Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Hulot confirme l'interdiction du glyphosate sous trois ans et la volonté d'inscrire l'environnement dans l'article 1 de la Constitution

Nicolas Hulot a profité de la visite d'Emmanuel Macron au cap Fréhel ce mercredi 20 juin pour faire des annonces à la presse, notamment sur le glyphosate et sur l'article 1 de la Constitution.

Ecologie et environnement au pouvoir

Publié le

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, s'est exprimé devant les médias dans le cadre du déplacement du président de la République, le mercredi 20 juin. Il en a profité pour faire le point sur de nombreux sujets brûlants comme le nucléaire ou bien encore sur sa collaboration avec Stéphane Travert.  

Nicolas Hulot, dans le cadre de ces déclarations, a indiqué qu'il était confiant sur le délai de trois ans que la France s'est fixé pour sortir du glyphosate. 
 
"Je vous fiche mon billet, pardon de l’expression, que dans trois ans, pour au moins 90 ou 95% des cas, on aura trouvé des alternatives.
S’il reste 5 %, quelle avancée ! (…) Derrière le glyphosate, les méthodologies que nous allons mettre en place pour évaluer la dangerosité et trouver les alternatives, elles vont servir pour tous les autres pesticides (…) Sur la transition énergétique, on est en train de changer d'échelle".
 
Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, vont réunir vendredi matin "tous les acteurs de la filière agricole pour bâtir des plans d'action pour sortir du glyphosate". 
 
Nicolas Hulot a également annoncé ce mercredi que le gouvernement souhaitait inscrire la défense de l'environnement dans l'article 1 de la Constitution.  
 
"Ça sera dans l'article 1, maintenant (dans) la formulation il faut regarder (...) notamment la portée juridique. C'est le vœu gouvernemental. Personnellement, je souhaite que environnement, climat et biodiversité y figurent, que la finitude des ressources également y figure, mais ça pose un problème juridique donc ce n'est pas aussi simple que ça".
 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€