Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Chaussures pour hommes : les meilleures marques 2015/2016 (partie 6)

Comme chaque année, Hugo Jacomet, blogueur star de l’élégance parisienne et fondateur du magazine en ligne Parisian Gentleman, propose l’une des sélections de souliers masculins les plus complètes et les plus détaillées disponible sur le web classée par gammes de prix. Aujourd’hui la 6ème partie : les chaussures entre 550 et 560 euros.

Atlantico chic

Publié le
Chaussures pour hommes : les meilleures marques 2015/2016 (partie 6)

Ces chaussures coûtent entre 550 et 560 euros.

Les sélections complètes sont accessibles ici : Sélection Partie 1 et Sélection Partie 2.

ROZSNYAI

Pour les amoureux des « Budapester »

 Prix moyen : 550 euros

ROZSNYAISHOES.COM

Rozsnyai, l’un des noms les plus difficiles à prononcer (et surtout à écrire) de cette sélection, est un chausseur hongrois fabricant, à la main, de bons souliers dans sa petite unité de production située à 200 km de la capitale et disposant d’une boutique dans le centre de Budapest, juste à coté de l’illustre Laszlo Vass (et de quelques autres chausseurs locaux).

Si Vass s’est fait remarquer dans le monde entier pour ses souliers particulièrement élégants (avec des formes très en phase avec le marché actuel et des designs très contemporains), Rozsnyai s’est plutôt fait remarquer, à une moins grande échelle cependant, pour sa production de Budapester.

Les Budapester sont des souliers ultra-costauds et massifs montés sur des formes elles-mêmes à dessein très « lourdes » et dont la particularité est de proposer un bout très haut. La couture triple (dite « Goyser ») est évidemment très visible et souvent très mise en valeur avec du fil contrasté pour insister sur l’impression évidente de solidité et de durabilité de l’ensemble.

On aime ou on aime pas, mais si vous aimez, alors la maison Rozsnyai est très certainement à mettre sur votre liste car les produits sont très sérieux et très bien réalisés, le tout à des prix évidemment très raisonnables pour du fait-main.

++ : De beaux Budapester montés-main proposés à des tarifs très compétitifs.

— : Le reste de la gamme (notamment la gamme dite « contemporaine ») est, à ce jour, beaucoup moins convaincante.

 

MARC GUYOT

Des souliers qui ne ressemblent à aucun autre

 Prix moyen : 550 euros

MARCGUYOT.COM

 

Marc Guyot est l’un des designers les plus doués de sa génération et ses créations, vraiment à part, semblent presque toutes sorties directement d’un catalogue Apparel Arts des années 30 (le fameux magazine illustré par Lawrence Fellows dont Guyot a racheté le nom), qu’il s’agisse de souliers, de costumes ou d’accessoires.

Dire que Guyot propose, saison après saison, des souliers qui ne ressemblent à aucun autre pourrait sembler exagéré surtout en cette période bénie de créativité débridée (!) dans le monde de la chaussure pour hommes.

Pourtant, pour suivre le travail de Guyot depuis plus de cinq ans maintenant, il semble que cette assertion n’ait jamais été aussi juste qu’aujourd’hui :

Marc Guyot fait ce qui lui plaît, contre vents et marées et propose des souliers à la personnalité unique comme l’escarpin de type années 30 ci-dessus, ce derby à garants tunnel ou encore ce derby saddle particulièrement réussis. Les tarifs démarrent à 420 euros, mais la gamme la plus intéressante est, indiscutablement, la gamme « Tradition » qui propose d’authentiques souliers d’esthètes en montage Goodyear sous gravure.

Pour ceux d’entre vous qui souhaitent s’assurer que leurs souliers ne ressemblent pas à ceux de leur(s) voisin(s).

++ : Des designs uniques à forte personnalité, des souliers vraiment différents, une belle qualité globale.

— : Des stocks assez restreints, par définition et un « menu » assez court.

 

ENZO BONAFE

Une pépite Bolonaise encore méconnue 

Prix moyen : 560 euros

ENZOBONAFE.COM

Il y a des maisons que l’on regrette de ne pas avoir recommandé plus tôt : c’est le cas de l’atelier Enzo Bonafè installé depuis 1963 à Bologne et qui représente peut-être, dans sa gamme de prix (et même dans celles juste au dessus), l’une des meilleurs affaires sur le marché actuellement, pour ceux d’entre vous étant en mesure de dépenser plus de 500 euros dans une paire de souliers.

Fondée en 1963, la maison Bonafè réalise de formidables souliers en cousu-trépointe (handwelted) dont certains modèles – comme les fameuses bottines à boutons maison - sont en train de devenir des classiques, grâce notamment au travail de Skoaktiebolaget, magasin installé à Stockholm, réputé pour sa sélection de beaux souliers, son excellente boutique en ligne et sa présence très forte sur les forums et les réseaux sociaux.

A noter que les souliers Bonafè sont réputés pour leurs chaussants proposant, notamment, des cous-de-pied assez généreux et un confort global excellent.

Nous sommes heureux chez PG que la maison Bonafè sorte enfin de l’anonymat relatif dans lequel elle vivait jusqu’alors (en fabriquant principalement pour d’autres marques) et se fasse un nom pour elle-même, car elle le mérite vraiment. La marque n’est d’ailleurs pas, à ce jour, distribuée en France, voir ICI la liste des revendeurs agréés.

++ : De splendides souliers « handwelted » à des tarifs très placés pour ce genre de prestation haut de gamme.

— : Une distribution encore confidentielle et un site Web maison d’un autre temps (avec de très mauvaises photos qui ne rendent en aucun cas grâce à l’excellence de la fabrication).

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Greg Jacomet

Greg Jacomet, 24 ans, est éditeur du magazine Parisian Gentleman, éditorialiste pour le magazine "The Rake" et un expert aujourd’hui très réputé en matière de parfumerie, notamment masculine. 
 
Il est également un grand spécialiste du monde des jeux vidéo et l’animateur de la rubrique "Atlantico Games" consacrée à l’actualité internationale du secteur.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€