Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 21 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les antilopes risquent leur peau et quand la belle ne craque pas devant la bête : c’est l’actualité des montres entre Ascension et Pentecôte

Mais aussi le rendez-vous astronomique qui écrit le temps, la grande classe sans frisson financier et le grand vert du chic anglais…

Atlantic-tac

Publié le
Quand les antilopes risquent leur peau et quand la belle ne craque pas devant la bête : c’est l’actualité des montres entre Ascension et Pentecôte

TAG HEUER : Cara a maté le grand fauve…

Bien sûr, on regarde la montre dans les yeux ! Elle (la montre), c’est une Carrera Lady de TAG Heuer, avec un mouvement automatique sous le cadran semé de quelques diamants qui couronnent aussi le boîtier. Elle (la belle), c’est la bouillante icône milléniale Cara Delevingne, qui prend la pose pour la campagne publicitaire « Dont’ Crack Under Pressure » de la marque suisse – laquelle aurait pu trouver une traduction française pour cet excellent slogan. Pour la petite histoire, le lion était vraiment derrière elle, sans entraves, pendant cette prise de vues. Elle (la bête), c’est un vrai lion, ce roi des animaux qui est aussi le signe astrologique sous le signe duquel est née Cara Delevingne.

Ce qui est fort dans cette publicité, c’est qu’elle n’exploite pas le corps de la femme comme un signal primaire et vulgaire aujourd’hui très banalisé et même franchement anti-éthique : c’est qu’elle illustre l’intense fragilité et la folle audace de cette femme, ainsi que la puissance de son regard, face à la force terrible et sauvage d’un lion. On sent bien que Cara la courageuse ne craquera pas sous la pression du grand fauve qui feule dans son dos. C’est très fort et très suggestif, mais dans le meilleur sens du terme. Serait-ce la première pub vraiment féministe de l’histoire des montres ?

BOVET : Le rendez-vous cosmique de trois astres majeurs…

Histoire de rêver un peu, on va maintenant vous raconter l’histoire d’une montre qui pourrait vous coûter un peu moins d’un demi-million d’euros, mais seuls une cinquantaine d’heureux collectionneurs pourront l’obtenir. C’est le prix à payer pour un chef-d’œuvre de la complexité mécanique contemporaine, réalisé en Suisse selon les règles très exigeantes d’un art horloger précisément codé depuis le XIXe siècle. La marque ? Bovet 1822 : à ce niveau de qualité et d’exigences esthétiques, on peut même se permettre de ne pas graver son nom sur le cadran et Pascal Raffy, l’actuel propriétaire d’une maison dont l’histoire court sur trois siècles, s’en voudrait de pécher contre la discrétion. Le modèle : « Récital 22 Grand Récital », une montre à l’architecture unique, qui combine trois astres de notre horizon. Une Terre hémisphérique peinte à la main et vue du pôle Nord (on lit l’heure sur le disque au sud de cette Terre) ; une Lune sphérique en orbite autour de cette Terre, avec un affichage visuel et graphique de ses différentes phases au cours du mois lunaire ; un Soleil qui tourne sur lui-même au-dessus du « tourbillon » de la montre. À gauche, les minutes rétrogrades de l’heure exacte. À droite, la réserve de marche du mouvement. On trouvera au dos de la montre l’indication du jour, de la date et du mois, ainsi que de l’année bissextile (il s’agit donc d’un calendrier perpétuel, qui tiendra un siècle avant de réclamer le moindre réglage). Pour faciliter la lecture de ce tableau de bord astronomique, l’ensemble a été légèrement incliné vers le porteur de la montre, qui devient donc une sorte de pupitre, un « écritoire » du temps qui passe, en 46 mm de diamètre sous « cloche ». On vous épargne les géniales subtilités mécaniques et les multiples brevets qui ont été déposés pour mettre au point ce récital cosmique d’une infinie précision. Bovet 1822, c’est exceptionnel !

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€