Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Christiane Taubira torpille le projet de loi asile et immigration

Dans un entretien vidéo accordé à la revue "Regards", l’ancienne ministre a déploré que l'exécutif tente d'effrayer "l'opinion publique européenne".

Scud

Publié le

Si elle prend peu la parole, Christiane Taubira reste une personnalité régulièrement sollicitée par les médias. L'ex-ministre de la Justice a récemment accordé un entretien vidéo à la revue "Regards", entretien mis en ligne ce lundi. "Je suis en retrait du bruit et du brouhaha politique, de tout ce qui est superficiel et artificiel" a-t-elle d'abord expliqué, estimant néanmoins être "dans le fond" et rencontrer "beaucoup la jeunesse".

Interrogée sur son positionnement et son image d'égérie d'une certaine gauche, elle répond : "La gauche, ce sont des idéaux.

Je crois que la gauche a un avenir, en France, en Europe et dans le monde. Les êtres humains sont égaux, les citoyens des différents pays sont fondamentalement des citoyens de la terre. La bataille pour l'égalité est inachevée. L'avenir du monde a besoin de gauche".

Mais l'ancienne garde des Sceaux s'est également montrée critique envers le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, et notamment le projet de loi asile et immigration, souvent qualifiée par la majorité de ferme et d'humain. "La juxtaposition des mots “fermeté et humanité” n'a pas de sens" a-t-elle fustigé. "Nous sommes dans une période de circulation humaine, il est donc absurde de vouloir endiguer cette circulation humaine juste pour satisfaire une partie de l'opinion publique. Effrayer l'opinion publique européenne parce qu'un peu moins d'un million de personnes arrivent aux portes de l'Europe, de 500 millions d'habitants, il y a un moment où il faut peut-être opposer les choses".

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 13/02/2018 - 11:45 - Signaler un abus Non madame,

    je ne suis pas votre égal, je ne supporte pas d'être l'égal d'un esprit aussi malsain que le votre. Que vous avez vos idées et vos convictions, c'est votre droit et je le respecte, mais que vous vouliez en faire un diktat pour tous, non. Vous avez prouvé par votre incompétence, vos mensonges, votre esprit perverti que vous ne respectiez pas la Justice. Alors maintenant que les électeurs vous ont remercié, basta.

  • Par BABOUCHENOIRE - 13/02/2018 - 17:09 - Signaler un abus Comment elle n'est pas encore retournée dans sa

    Guyane natale pour apporter toute son aide et expérience à ses sœurs.

  • Par Deudeuche - 14/02/2018 - 06:18 - Signaler un abus Immigration pour tous!

    C’est le progrès societal, inéluctable, être contre est du dérapage, il faut être inclusif et bla-bla-bla. Ça a marché pour l’inversion de quelques dizaines de milliers, pourquoi pas le hall de gare pour un million par an. L’Europe ne craint rien car elle a tellement d’enfants de “souche” et est tellement sûre d’elle même etc.... Comment la débranche t’on, sérieux! Trêve de plaisanterie!

  • Par LOTHARINGIEN 31 - 17/02/2018 - 11:43 - Signaler un abus TAUBIRA

    elle ose encore la ramener ? cette donneuse de leçons ferait bien de se retirer définitivement dans la forêt guyanaise pour nous éviter ses logorrhées et ses mensonges ... Une icône , normalement , c'est muet ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€