Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

ONPC : Nathalie Kosciusko-Morizet revient sur sa volonté de "greffage de couilles"

L'ancienne numéro 2 des Républicains était samedi 12 mars l'invitée politique de "On n'est pas couché" sur France 2.

Classe

Publié le
ONPC : Nathalie Kosciusko-Morizet revient sur sa volonté de "greffage de couilles"

La députée de l’Essonne, qui rêve d’être la première femme présidente de la République, a annoncé sa candidature à la primaire de la droite et du centre, mardi 8 mars, au "20 heures" de TF1. Suite à cette annonce, le Monde lui avait consacré un portrait, dans lequel elle expliquait être "en mode greffage de couilles" avec ses collègues, qu’elle juge trop timorés.

Samedi dans On n'est pas couché, elle est revenue sur cette expression fleurie, suite à une remarque de la journaliste Léa Salamé. "Je l'ai dit. Bon... je l'ai dit dans un cadre informel, ça avait pas forcément vocation à être écrit dans un journal, en plus en l'occurrence Le Monde", explique NKM. 

"Comment dire...

c'est vrai, c'est toujours un peu surprenant comme expression quand c'est sur le papier, d'autant plus qu'on m'a fait remarquer que c'était à peu près la seule chose qui se greffait pas", poursuit-elle.

Pour la candidate, "au-delà du langage fleuri, y'a cette idée qu'on a trop reculé, et que maintenant faut y aller. Faut transformer véritablement le pays, faut pas faire les choses à moitié, faut pas faire semblant, faut pas faire des demi-mesures."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 14/03/2016 - 10:22 - Signaler un abus Le langage

    "fleuri" (quelle galanterie) de ces femmes politiques (Belkacem et Cosse comprises) rejoint celui des hommes que l'on accuserait de goujaterie (au moins) dans pareil cas et ces dames oseraient s'en offusquer.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€