Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les icônes de la pop font-elles avancer ou reculer le féminisme ?

Elles affichent haut leurs seins et leurs fesses et se proclament "féministes". Les Beyoncé, Miley Cyrus & Co ont-elles inventé une autre manière de s'affirmer en tant que femme ? Font-elles avancer la cause ? Ont-elles au contraire intégré les codes du sexisme ordinaire ? Nous avons posé la question à l'universitaire Françoise Picq qui a participé au Mouvement de libération des femmes.

L'Atlanti-question du lundi

Publié le
Les icônes de la pop font-elles avancer ou reculer le féminisme ?

Beyoncé fait-elle avancer ou reculer le féminisme ?  Crédit Reuters

Barbara Lambert : Partout, on nous le dit : les nouvelles icônes de la pop – Beyoncé, Miley Cyrus, etc. - feraient avancer le féminisme… Peut-on être star et féministe ? Dans la mesure où une star dépend du regard de l’autre, n’est-ce pas incompatible ?

Françoise Picq : Pas du tout. Rappelez-vous le Manifeste des 343 : des stars de l’époque ont été sollicitées pour signer le manifeste déclarant qu’elles avaient avorté.

>>>>>>>> A lire également : Like a Virgin : de Madonna à Sœur Christina, la chanson qui était tellement révolutionnaire qu’elle en est devenue banale

Il s’agissait de « stars » intellectuelles...

Il y avait aussi beaucoup d’actrices : Catherine Deneuve, Françoise Fabian, Delphine Seyrig évidemment, puisqu’elle était une féministe engagée. Elle était dans le noyau central du mouvement. Il y avait trois personnes importantes : Simone de Beauvoir, Delphine Seyrig et Christiane Rochefort qui ont récolté les signatures des célébrités.

Etre star, cela oblige aussi à « se vendre », ce qui n’est pas forcément très féministe…

Etre star, c’est être effectivement constitué comme objet, par le regard de l’autre. Delphine Seyrig, qui était une star et une féministe engagée, a fait un film sur le sujet : « Sois belle et tais-toi ». Il y était question des stars et de leur rapport à l’image : elle le comparait à la prostitution. Les stars peuvent prendre part au mouvement, mais ne peuvent pas en créer un à elles toutes seules. Au départ du MLF, il y avait un certain nombre de femmes connues. Parmi la dizaine de femmes qui, le 26 août 1970, réalisent la première action du Mouvement de libération des femmes en déposant une gerbe à la femme du soldat inconnu, il y avait deux écrivains stars : Christiane Rochefort et Monique Wittig. Mais elles n’étaient pas seules.

Les Beyoncé et Cie sont des femmes d’affaires, des entreprises à elles toutes seules. Faire de l’argent, est-ce féministe ?

Ce n’est pas féministe, mais ce n’est pas incompatible non plus.

Vous avez un exemple de femme riche ou de femme d’affaires féministe ? Il y avait la créatrice des éditions des femmes, Antoinette Fouque…

Ah non ! Antoinette Fouque n’est pas une femme d’argent qui a promu la cause, c’est une femme qui a fait de l’argent sur la cause. Au départ, elle n’avait pas d’argent du tout.

Mais l’argent, pour y revenir, n’est-ce pas un attribut masculin ? La femme peut-elle s’en emparer pour se libérer ?

Bien sûr. Aux Etats-Unis, Helena Rubinstein, par exemple, a lancé une fondation pour venir en aide aux femmes.

Peut-on se servir de son corps, de ses attributs sexuels, comme le font Beyoncé ou Miley Cyrus, et en même temps promouvoir la cause féministe ?

La contradiction n’est pas interdite. Nous vivons chacune avec nos contradictions. Dans le mouvement féministe, il y a eu, par exemple, des débats pour savoir si on peut être féministe et mariée, ou féministe et hétérosexuelle…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 18/11/2014 - 11:54 - Signaler un abus Rondeurs

    De toute évidence, ces femmes sont ''anti-féministes'' : elles assument leur corps et recherchent le désir des hommes !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Françoise Picq

Françoise Picq est universitaire (science politique, université Paris-Dauphine). Elle a participé au mouvement de libération des femmes depuis 1970 et au développement des études féministes. Ses travaux portent notamment sur l'histoire du féminisme. Ses derniers ouvrages parus sont : Libération des femmes, quarante ans de mouvements (éditions dialogues.fr, 2011) ; Féministe encore et toujours (éditions Indigène, 2012)

Voir la bio en entier

Barbara Lambert

Barbara Lambert a goûté à l'édition et enseigné la littérature anglaise et américaine avant de devenir journaliste à "Livres Hebdo". Elle est aujourd'hui responsable des rubriques société/idées d'Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€