Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sept à Huit : les confidences de Morten Storm, djihadiste repenti devenu agent de renseignement

Thierry Demaizière a rencontré ce Danois aujourd'hui menacé de mort par Al-Qaïda pour avoir trahi le groupe djihadiste.

Témoignage choc

Publié le

Le témoignage fait froid dans le dos. Dimanche dans Sept à Huit, Thierry Demaizière a rencontré Morten Storm ancien membre d'Al-Qaïda au parcours incroyable. Car à 39 ans, le Danois a connu plusieurs vies. D'abord celle de petit délinquant avant de se convertir à l'islam. Très vite, il rejoint Al-Qaïda au Yémen. De plus en plus radical, son rêve est de faire le djihad et de commettre des crimes contre les "infidèles". Un des responsables lui promet alors qu'il va agir en Somalie. "C'était comme si on me proposait de participer à la Coupe du monde" affirme-t-il. Mais quelques jours plus tard, le même homme lui dit qu'il ne part plus.

"Je me suis senti trahi, comme si Dieu m'abandonnait" a-t-il dit. C'est alors qu'il surfe sur Internet et voit les arguments qui critiquent la méthode d'endoctrinement d'Al-Qaïda. "Ça m'a explosé à la figure. J'ai réalisé à quel point j'étais dangereux" raconte le Danois. Dégoûté, en 2006, Morten Storm contacte les services secrets danois (PET) pour leur proposer son aide. "Je pouvais infiltrer les branches les plus élevées d'Al-Qaïda au Yémen et en Somalie" lance-t-il. Il se transforme alors en agent infiltré pour la PET et la CIA. "C'était surréaliste pour moi d'être impliqué à un aussi haut niveau du contre-terrorisme" témoigne-t-il. 

Grâce à son aide, les Américains ont pu tuer ou arrêter 60 terroristes. Mais aujourd'hui, l'homme a arrêté ses voyages au Yémen et vit caché dans un endroit tenu secret. "Je sais que je suis en haut de leur liste et qu'ils veulent me tuer. Trahir Al-Qaïda était un devoir humaniste. Je devais le faire. Et si on veut changer le monde, c'est la meilleure des choses à faire" dit Storm qui vit sans protection. 

 

 
 
 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€