Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La quasi-totalité de l'opposition quitte l'Assemblée après une remarque de la ministre de la Justice

Un projet du gouvernement pour encadrer les amendements ainsi qu'une réponse de Nicole Belloubet, ont provoqué une grosse colère chez les députés.

Foule frondeuse

Publié le

Un hémicycle bien frondeur. Ce mercredi, Nicolas Belloubet a été interrogée à propos de la réforme constitutionnelle, qui a notamment pour objectif d'accélérer le processus législatif.  Avec la limitation du droit d'amendement, "vous allez priver les parlementaires d'un droit d'expression" a jugé le député LR Philippe Gosselin, à l'occasion d'une question à la ministre de la Justice.

"Je ne crois pas que le gouvernement ait pour ambition de bâillonner nos représentants" a rétorqué cette dernière. "Je ne suis pas sans savoir comme vous que l'amendement fait partie du droit d'initiative législative.

Mais je crois, monsieur le député Gosselin, qu'il faut cesser de confondre la forme c’est-à-dire le nombre, et le fond, c’est à dire la qualité".

Une dernière phrase qui a piqué au vif l'opposition… qui a tout simplement pris ses cliques et ses claques. Malgré le "allons, allons mes chers collègues" du président François de Rugy, une foule bien diverse composée de parlementaires LR, France insoumise, FN en passant par le PS, a tout bonnement quitté les lieux en signe de protestation.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€