Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Assemblée : dispute sur les selfies entre François de Rugy et les députés LFI

"Vous avez passé beaucoup de temps à prendre des photos de groupe", a lancé le président de l'Assemblée nationale à Clémentine Autain (LFI).

Accrochage

Publié le

Dans le cadre de l'examen du projet de loi contre les violences sexuelles - porté par la Secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa - adopté par l'Assemblée tard dans la nuit de mercredi 16 à jeudi 17 mai, les débats ont été perturbés par une dispute sur les selfies qui a éclaté entre le président de l'Assemblée nationale François de Rugy et le groupe de la France insoumise.

"Arrêtez avec vos leçons de morale"

François de Rugy a en effet été agacé par le retard accumulé lors de l'examen des amendements et a reproché à la députée LFI Clémentine Autain une prise de parole pas assez rapide, selon lui. "Il faut quand même suivre Mme Autain. Vous avez passé beaucoup de temps à prendre des photos de groupe. C'est bien sympathique mais dans l'hémicycle on est surtout là pour présenter les amendements qu'on a déposés", a-t-il lancé. Vexée, l'élue a réclamé une suspension de séance : "Je trouve que la façon dont vous traitez les élus de l'opposition avec condescendance et mépris...

Cela fait trois jours que nous sommes là. Je n'ai quasiment pas quitté l'hémicycle. C'est indécent". "Arrêtez avec vos leçons de morale, on n'est pas à l'école", a-t-elle ajouté.

"On ne peut pas laisser passer que vous disiez que l'opposition est maltraitée. Tous vos amendements ont été appelés de la façon la plus claire qui soit. [...] Cela suffit. A un moment donné, on ne peut pas tout dire sur le bon déroulement des débats", lui a répondu François de Rugy, tout en acceptant finalement une suspension de séance. "A votre disposition M. le président pour une photo également. Cela ira très vite", lui a lancé peu après le député Insoumis Alexis Corbière. "C'est évidemment la mission première des députés dans l'hémicycle", a rétorqué François de Rugy.

 

 

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€