Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Emmanuel Macron devant le Congrès à Versailles : les grandes lignes de son discours

Les 925 parlementaires français étaient réunis cet après-midi au Château de Versailles pour assister au deuxième discours du Congrès d'Emmanuel Macron. Une initiative critiquée et marquée par l'absence de tous les députés de la France Insoumise ainsi que par plusieurs députées des Républicains.

En grande pompe

Publié le

La deuxième édition de ce discours au Congrès a divisé. Alors que la cote de popularité d'Emmanuel Macron est en baisse, -d'après un sondage Odexa pour le Figao et Franceinfo parru jeudi dernier, seuls 29% des français estiment que la politique du Président est juste et seuls 34% la jugent efficace- il s'est adressée à une salle moins pleine que l'an passé. Les députés de la France Insoumise étaient à nouveau aux abonnés absents, mais ils n'étaient plus les seuls : plusieurs députées Les Républicains ainsi qu'un député La France en marche avaient également décidé de passer leur tour. 

Si l'évènement jugé trop coûteux par certains, n'était pas du goût de tous, le Président français a néanmoins tenu à s'exprimer pendant 1h30 sur les grandes orientations de sa politique pour les douze prochains mois.

Parmi les thèmes abordés, la nécessité de reconstruire un Etat-providence propre au XXIème siècle. Un Etat-providence qui serait "émancipateur, universel, efficace, responsabilisant. Couvrant davantage, protégeant mieux, s'appuyant sur les mêmes droits et les mêmes devoirs pour tous".

Emmanuel Macron est également revenu sur la réforme des retraites, arguant que "faire croire que nous voudrions supprimer les pensions de réversion est une rumeur malsaine, visant à faire peur : rien ne changera pour les retraités d'aujourd'hui, rien !".

Il s'est ensuite attardé sur les réformes de l'assurance chômage et des minimas sociaux : "nous allons transformer notre système de solidarité pour le rendre plus universel et plus responsabilisant, et exiger de chacun qu'il prenne sa part dans la société, à sa mesure". 

L'autre grand sujet abordé par Emmanuel Macron cet après-midi était celui du plan de lutte contre la pauvreté. Un plan récemment reporté à septembre et qui devrait être mis-en-place courant 2019. Un plan dont le Président "souhaite qu'il engage toutes les forces vives de la société, et au premier chef ceux qui vivent dans la pauvreté" afin qu'il permette "à nos concitoyens pauvres non pas de vivre mieux, mais de sortir de la pauvreté, une bonne fois pour toutes". 

Dernier gros point de son discours : la lutte contre le terrorisme. Point au travers duquel le Président a évoqué l'instauration cet automne d'un "cadre et de règles" visant à garantir que l'islam s'exerce partout en conformité avec les lois de la République.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€