Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Témoignage du photographe Ronaldo Schemidt, lauréat du World press photo 2018

Ronaldo Schemidt, photographe de l'AFP, a remporté le prix de la photo de l'année lors des World press photo. Son cliché extrêmement impressionnant a été pris lors des émeutes de mai 2017 à Caracas, au Venezuela.

World press photo 2018

Publié le

Le jury de la World press photo 2018 a décerné, ce jeudi à Amsterdam, le prix de la photo de l'année au photographe de l'AFP, Ronaldo Schemidt, pour son cliché intitulé "Crise au Venezuela". Cette image saisissante d'un manifestant masqué et en flammes a été immortalisée lors des émeutes de l'an dernier à Caracas. Ronaldo Schemidt est Vénézuelien. Il travaille pour les bureaux de l'AFP de Mexico. Il a souvent été envoyé couvrir des événements dans son pays d'origine. 

Plus de 4 500 professionnels de 125 pays ont participé à ce prix pour l'édition 2018. Ronaldo Schemidt a remporté le prix face à quatre aux photographes finalistes. Son cliché exceptionnel a également obtenu le premier prix dans la catégorie "Spot News". 
 
Cette image a été prise dans un quartier de l'est de la capitale vénézuélienne.
L'homme sur la photographie est Victor Salazar, un jeune étudiant de 28 ans. Il a pris feu après avoir fait exploser le réservoir d'essence de la Guarda Nacional, sur la place Altamira à Caracas. La séquence n'a duré que quelques secondes. Le jeune homme courait, après avoir été transformé en torche humaine. 
 
Ronaldo Schemidt présent sur place avait déjà commencé à prendre des photographies. Il ne s'est pas rendu compte immédiatement qu'un jeune homme était en train de brûler. Les opposants et les ambulanciers ont fort heureusement pu réagir rapidement et aider le jeune Victor Salazar. Le jeune homme a subi des brûlures au premier et au deuxième degré sur 70% du corps. Il a subi 42 greffes de peau. Un an après le drame, il est toujours en soins chez lui dans le sud du Venezuela, à Ciudad Guyana. Les quatre mois d'affrontements urbains au Venezuela en 2017 ont fait 125 morts.
 
La journaliste Adeline François de la matinale de BFMTV s'est excusée après avoir prononcé un commentaire jugé dégradant pour les photoreporters lors d'un journal télévisé au sujet du prix World Press Photo 2018 décerné à Ronaldo Schemidt, sur le malheureux manifestant en proie aux flammes. 
 
La présentatrice de la matinale de BFMTV a indiqué lors du journal que "Ronaldo Schmidt a juste appuyé sur le clic-clac au bon moment". Sur Twitter, de nombreux photoreporters ont exprimé leur colère face aux propos d'Adeline François sur BFMTV.
 
La journaliste s'est confiée depuis à la rédaction du Huffington Post. Elle présente "ses excuses les plus plates et les plus sincères aux photoreporters qui ont pu croire qu'elle voulait dénigrer leur métier."
 
 
 
 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€