Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Parcoursup : 17 000 élèves toujours dans l'impasse

De nombreux étudiants sont particulièrement angoissés et attendent que leur situation se débloque enfin sur la plateforme.

Rentrée particulièrement stressante

Publié le

A quelques semaines à peine de la rentrée, de nombreux élèves sont toujours sans affectation. Ils seraient  près de 17 000 (16 453, au 7 août). Ces chiffres sont fort heureusement bien meilleurs que l'an passé, à la même époque. 

593 000 candidats connaissent déjà leur cursus pour la rentrée prochaine. 20% n'ont pas obtenu la filière qu'ils désiraient. 111 686 élévès n'ont pas encore fait de choix définitif. 

Le dispositif Parcoursup restera ouvert jusqu'à la fin du mois de septembre.

Certains élèves qui n'ont pas été en mesure de se connecter à Internet pendant leurs congés ont même vu leurs voeux être supprimés dernièrement. C'est le cas notamment de Louis Boyard, le vice-président de l'UNL.

Il a été "éjecté" de la plateforme faute d'accès à Internet durant ses vacances.  

Cette mésaventure a été relayée sur les réseaux sociaux et sur la plateforme d'aide, "Sos inscription", mise en place par l'UNEF, l'UNL, la FCPE et PLUS afin d'accompagner au mieux les élèves dans leur choix d'orientation et d'inscription. 

Si vous êtes confrontés à ces difficultés, il est possible de contacter Parcoursup, grâce à Twitter et à l'aide du formulaire de contact depuis son propre dossier. Une asisstance téléphonique permet également de rassurer les élèves dans ce fâcheux cas de figure. Parcoursup permet aux étudiants impactés par ce soucis de réintégrer le système et de retrouver l'ensemble de leurs voeux  et les place sur les listes d'attente. 

Plus que quelques semaines à patienter donc pour cette toute première rentrée sous l'ère du dispositif Parcoursup. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€