Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les gabelous en rajoutent dans la terreur "liquide" et quand les chenilles font défiler les heures : c’est l’actualité des montres dans l’attente du Père Noël

Mais aussi le bronze des scaphandriers qui investit les poignets, un équipement de haute horlogerie digne du Nautilus (ce n’est pas une Nautilus) et un moineau siffleur qui se croit tout permis sur sa tortue…

Atlantic-tac

Publié le

MB&F : La revanche du moineau siffleuraux yeux de saphir…

C’est l’effet père Noël : il y a une providence pour les animaux qui n’avaient pas pu embarquer dans l’Arche de Noé et qui ont donc disparu. La jeune maison indépendante MB&F – dites « laboratoire créatif », c’est plus chic – a donc entrepris de ressusciter en mode mécanique une superbe chimère : la tortue génétiquement modifiée pour cacher un passereau dans sa carapace. La tortue (1,4 kg et 24 cm au garrot) se déplace toute seule à la force de ses rouages intérieurs et un capteur mécanique lui interdit de tomber de la table. Le moineau piailleur en or blanc se dresse hors de sa trappe et pousse ses trilles à la moindre sollicitation, dans le plus strict respect de la tradition de ces « oiseaux chanteurs » qui enchantaient autrefois les empereurs chinois et les tsars russes.

Pour animer le tout de façon encore plus réaliste [l’interrupteur est logé dans la queue du chélonien], 480 composants mécaniques et une soufflerie qui siffle mieux qu’un passéridé au printemps. Développé avec la maison Reuge (dernière entreprise suisse de « boîtes à musique » et l’automaticien méchanique Nicolas Court, cet automate « Kelys & Chirp » est un vrai jouet de garçon, édité en quatre séries limitées à dix-huit exemplaires (quatre couleurs de carapaces) et facturé un peu au-dessus des 40 000 euros pour ceux qui ont la chance de toujours croire au père Noël…

 

STROM : Un parfum de rétro-nostalgie industrielle…

Ce qu’il y a de bien, avec les horlogers suisses, c’est qu’on ne s’ennuie jamais ! Dans la famille Strom, on a toujours donné dans l’horlogerie, mais jamais dans le conformisme. Daniel Strom, le représentant de la troisième génération [la quatrième, celle de ses enfants, est déjà active dans l’entreprise], a décidé de rompre avec le « bon goût » de l’horlogerie classique et de se laisser à ces esthétiques plus disruptives, quoique toujours dans l’esprit de la haute horlogerie. Les lecteurs qui ont de la mémoire se souviendront des créatures biomécanoïdes de sa collection Agonium (Atlantic-Tac du 20 octobre) : c’est peut-être la dernière montre commandée par Johnny Hallyday, qui adorait porter les créations de Daniel Strom. Avec sa nouvelle Nethuns II Diving Tourbillon, on touche aux confins profonds de l’art horloger – c’est un « tourbillon » mécanique tout ce qu’il y a de plus haut de gamme – et d’un style qu’on pourrait qualifier de steampunk, disons rétro-nostalgique industriel. Tout-à-fait dans le genre de la montre-bracelet qu’aurait pu porter le capitaine Nemo à la barre de son Nautilus. C’est évidemment très coûteux pour une (vraie) montre de plongée, étanche à 200 mètres, qui sera facturée autour de 70 000 euros, mais c’est un tourbillon mécanique de grand luxe [les concurrents le vendent 120 000 euros]. De toute façon, ce genre de capriceau poignet est réservé aux amateurs très exigeants, qui ont déjà à peu près fait le tour de toutes les grandes marques statutaires et qui veulent s’offrir un petit plaisir, histoire de faire un pied-de-nez à la bienpensance horlogère et aux convenances de la carpo-bienséance…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€