Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Sarkozy en garde à vue : quand Nadine Morano s'énerve contre Pascal Praud

Ce mardi 20 mars, Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre dans le cadre de l’enquête sur le possible financement par la Libye de sa campagne présidentielle de 2007.

En colère

Publié le

Ce mardi 20 mars, Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre. Il y était convoqué pour répondre aux questions des enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), dans le cadre de l’enquête sur le possible financement par la Libye de sa campagne présidentielle de 2007. Interrogée à ce sujet sur CNews, Nadine Morano a perdu son sang-froid face à Pascal Praud.

"Depuis ce matin, tous les médias se précipitent sur cette information. C'est un moment désagréable pour ses proches, ses amis et évidement encore plus pour lui", a-t-elle déclaré. Et d'ajouter : "Mon téléphone sonne beaucoup quand il [Nicolas Sarkozy, NDLR] est mis en garde à vue, comme beaucoup de personnes politiques que vous êtes en train de contacter en ce moment, mais quand il y a des non-lieu, ça sonne moins. Il y a une disproportion entre le traitement médiatique d'une mise en garde à vue par rapport à celle d'un non-lieu.

Je considère qu'il y a un traitement particulier".

>>> À lire aussi : Garde à vue de Nicolas Sarkozy : quelle ligne de défense médiatique pour l’ancien président ?

Visiblement, Pascal Praud n'a pas apprécié cette critique. "Je suis obligé de vous couper … parce que ça va quand même dans tous les sens", a-t-il déclaré. Une remarque qui a choqué la députée LR européenne. "Lorsqu'il y a une mise en garde à vue tous les médias nous sautent dessus, et même si ça vous dérange. Mais quand il y a des non-lieu vous n'appelez quasi-pas. Alors ça si c'est pour (aller) dans tous les sens, je regrette de ne pas aller dans le sens que vous voulez mais dans tous les cas c'est le mien", a-t-elle répété, avant de raccrocher en direct.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par mymi - 20/03/2018 - 18:06 - Signaler un abus J'ai assisté à cet échange

    Et Pascal Praud m'a énormément déçu en se comportant de manière extrêmement mal élevée vis-à-vis de Madame Morano ne la laissons pas parler , lui coupant la parole et sous-entendant ("je vous coupe la parole car vous allez dans tous les sens et en tout cas pas dans le mien !!!") Il sous-entend qu'il ne veut pas écouter des propos auxquels il n'adhère pas !!! Bravo ça c'est du journalisme !!!

  • Par PIVETEAU - 21/03/2018 - 11:21 - Signaler un abus La dictature des médias

    Inquiétant cette atteinte à notre liberté d'expression! . Ces médias nous imposent la leur : la pensée unique. Ce n'est pas du journalisme mais de la manipulation mentale!!!

  • Par assougoudrel - 21/03/2018 - 13:48 - Signaler un abus J'ai entendu aussi le gros

    Calvi sur RTL; on devinait de quel coté il penchait tel la tour de Pise.

  • Par zen-gzr-28 - 21/03/2018 - 14:08 - Signaler un abus Quelle morgue !

    Quel morgue à l'encontre de N.Morano de la part d"un journaliste irrespectueux, désobligeant, condescendent. Le titre pour cet article aurait eu plus de sens en ces termes "Madame Nadine MORANO a remis à sa place un journaleux qui dépassait les bornes"

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€