Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les codes des marques décodent les angoisses des montres suisses et quand l’électronique dépanne la mécanique : c’est l’actualité des montres à l’heure du premier salon horloger de l’année

Mais aussi les ponts d’or qui ne sont plus en or, la furtivité contemporaine d’un chronographe tricolore, le cuir qui semble tressé d’argent et les « brèves de remontoir » de la semaine…

Atlantic-tac

Publié le
Quand les codes des marques décodent les angoisses des montres suisses et quand l’électronique dépanne la mécanique : c’est l’actualité des montres à l’heure du premier salon horloger de l’année

La compilation parodique de leurs codes identitaires n’a pas vraiment fait rigoler les grandes marques…

H. MOSER & CIE : La montre qui était un « monstre » insupportable…

Comme la créature du Dr Frankenstein, la « Frankenwatch » de H. Moser & Cie. a échappé à son créateur. Lancée hier sur les réseaux sociaux, l’idée de cette Swiss Icons Watch était de synthétiser, autour du ramdam médiatique soulevé par cette pièce unique, toutes les questions que devrait se poser l’industrie horlogère suisse à propos de la « substance » de son message, de sa paresse créative, des bidonnages de sa communication et des impasses où l’enferment ses « influenceurs » préférés. La vidéo officielle du lancement de cette Swiss Icons Watch confirmait explicitement et satiriquement ces critiques : elle a été supprimée du site de la marque, mais nous la proposons à titre d’information aux lecteurs d’Atlantic-tac (ci-dessous).

La Swiss Icons Watch était d’autant plus amusante qu’elle compilait parodiquement les codes identitaires des principales icônes de l’horlogerie suisse : on y reconnaît la lunette bicolore de Rolex, la protège-couronne de Panerai, la couronne de Cartier, le pont d’or de Girard-Perregaux au-dessus du faux tourbillon, les aiguilles de Breguet, le style octogonal d’Audemars Piguet, les vis du boîtier de Hublot, le cadran strié bleu de Patek Philippe, les aiguilles de Breguet, etc. De quoi réfléchir – même avec une pièce unique symbolique – à la vanité de ces codes inlassablement bégayés, qui résument trop souvent le message des marques. Il semblerait que la pression des « grandes marques » ainsi caricaturées ait eu raison de l’humour du bouffon qui osait dire que le roi était nu…

GIRARD-PERREGAUX : La modernité en toute légèreté…

Pour comprendre ce que pourrait être le style contemporain de la haute horlogerie suisse, il suffit d’admirer cette Neo-Tourbillon proposée par Girard-Perregaux. Le hasard de l’actualité permet de comparer le pont en or qui décore la « Frankenwatch » de H. Moser & Cie. (ci-dessus) à un des ponts en titane de la nouvelle montre Neo-Tourbillon de Girard-Perregaux (ci-dessous). Le triple pont d’or doublement fléché relève d’une tradition horlogère suisse – les mécaniques sous « trois ponts d’or » – qui s’est imposée dans les années 1880. On en retrouve l’héritage, restylé, reprofilé et modernisé, interprété en noir, dans les ponts qui structurent ce cadran, l’un (en bas) assurant le maintien du tourbillon, l’autre (en haut) serrant le barillet qui stocke l’énergie de la montre. Un chef-d’œuvre d’architecture micro-mécanique, qui sous-tend les lignes de la montre pour en souligner les volumes : le temps y est comme suspendu dans sa complexité. Pour le reste, on admirera l’astuce du micro-rotor de remontage automatique dissimulé sous le barillet et on appréciera le « squelettage » qui allège les parties mécaniques de la montre, l’ellipse graphique des aiguilles et la fluidité générale des lignes de cette Neo-Tourbillon Three Bridges Skeleton allégée par son boîtier en titane (45 mm) et vouée à la lumière par son large écran de verre saphir bombé. Transparence, légèreté, identité, modernité : le spectacle est totale et l’interprétation contemporaine magistrale [il faudra quand même gagner au Loto pour s’offrir, autour des 120 000 euros, cette œuvre d’art horloger contemporain]

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€