Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Fous moi le camp connard" : une femme interpelle l'assaillant de Liège

Les images confirment que Benjamin Herman, auteur de l'attentat qui a eu lieu mardi 29 mai en Belgique, a crié "Allahu Akbar".

Surréaliste

Publié le

La vidéo amateur présente un dialogue frappant et explicite entre le responsable de la tuerie de Liège et une civile. Depuis son balcon, la femme s'agace, et filme Benjamin Herman en criant des insultes à son encontre lorsqu'il se trouve au pied de son immeuble. La tentative d'interpellation est clairement illustrée. Les forces de l'ordre arrivent et tentent de neutraliser le tueur.

 

Des propos sans langue de bois

 

La clarté auditive du film confirme que l'agresseur a crié "Allahu Akbar" après son acte. Inouïe, tel est le mot qui vient à l’esprit après visionnage de la séquence.

La femme invective l'homme spontanément sans se censurer : "fous-moi le camp connard", "tu as de la chance que je ne sois pas armée" ou encore "abattez-le" peut-on entendre dans la vidéo.

 

"L'objectif de l'assassin était de s'en prendre à la police"

 

La fin de la vidéo met en scène les policiers qui ont participé à l'intervention. Christian Beaupère, chef de corps de la police liégeoise a tenu à souligner leur courage. "Quatre policiers ont été blessés et transportés à l'hôpital. L'un d'eux a déjà quitté l'établissement hospitalier tandis qu'un autre a été gravement touché au niveau de l'artère fémorale. Ses jours sont actuellement en danger." 

 

Le chef de corps a par ailleurs décliné l'identité des deux policières décédées, toutes deux mamans : Soraya Belkacemi (née en 1973) et Lucile Garcia (née en 1964).  Quant à la troisième victime, le jeune homme de 22 ans tué dans son véhicule, s'apprêtait à passer le diplôme d'instituteur, a indiqué le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer. 

 

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€