Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 23 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Trump destitué…quelles conséquences pour les marchés ?

La probabilité que D.Trump ne finisse pas son mandat a très nettement progressé ces derniers jours. Si cela arrivait, les marchés qui avaient salué son arrivée par une hausse spectaculaire retourneraient-ils simplement à la case départ ? Non !

Catastrophe ?

Publié le
Trump destitué…quelles conséquences pour les marchés ?

La probabilité que D.Trump ne finisse pas son mandat a très nettement progressé ces derniers jours. Si cela arrivait,  les marchés qui avaient salué son arrivée par une hausse spectaculaire retourneraient-ils simplement à la case départ ? Non ! La déception serait probablement très forte pour les investisseurs : les actions américaines, en particulier, seraient certainement sanctionnées mais sur les taux ou les devises la situation est moins claire…et de ce fait avec des nuances par zone géographique ou par secteur économique, le reste du monde sera plus  moins impacté par un « Trumpxit ».

D.Trump a pris un risque politique énorme en se séparant du Directeur du FBI. Les commentaires ont été immédiatement très négatifs aux Etats-Unis…et les anticipations d’une fin précipitée de son mandat ont repris de la vigueur. Les bookmakers américains évaluent désormais la probabilité d’un empêchement ou d’une démission à 45%. Nous sommes donc obligés de réfléchir aux conséquences que cet événement entraînerait. 

Connaissant le personnage, une destitution ou une démission se déroulerait probablement dans une ambiance de tensions extrêmes.  Ceci, en tout état de cause, serait probablement mauvais pour les marchés. 

Sur l’économie d’abord : Il faut garder à l’esprit que l’économie américaine évolue depuis quelques mois sur un rythme de croissance modérée. Un départ de D.Trump créerait probablement un trou dans la confiance dans l’économie avec des conséquences négatives sur l’investissement. Les PIB 2017 et 2018 pourraient si la situation s’éternise tangenter  le 0% de « croissance ».  

La politique de la Banque Centrale Américaine (FED) serait elle aussi affectée  : Les hausses de taux prévues pourraient être reportées. Les taux courts seraient dès lors maintenus sur des niveaux très bas pendant toute la période de flou politique. Les taux longs seraient également attirés par le bas du fait de la faiblesse de l’économie américaine. Les taux 10 ans pourraient ainsi revenir vers 1,6%. 

Les résultats des entreprises américaines seraient probablement, au moins un peu, affectés par le « trou » de croissance de l’économie américaine mais seraient « soutenus » par les taux bas et par la flexibilité dont sont capables les entreprises américaines. Une remontée du chômage serait probable aussi qu’un trou dans la consommation. 

Par conséquent, sur les marchés actions la sanction pourrait être assez sévère et ce d’autant plus que les anticipations des investisseurs restent fortes concernant des mesures « pro-business » que devaient prendre M.Trump : une baisse des indices de 10 à 15% sur les grands indices américains serait envisageable pendant la période de flottement politique. 

Dans le détail, les banques, les valeurs liées à la consommation domestique américaine, les petites et moyennes valeurs seraient les plus affectées : -15% à -20% serait possible. Les banques ont été favorisées par la baisse des impôts prévues par M.Trump mais aussi par les mesures de dérégulation envisagées.  Les valeurs liées à la consommation et les petites-moyennes valeurs étaient celles qui devaient  bénéficier le plus des baisses d’impôts et de la consommation des ménages favorisée par l’accroissement des dépenses fédérales. Le départ de D.Trump retarderait ou carrément annulerait ces mesures. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lazydoc - 15/05/2017 - 23:53 - Signaler un abus Si les bookmakers le disent,

    ça doit être vrai. Faire tout un article là dessus. Que pensent les book de EM?

  • Par Liberdom - 16/05/2017 - 04:40 - Signaler un abus Grotesque

    Un article entièrement écrit au conditionnel par un des nombreux détracteur de Trump, qui ne cite à son avantage que les médias et l'intelligentsia qui sont complètement anti-Trump. Mauvaise copie.

  • Par moneo - 16/05/2017 - 09:47 - Signaler un abus n'importe quoi

    ou prendre ses désirs pour la réalité ?depuis Nixon dés qu l'on n'est pas d'accord avec la pensée démocrate il y a un nouveau watergate en gestation wake up the seventies are over

  • Par Anguerrand - 16/05/2017 - 18:19 - Signaler un abus Et Hollande n'avait il pas des casseroles au cul

    Durant 5 ans il a triché détourné de l'argent, de nombreuses plaintes ont été déposées, normalement apres 6 mois les juges du mur des cons vont certainement etre très gentil avec lui. Il n'est pas Sarkozy ou Fillon de droite ceux la. Il est est à noterqu'aucun d'entre eux n'est encore reconnu coupable. Et puis maintenant ce n'est plus intéressant, leur candidat a été élu, grâce à eux et aux medias partisans .

  • Par jurgio - 16/05/2017 - 20:08 - Signaler un abus Les USA imitent nos poubelles-médias

    We trust in Trump.

  • Par A M A - 25/05/2017 - 17:22 - Signaler un abus le retour de Hoover

    En virant le patron du FBI, d'après l'auteur, Donald Trump a pu compromettre la durée de son mandat présidentiel. Ceci revient à dire que le pouvoir américain dépend essentiellement de la police politique, en l'occurrence du FBI. En quelque sorte c'est le retour de Hoover. En France, notre FBI serait un "Canard enchaîné" qui pèse d'un poids décisif dans nos élections présidentielles. C'est plus subtil, moins "ricain".

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€