Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les Nippons sortent de leurs montagnes et quand les plongeuses se piquent d’élégance : c’est l’actualité des montres au cœur du printemps

Mais aussi la culture de la transparence qui dure deux semaines, la capsule temporelle qui pivote sur 360°, les clous de Paris d’une couronne en céramique et le record d’une montre suisse sociofinancée qui a le mérite d’y croire…

Atlantic-tac

Publié le
Quand les Nippons sortent de leurs montagnes et quand les plongeuses se piquent d’élégance : c’est l’actualité des montres au cœur du printemps

EBERHARD & CO : La politesse tarifaire d’une sportive chic…
 

La marque est « rare », réputée chez les collectionneurs de montres vintage et sélective pour ses points de vente, mais elle sait rester aussi accessible qu’attrayante dans ses propositions. Spécialiste des chronographes « à l’ancienne », la maison suisse Eberhard & Co s’est efforcée cette année de penser aux jeunes femmes contemporaines, qui veulent pouvoir disposer d’une « montre à tout faire », élégante et pratique, sur laquelle elles puissent compter au bureau comme en week-end ou à la piscine.

C’est ce qu’on appelle aujourd’hui le « sport chic ». Ça tombe bien, Eberhard & Co a une solide réputation du côté des montres sportives Swiss Made : la nouvelle Scafograph 100 est clairement une « simplification » des Scafograph de plongée, en acier (38 mm), mais avec une lunette en céramique travaillée façon « clous de Paris », un bracelet en caoutchouc (option acier possible) et un amusant cadran en nacre, dans une harmonie qui permet de choisir entre le blanc et le chocolat. Une montre aux proportions très justes, très dynamique et très générationnelle, qui a la politesse de ne réclamer qu’un peu plus de 2 400 euros pour équiper les poignets féminins qui ne se satisfont plus des mêmes montres que celles de « maman »…

Eberhard & Co Scafograph 100

MINASE : Dans la haute tradition des artisans nippons…

Cette marque est on ne peut plus japonaise dans son approche de la montre, mais c’est probablement la référence horlogère la moins connue de tous les acteurs nippons dans ce domaine. C’est même la plus petite des manufactures horlogères japonaises ! Installée dans le nord-est du Japon (dans cette région d’Akita où se produisent quelques-uns des meilleurs sakés du monde), Minase est, à l’origine, une manufacture qui fabriquait des outils, avec un souci d’excellence digne de la grande tradition pré-industrielle japonaise et du savoir-faire artisanal dans ce domaine (les spécialistes désignent cet état d’esprit sous le nom de monozukuri). Pour la famille propriétaire de cette manufacture, il était tentant de passer de la micro-mécanique nécessaire pour réaliser cet outillage aux composants horlogers, puis aux montres elles-mêmes – et ce n’est pas parce que la région ressemble étrangement aux paysages de montagne des watch valleys suisses. Minase est le nom du village rural où les ateliers de Minase (prononcez « Minazé ») est installée : son éloignement de tout y contraint ces artisans horlogers à tout faire sur place, hormis le mouvement qui vient de Suisse (ce qui est en soi un bel hommage des horlogers du mont Kurikoma aux horlogers de l’arc alpin). Du coup, ces artisans nippons ont inventé un type des montres totalement original, tant par la forme du boîtier que par leur ouverture à la lumière (de larges « fenêtres » s’ouvrent dans ce boîtiers) ou par le montage de ce qui n’est plus un cadran. L’esthétique est aussi puissante que déroutante. Le tout avec de finitions et un sens du polissage qui rappellent la tradition des anciens sabres japonais. Les montres sont proposées à des prix inférieurs à ceux des montres suisses de cette catégorie d’artisanat d’art horloger (de 3 000 euros à 10 000 euros en moyenne), mais il ne serait pas pertinent de comparer Minase à la moindre marque suisse : peut-on comparer une coupe de saké d’Akita à un verre de Bordeaux ? Minase est ailleurs – et c’est ce qui fait sa force…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€