui, de houx, de crèches ou encore de sapins enneigés. Les cartes de Noël, que l’on envoyait durant la période de l’Avent, avaient pour fonction de souhaiter un Joyeux Noël à son entourage, mais pouvaient, à l’occasion, servir également à envoyer ses voeux pour la nouvelle année.

La coutume anglaise se répandit dans toute l’Europe, et il devint de bon ton en France d’envoyer une « carte de Noël ». Cependant, tandis qu’en Angleterre et dans d’autres pays un glissement intervenait dans l’utilisation de ces cartes (qui devenaient progressivement des cartes de voeux pour souhaiter la nouvelle année), la coutume anglaise importée suivit en France une évolution sensiblement différente. 

Coutumes françaises…

Il existait en France une coutume ancestrale aujourd’hui oubliée et dont ne subsiste que la tradition des étrennes : les visites du nouvel an. De façon tout à fait rituelle et formalisée, on rendait visite, dans les quinze jours qui suivaient le 1er janvier, à son entourage proche, famille et amis, mais aussi à ses collègues de travail, à son patron, et même à des familles pauvres ou des malades dont on avait à coeur d’embellir ces jours festifs par des dons et des marques d’amitié.

Cependant ces visites obligatoires étant perçues comme très contraignantes par beaucoup de gens, l’usage apparut de les remplacer par un passage éclair au domicile de la personne et la remise au concierge d’une carte de visite agrémentée de voeux. Parallèlement à cet usage attesté par des manuels de savoir-vivre du début du XXème siècle, perdurait également la coutume ancestrale de l’envoi de lettres au moment de la nouvelle année. On profitait en effet du prétexte des voeux à souhaiter pour renouer des amitiés distendues, ou se rappeler au bon souvenir de connaissances éloignées géographiquement. La carte de voeux telle que nous la connaissons aujourd’hui, c’est-à-dire illustrée et comportant une mention de souhaits, devint peu à peu la meilleure alliée de ces deux pratiques. Vers les années 30, l’usage se perdit d’utiliser une carte de visite ou un papier à lettres pour écrire ses voeux, et la carte de voeux se répandit massivement.

Aujourd’hui l’hégémonie des cartes de voeux « physiques » est évidemment remise en question par les outils digitaux (e-cards, mails, sms, posts facebook) et en conséquence, semble grandement perdre de son aspect exceptionnel et émotionnel… Car entre recevoir une jolie carte dans sa boite aux lettres, avec un beau message d’amitié écrit spécifiquement pour vous de la main de l’expéditeur et recevoir un banal mail (la plupart du temps « générique » et adressé à tout un carnet d’adresse sans distinction) comme vous en recevez des dizaines chaque jour, il y a un monde de différence en termes d’intention, d’émotion et de perception.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djelmé - 17/01/2014 - 14:53 - Signaler un abus Une belle et heureuse année M. Jacomet

    En mon nom que j'associerais volontiers à ceux de nous tous si j'en avais l'autorité, je veux envisager pour vous-mêmes et pour vos entreprises tout le succès et le bonheur, persistants. Nous sommes nombreux à vous lire et nos vœux ainsi sont bien intéressés, tant votre élégance partagée ici aussi nous ravit. Le Champagne me semble de mise :)

  • Par Renaud Bouchard - 17/01/2014 - 19:54 - Signaler un abus Meilleurs voeux!

    Comment, Cher Monsieur? Que se passe-t-il? Auriez-vous omis de commencer la rédaction de votre billet par l'habituel "Gentlemen"?

  • Par coucou.cmoi35 - 17/01/2014 - 23:58 - Signaler un abus Je passe

    .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€