Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 29 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les crânes annoncent une révolution médicale, quand un des meilleurs horlogers du monde se recentre et quand les heures se font prismatiques : c’est l’actualité des montres

Mais aussi la petite Suisse qui se prend normalement au sérieux, les mille fleurs mexicaines qu’on cultive sur de la nacre et un goût de rock’n’roll pour réveiller les poignets…

Atlantic-tac

Publié le
Quand les crânes annoncent une révolution médicale, quand un des meilleurs horlogers du monde se recentre et quand les heures se font prismatiques : c’est l’actualité des montres

Des touches de couleur inlassablement posées sur une nacre et séchées au four pour évoquer l’univers graphique du folklore mexicain…

HERMÈS : Mille fleurs qui éclosent dans la nacre…

La délicatesse est un des marqueurs identitaires de la maison Hermès, qui sait l’exprimer en carrés de soie aussi bien qu’en montres décorées ou en pièces de maroquinerie précieuse. L’animation de cette montre Slim d’Hermès fait appel à la peinture miniature sur nacre, une très ancienne technique qui reprend ici les motifs et les couleurs d’un foulard de soie créé par la graphiste Laetitia Bianchi. Il faut près de vingt couches de couleurs, chacune suivie d’un passage au four pour sécher la peinture, pour orner ainsi la nacre de cette Mille fleurs du Mexique, pays dont on a retenu quelques clins d’œil folkloriques dans le traitement des plumes, des feuilles et du bestiaire fantastique.

Chaque cadran de cette série limitée à six pièces est ainsi unique : on y retrouve l’esprit des grandes tapisseries animalières de l’Europe renaissante. C’est avec ces collections réenchantées par les métiers d’art qu’Hermès trouve sa vraie légitimité horlogère…

MCT : Un affichage digital et séquentiel du temps qui passe…

MCT pour Manufacture contemporaine du temps : cette marque – qui tient plus du laboratoire créatif que de l’institution horlogère – vient d’être récemment relancée, sur les bases de ses codes identitaires, élaborées à la fin des années 2000. Les heures sont affichées sur des « prismes » qui portent les chiffres (ici : 10 heures). À chaque heure, l’échancrure du cercle centralcruciforme se déplace pour dévoiler un autre « prisme » avec le chiffre de la nouvelle heure (on distingue le 11 sur la droite). Les minutes restent traditionnelles en faisant le tour du cadran (ici : 10 h 10). Cette S210 joue les classiques dans un boîtier rond de 46 mm et avec un mouvement automatique entièrement développé en interne pour optimiser le fonctionnement de cet affichage séquentiel très original du temps qui passe. L’expression mécanique est intense, avec la volonté de marier des lignes fortes, sinon dures, avec un certain sens des courbes, confirmé par l’effet dôme du verre saphir. C’est une montre très architecturée, qui ne laisse personne indifférent…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€