Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ré-industralisation : quand la mode masculine montre l'exemple

Alors que le thème de la ré-industralisation du pays est au cœur du débat politique actuel en France, le secteur de l'élégance masculine classique est en train de montrer qu'il est possible de croire à un retour de certaines manufactures à haut savoir-faire dans nos contrées. Et ce sont les Anglais qui, comme d'habitude, tirent les premiers...

Atlantico chic

Publié le - Mis à jour le 2 Avril 2013
Ré-industralisation : quand la mode masculine montre l'exemple

Gentlemen,

Alors que nous sommes toutes et tous finalement sortis sans doute beaucoup plus indemnes de la fin du monde que du diner de réveillon familial – un véritable tsunami calorique suivi, généralement, d’une apocalypse digestive – nous reprenons ce jour le cours de nos aventures sartoriales avec une question simple mais qui nous semble terriblement à-propos : à défaut de fin du monde, ne serions nous pas en train d’assister à la fin d’un monde ?

Ou pour le dire différemment, n’avons nous pas, même sur le ton de la plaisanterie, une fois de plus, regardé le doigt quand le sage (qu’il soit antique ou contemporain, Maya, Romain ou que sais-je) nous montrait la lune ?

Ce titre – « la fin d’un monde » – était d’ailleurs celui de l’émission d’Yves Calvi « C’dans l’air »  diffusée il y a quelques  jours, durant laquelle Philippe Dessertine (professeur d’économie à Paris X) nous expliquait dans les grandes longueurs pourquoi nous étions bel et bien en train d’assister, à défaut d’apocalypse planétaire, à la fin d’un cycle de ce monde qui vient de subir, en un siècle, des mutations d’une ampleur absolument gigantesque.

Dans la même émission, Frédéric Lenoir, directeur du Monde des Religions et chercheur associé à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, expliquait  qu’il y avait tout simplement aujourd’hui,  une plus grande différence entre le monde du début du 20ème siècle et celui d’aujourd’hui qu’entre ce même monde des années 1900 et l’antiquité !

Le débat était centré sur le formidable paradoxe que traverse notre modèle économique et sociétal : pour faire simple, le paradigme de la croissance comme moteur unique de l’économie mondiale est à bout de souffle pour ne pas dire à l’agonie. En effet, alors que tous les gouvernements, notamment dans la zone euro, recherchent désespérément les fameux « leviers de croissance » qui nous sont présentés (à défaut d’être identifiés) comme notre unique voie de salut dans cette crise planétaire, la vérité des faits et des chiffres fait l’effet d’une gifle : si tous les pays affichaient demain matin, miraculeusement, un taux de croissance de 4% (ce qui, rassurons-nous est aujourd’hui du domaine de l’heroic fantasy), la planète et ses 7 milliards d’habitants serait, mécaniquement, sur le point de succomber en termes de ressources naturelles, de capacité à gérer cette progression exponentielle de la démographie, et de besoins en nourriture et en énergie  … Nous sommes donc, globalement, pris dans les mailles (!) du filet d’un extraordinaire paradoxe qui, que cela nous plaise ou non, va nous forcer à réinventer notre modèle de civilisation ou, plus humblement, à accepter le fait que celui-ci n’est plus, loin s’en faut, adapté aux gigantesques défis de notre époque.

Et nous dans tout cela ? Quel est le rapport avec notre sujet de prédilection de prime abord plus « léger » que ces débats de civilisation ?

Et bien, le monde de l’élégance masculine classique, si l’on prend le temps de l’envisager sous cet angle sociologique, constitue un formidable miroir grossissant des mutations à l’oeuvre dans nos sociétés occidentales.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Nico Attal - 04/01/2013 - 10:06 - Signaler un abus De l'importance de l'industrie textile en général

    Oui, c'est incroyable comme la créativité et les initiatives commencent à refleurir en Angleterre depuis que Cameron a relancé la manufacture du "tapis rouge".

  • Par Glabre et Ingambe - 04/01/2013 - 10:08 - Signaler un abus ô rage, ô désespoir

    HS/ On n'écrit pas "Et bien" mais "Eh bien." /HS

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€