Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Einstein trouve son style au poignet, quand le dynamitero franco-suisse lance sa bombe et quand on peut tout dire mais pas à n’importe quel non-initié : c’est l’actualité des montres

Mais aussi les heures sous cloche d’acier de la copine de Marc, l’armure précieuse des impératrices sacrées en 2016 et les aiguilles de tatouage qui se prennent pour des aiguilles horlogères…

Atlantic-tac

Publié le
Quand Einstein trouve son style au poignet, quand le dynamitero franco-suisse lance sa bombe et quand on peut tout dire mais pas à n’importe quel non-initié : c’est l’actualité des montres

Une architecture mécanique comme on n’avait pas vue depuis quatre siècles pour un nouveau et très disruptif concept de « résonance laminaire ».

  • DOMINIQUE RENAUD : Les artistes du temps sont des fines lames…

Nées à la fin du Moyen-Age, les montres mécaniques fonctionnent selon les mêmes principes physiques depuis à peu près quatre siècles : un fantastique exemple d’obsolescence contrôlée et sublimée dans la virtuosité technique ! On voit cependant ces principes mécaniques régulièrement contestés. Dernier dynamiteur en date [on en verra quelques autres en 2016] : Dominique Renaud, Français de naissance, Suisse de facto, auquel on doit déjà quelques-unes des plus belles « complications » mécaniques de ces deux dernières décennies. Au lieu de se contenter des oscillations d’un balancier (ce qui fait tic-tac) relancé par un ressort spiral, il a imaginé de faire vibrer des lames selon un principe de « résonance laminaire » encore jamais vu dans une montre mécanique. On optimise ainsi la consommation énergétique du mouvement (moins de frottement et de déperditions dynamiques), ainsi que la précision de la montre.

L’écho esthétique à cette révolution mécanique n’est pas moins puissant, avec un mouvement logé dans un cylindre de verre saphir transparent qui peut pivoter pour révéler tous les détails des fonctions de ce « calibre ». Encore une fois, du jamais vu à un poignet. Il n’y aura que douze exemplaires de cette DR 01, qui seront tous des pièces uniques personnalisables à la demande de leurs heureux propriétaires – lesquels devront être assez gâtés par la fortune pour poser un tout petit moins d’un million d’euros sur la table pour rentrer à la maison avec cet « ovni » au poignet. Les jouets de garçons sont hors de prix cette saison…

  • DEWITT : Une touche de modernité dans les profondeurs de l’éternité…

Authentique descendant de l’empereur Napoléon Ier, le comte Jérôme De Witt préfère les grandes batailles horlogères aux campagnes militaires de son ancêtre. Il ne songe qu’aux impératrices contemporaines, ces femmes pour lesquelles il a dessiné sa nouvelle montre Blue Empire, bijou autant que montre, objet du temps autant qu’objet de parure, travaillé comme un précieux diadème autant que comme une armure d’or et d’acier. Le bleu profond du cadran travaillé en soleil baroque est encerclé par le feu des diamants. On admirera ici la justesse des courbes et la tension des lignes d’une pièce de haute horlogerie, qui reste cependant une « montre à vivre » au quotidien, dans un mariage impertinent de l’éternité et de la modernité.

  • NORD ZEITMASCHINE : La « machine » du temps qui résume Einstein dans l’espace…

C’est une des montres les plus bluffantes de ce début 2016 : imaginez que le compteur des minutes se déplace alors que l’aiguille des minutes se raccourcit ou s’allonge pour suivre la course de ces minutes sur ces compteurs mobiles. On voit ainsi le temps passer dans l’espace : Einstein aurait adoré cette montre FreesDial qui résume graphiquement un des axiomes de sa Théorie de la relativité générale. D’autant que la course de ces minutes sur le cadran dessine le symbole de l’éternité (la lemniscate en huit renversé). On imagine la complexité mécanique des rouages et des roulements à billes qui gèrent toute cette agitation (voir la vidéo ci-dessous). La lecture de l’heure est plus reposante (en bas à droite du cadran : on n’ose plus écrire vers 5 h). À gauche, vers 8 h, un disque GMT pour afficher l’heure d’un second fuseau horaire, sur 24 heures, avec un micro-disque jour/nuit. On trouvera la date vers 11 h. Quand le Swiss Made ne sert pas à rhabiller de neuf des modèles empruntés au passé, les mécaniques suisses restent les plus fascinantes du monde…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€