Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Egypte : la danseuse qui défie Morsi

Une vidéo de danse du ventre "militante" crée l'émoi depuis quelques jours du côté du Caire. En jeu : le vote d'une nouvelle Constitution particulièrement contestée.

Oh, Morsi!

Publié le

Dans la nuit du 14 au 15 décembre, Sama al-Masri a été victime d'une tentative d'enlèvement ; quelques heures plus tard, était publiée sur Youtube la vidéo qui allait faire d'elle la nouvelle égérie - contestée - du front anti-Morsi en Egypte.

Alors que le président a lancé une consultation populaire sur deux jours pour voter une nouvelle Constitution, le pays s'embrase entre ses partisans, proches des Frères Musulmans au pouvoir, et ses opposants qui y voient un projet liberticide en totale négation de la révolution de la place de Tahrir.

Ces derniers voient leur lutte s'enrichir d'une manière... inattendue.

Mise en ligne sur Youtube le 15 décembre et malgré le fait qu'elle ne soit pas accessible dans les médias de son pays d'origine, cette vidéo de danse du ventre a déjà cumulé plus de 500 000 visites. Mais, derrière la chorégraphie, les paroles ne manquent pas de piquant : "En une seule nuit, ils ont achevé leur petite cuisine constitutionnelle" dit-elle en référence aux 18 (!) heures nécessaires pour mettre en place ce nouveau texte.

Malgré cette tentative dénuée de moyens (décor minimaliste à l'extrême), il paraît improbable que le vote de cette nouvelle Constitution se termine mal pour Mohammed Morsi : alors même que le second jour du vote n'a pas encore eu lieu, le "oui" est déjà presque sûr de l'emporter.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€