Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Macron : "si vous n'êtes pas en danger dans votre pays, il faut retourner dans votre pays"

A une dame qui l'interpellait lors d'une distribution de repas organisée à Paris par les Restos du coeur, le président a déclaré que la France acueillerait les réfugiés politiques, mais qu'elle ne pouvait pas donner la nationalité française ou un titre de séjour aux autres.

Immigration

Publié le

Une dame voilée, apparemment marocaine, vient demander au président pourquou il ne donne pas la nationalité aux sans-papiers français. 

"Je ne peux pas vous mentir: en France, on va protéger tous les gens, qui relèvent de l'asile et qui ne sont pas en sécurité chez eux, ça on accueille. Je veux qu'on loge tout de suite, que les gens ne soient pas dans la rue."

La femme lui réplique qu'elle a un problème de maladie avec ses parents.

"Mais, je suis bien d'accord, mais on ne peut pas accueillir tous les gens qui viennent avec des visas de commerce ou d'étudiants et qui restent après. Donc après, il faut retourner dans son pays, je vous le dis franchement. Après on aide les gens quand ils sont malades, mais on ne peut pas donner des papiers à tous les gens qui n'en n'ont pas. Sinon comment je fais avec les gens qui sont déjà là et qui n'arrivent pas à avoir un travail. Il faut protéger les gens très faibles qui sont en insécurité chez eux, mais si vous n'êtes pas en danger dans votre pays, il faut retourner dans votre pays.

Et au Maroc vous n'êtes pas en danger !"

La femme lui explique que ses parents ont un visa.

"S'ils sont là on les soigne, C'est les lois de la République. C'est déjà très généreux, vous ne trouvez-pas ?"

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€