Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Février 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Veillée d’armes sur les marchés avant l'élection présidentielle américaine

Force est de constater que mercredi matin tous les doutes et interrogations ne seront pas levés. En effet, le nom du vainqueur est clé mais sa capacité de « gestion effective » sera au moins aussi importante : quelle sera sa marge de manœuvre avec le Congrès ?

Atlantico Bourse

Publié le
Veillée d’armes sur les marchés avant l'élection présidentielle américaine

Les entreprises américaines liées à la construction seront donc favorisées de même dans un second temps que les entreprises liées à la consommation des ménages.

Plus que quelques heures à attendre pour connaître le nouveau président américain. Les marchés échaudés par le Brexit de juin ne se hasardent pas à anticiper les résultats. Cela semble plus prudent effectivement tant les résultats s’annoncent serrés. Nous avons, chez Talence Gestion une ligne de conduite claire : ne prenons aucune position en fonction d’une échéance politique quelle qu’elle soit. L’élection américaine ne déroge pas à cette règle. Nous analysons néanmoins les éléments et les études à notre disposition pour estimer dans quelle mesure notre stratégie et nos positions pourraient évoluer dans les différents contextes post événement politique de ce type.

Dans le cas américain, force est de constater que mercredi matin tous les doutes et interrogations ne seront pas levés. En effet, le nom du vainqueur est clé mais sa capacité de « gestion effective » sera au moins aussi importante : quelle sera sa marge de manœuvre avec le Congrès ?

Depuis quelques années l’aspect « partisan » l’emporte dans les votes du congrès ou du sénat : un président d’un camp est désormais de plus en plus largement « empêché » d’agir par un congrès ou un sénat d’un autre camp. Cela peut remettre largement en cause ce que l’on pense aujourd’hui des programmes.

Justement si l’on analyse les programmes on peut distinguer quelques lignes claires et imaginer des conséquences. L’un des points commun des deux candidats réside dans la volonté de relancer l’économie soit par des réductions d’impôts soit par des dépenses d’infrastructure. Cette politique de relance très classique paraît nécessaire pour ce qui concerne les infrastructures : les études comparatives montrent un niveau d’obsolescence élevé aux Etats-Unis qui les positionne très mal par rapport aux autres pays développés... Les entreprises américaines liées à la construction seront donc favorisées de même dans un second temps que les entreprises liées à la consommation des ménages.

Autre point commun, les deux candidats vont augmenter les dépenses liées à la Défense : même schéma, les valeurs de défense américaines vont largement profiter de cette manne.

Par contre l’impact de ces mesures est quasi certain pour 2018 et 2019 : un déficit en très forte hausse. Certaines hypothèses prévoient même un déficit équivalent à 8-10% du PIB…ce qui serait du jamais vu hors période de crise. Deux conséquences directes sur les marchés : une tension à prévoir à un moment ou un autre sur les taux longs et, au moins dans un premier temps une nette baisse du dollar, nous y reviendrons.

Sur les autres éléments à envisager dans le cas Clinton en particulier : les dépenses de santé seront plus contrôlées et la pression sur la régulation des banques va s’accentuer ; enfin les fusions acquisitions pourraient être moins faciles sous une présidence Clinton.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€