Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Gauchistes dehors", "journalistes de merde" : Elise Lucet huée par les actionnaires de Carrefour

La journaliste de France 2 s’intéressait aux coulisses du marché du coton.

Chaleureux

Publié le

Dans le dernier numéro de Cash Investigation, diffusé mardi soir sur France 2, Elise Lucet a abordé un sujet brulant : le coton.  D'après l'enquête du magazine, les magasins de l’enseigne Carrefour vendent des vêtements en coton venant d'Ouzbékistan, où il est récolté grâce au travail forcé  de milliers de personnes, dans des conditions tr-s difficiles.

Elise Lucet s'est rendue à l’Assemblée générale de Carrefour en tant que simple actionnaire pour rencontrer Georges Plassat, alors patron de la marque. Après un échange assez peu convaincant mais calme, la journaliste de France 2 a quitté la salle sous quelques applaudissements...mais aussi aux cris de : "Gauchistes dehors", "les fonctionnaires dehors" ou encore "journalistes de merde".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 30/11/2017 - 17:12 - Signaler un abus On l’a reconnue

    Ça fait toujours plaisir.

  • Par essentimo - 01/12/2017 - 07:37 - Signaler un abus Est-elle bête ou inconsciente

    pour ne pas réaliser que derrière chaque entreprise qu'elle accuse, ce sont les salariés qui payent les pots cassés ?

  • Par vangog - 04/12/2017 - 21:32 - Signaler un abus Et le travail des enfants en Turquie, au Maroc?...

    La moitié de ce que portent les Français fait intervenir des enfants à un des stades de sa fabrication, et cela s’appelle la mondialisation! Nous, patriotes, avons une solution pour éviter ces dérives qui augmentent et cela se nomme « relocalisation des industries » et passe par la taxation des produits importés, avec taxes supplémentaires pour les produits non traçables... mais c’est sûrement demago, pour les bobos, qui s’emeuvent de voir travailler des enfants, tout en achetant leurs produits chez HetM,

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€