Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

On n'est pas couché : le coup de gueule de Jérémy Ferrari contre Manuel Valls

L'humoriste a notamment critiqué la venue du président gabonais Ali Bongo, qui est selon lui un "dictateur", à la marche pacifiste du 11 janvier 2015.

Clash

Publié le

Les images de l'échange houleux entre l'humoriste Jérémy Ferrari et Manuel Valls, samedi soir sur France 2, étaient très attendues par les téléspectateurs depuis l'enregistrement du talk-show jeudi dernier.

En toute fin d'émission, l’humoriste a poussé un "coup de gueule" très remarqué contre le Premier ministre, notamment à propos d’une caricature rendant hommage aux victimes de Charlie Hebdo.

Jérémy Ferrari a notamment critiqué la venue du président gabonais Ali Bongo, qui est selon lui un "dictateur", à la marche pacifiste du 11 janvier.

"Vous avez dit qu’on était en guerre. Non, non, non... Vous, vous êtes en guerre, votre gouvernement est en guerre mais nous, nous ne sommes pas en guerre! Nous, on se fait tirer dessus quand on va à des concerts. Il y a des gens qui ont des kalachnikovs sur eux, des armes? Il y a des gens qui veulent tuer des musulmans? Non, personne. Vos décisions internationales sont en guerre mais pas nous!", a-t-il lancé à Manuel Valls. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par C3H5.NO3.3 - 18/01/2016 - 14:12 - Signaler un abus tempête sous des cranes de bobos

    Je voudrais eviter de commenter des emissions que je ne regarde pas. Je remarque juste que depuis un certain temps, les gens de gauche s'invectivent entre eux, entre victimes de l'islam et jusqu'au boutistes de la collaboration.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€