Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Poules pondeuses : une vidéo de L214 dénonce les conditions dans un élevage breton

Les images montrent des milliers de poules en mauvaise santé, vivant en cage et dans le noir, et des cadavres dans différents états de décomposition.

Maltraitance

Publié le

Nouvelle estocade de l'association L214 contre l'élevage industriel. Dans une vidéo publiée ce dimanche, que l'association déclare avoir tournée en mars 2018 dans un élevage des Côtes-d'Armor, on peut voir des cadavres de poules entassés dans une brouette, ou directement dans les batteries. Certaines sont en état de décomposition, parfois très avancé, au milieu de leurs congénères qui les piétinent et les picorent. 

Cette vidéo tournée dans une exploitation de 180.000 poules en batterie vise à "montrer la réalité de ses pratiques et les terribles conditions de vie des poules en cage", explique au JDD Brigitte Gothière, cofondatrice de l’association.

L'actrice Sophie Marceau, qui y apparait, souligne que dans cet élevage, "plus de 180.000 poules sont entassées dans des cages qui s’alignent à perte de vue sur plusieurs étages".

Elle déplore que "ces animaux n'(aie) nt jamais vu le ciel" et en appelle aux députés pour renforcer la réglementation.

La FNSEA a réagi par la voix de son vice-président, Etienne Gangneron : "L214 sort ses vidéos non pas pour protéger les animaux mais dans un calendrier politique. S’ils voulaient protéger les animaux, ils auraient publié avant cette vidéo", a-t-il dit. "La méthode est délétère, ils prennent des élevages qui représentent 0,5 % du secteur, des gens qui travaillent mal pour porter le discrédit sur toute la profession", a-t-il ajouté.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€