Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Sénèque commente les heures et quand Leica mesure le temps : c’est l’actualité des montres à quelques jours de l’été

Mais aussi le retour d’une baby boomeuse restée célèbre, la pâle blancheur des tendances de l’été, le bleu légendaire d’une piscine d’eau de mer et l’émerveillement post-soviétique des ampoules à filaments…

Atlantic-tac

Publié le
Quand Sénèque commente les heures et quand Leica mesure le temps : c’est l’actualité des montres à quelques jours de l’été

Les codes traditionnels des montres de pilote dans une version pleine d’intelligence philosophique…

STOIC : Les stoïciens se mettent à faire des montres…

Les bons maîtres-horlogers sont comme les chats : ils ont au moins neuf vies ! Britannique installé en Suisse, le méchanicien Peter Speake Marin avait fondé voici une quinzaine d’années sa marque éponyme, revendue depuis. Il revient sur le devant de la scène avec une montre clairement inspirée par une doctrine philosophique héritée de l’Antiquité gréco-latine : le stoïcisme. C’est, semble-t-il, la première fois dans l’histoire des montres qu’une marque est ouvertement dédiée à une philosophie de l’existence. On en trouvera la confirmation dans la citation de Sénèque qui figure au dos de chaque montre : « Rien ne nous appartient ; seul le temps est à nous » (Lettres à Lucilius).

Il s’agit de nous faire prendre mieux conscience du temps, « ce bien fugitif et glissant [qui]est l’unique possession que nous ait départie la nature » (toujours Sénèque). Ayant fait avec les années son apprentissage de la sérénité, le tout juste quinquagénaire Peter Speake Marin a eu l’intelligence de repenser son approche horlogère en rompant avec le non-conformisme créatif lourdement tarifé de ses précédentes expériences dans la haute horlogerie. Le non-conformisme est désormais dans l’essence, et non plus dans l’apparence. La marque Stoic – difficile de faire plus explicite comme nom – semble apaisée, avec ses références aux montres mécaniques de l’âge d’or : une esthétique rassurante, puisée aux sources de l’horlogerie iconique, comme les « montres de pilote » (ci-dessus), les chronographes à compteurs contrastés ou les montres de plongée. La vraie horlogerie, c’est ce qui reste quand on a tout oublié de la futilité ostentatoire et quand on s’est dépouillé des fétichismes conventionnels – à commencer par la croyance absurde à un Swiss Made qui ne cesse de trahir ses promesses. En plus de cette frugalité stylistique, Stoic a l’immense politesse (en fait, très générationnelle – et Peter Speake Marin se montre ici très avisé) de pratiquer une très stoïcienne modération tarifaire, puisque ses prix iront de moins de 300 euros (chronographe à quartz) à moins de 500 euros pour la montre de plongée, en passant par moins de 400 euros pour la « montre de pilote » (le tout disponible sur le site de Stoic). Authenticité de la démarche auprès d’un nouveau public amateur de belles montres, sincérité du produit, originalité de l’approche philosophique personnelle, réalisme économique : on tient peut-être enfin « la » montre de l’été…

https://www.stoicworld.com/

KELTON : Et vous changiez pour Kelton ?

Inlassablement reprise par les radios de l’époque, la ritournelle publicitaire est encore dans les oreilles de tous les baby boomers : « Vous vous changez, changez de Kelton ». Cette marque d’entrée de gamme – dont les montres étaient fabriquées en France, à Besançon – n’avait pas résisté au tsunami des montres à quartz, mais, en surfant sur la vague de la mode vintage, elle est aujourd’hui de retour sur le marché, avec quelques-uns de ces marqueurs esthétiques seventies qui font rêver les nouvelles générations. On a même l’impression que les prix de cette nouvelle collection Iconic sont seventies : 99 euros pour le boîtier « tonneau » de la Racingci-dessous, qu’on nous jure être assemblé en France (mouvement japonais) et réalisé en série limitée à 299 exemplaires. Miracle promotionnel de cette nouvelle entrée de gamme : ce ne sera que 79 euros pour les cent premières commandes passées sur le site de Kelton

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€