Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les amoureuses surfent sur l’écume des diamants et quand les charmeuses jouent les scandinaves : c’est l’actualité des montres à l’approche de la Saint-Valentin

Mais aussi la course folle des anneaux de l’éternel retour, le basculement d’une lettre sur un cadran concave, le temps poétique de fleurs aussi uniques que précieuses et les montres caleçonnées d’un certain Tom Ford…

Atlantic-tac

Publié le
Quand les amoureuses surfent sur l’écume des diamants et quand les charmeuses jouent les scandinaves : c’est l’actualité des montres à l’approche de la Saint-Valentin

VAN CLEEF & ARPELS : On peut toujours rêver…

Au cas où vous auriez un ou deux bons gros millions d’euros à flamber d’ici la Saint-Valentin, prenez rendez-vous à la boutique Van Cleef & Arpels de la place Vendôme et demandez à voir quelques montres de la collection « Le jardin Van Cleef & Arpels » : c’est un bouquet de montres fleuries (pâquerettes, myosotis, chrysanthèmes, pivoines et autres) composées de pierres plus précieuses les unes que les autres (voir, ci-dessous, la vidéo sur les fleurs qui jonchent le temps poétique de ce jardin enchanté). Nous ne vous en présentons qu’une, la pièce unique Dandelion (la plus coûteuse), dont le torque propose d’épatantes métamorphoses sous le signe du diamants montées en « trembleuse » pour faire éclater leur lumière. On reste émerveillé devant tant de virtuosité et on se félicite qu’il puisse exister sur cette planète une poignée de milliardaires capables d’offrir à celle qui le mérite (ou pas) de tels joyaux qui ont fait travailler les ateliers de Van Cleef & Arpels pendant des mois…

ULYSSE NARDIN : L’écume d’une vague de diamants…

Les vénérables manufactures suisses font d’héroïques efforts pour s’intéresser aux femmes et tenter de rajeunir leur image de marque.

C’est souvent pathétique, mais, parfois, l’entreprise est couronnée de succès. C’est le cas de la maison Ulysse Nardin, fondée en 1846 et plus fréquemment occupée à créer des chronomètres pour les marines de guerre que d’arpenter les sentiers de la gloire auprès du public féminin. Changement de ton cette année avec une collection Jade Classico qui parvient à rester à la fois féminine, précieuse (par son semis de diamants), abordable (autour des 7 000 euros pour les versions non serties : ci-dessous) et néanmoins digne de la prestigieuse signature qu’elle porte. Si la touche joaillière s’avère soignée et poussée jusqu’aux 76 diamants sur la lunette, l’allure est classique (un boîtier rond de 37 mm, en acier), mais le style l’est un peu moins, avec une « vague » qui vient éclabousser la nacre du cadran de l’écume de ses diamants. Un style rajeuni dans le goût « sport chic », une manufacture de référence, une élégance incontestable au poignet : de quoi initier une amoureuse aux arcanes de la haute horlogerie…

DE GRISOGONO : La course folle des anneaux de l’éternel retour…

Si la collection Allegra est une magnifique démonstration de virtuosité joaillière, admirée par tous les confrères et concurrents hauts joailliers de Fawaz Gruosi, elle n’avait pas encore connu de déclinaison purement horlogère. La nouvelle Allegra 25 joue dans ce registre formel de courbes entrelacées et les anneaux sertis de pierres précieuses qui expriment à la fois l’éternel retour de l’amour et du temps. Si les premiers modèles de cette nouvelle collection sont relativement sage, on peut faire confiance à la maison créée par Fawaz Gruosi pour libérer ensuite son goût pour les pierres de couleur dont la juxtaposition fait chanter la lumière. Les carats s’enroulent dans l’or rose en défiant les heures qui passent sur leur fond de nacre : on y croit et on rêve, mais ce rêve ne sera pas forcément partagé par votre banquier…

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€