Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

12/12/12 : Bruno Duvic fait sa revue de presse sur France Inter... en alexandrins !

Très belle prouesse lexicale du journaliste qui, à l'occasion du 12 décembre 2012, a fait sa revue de presse matinale... en vers de 12 syllabes.

Prouesse

Publié le

A la base ce n'était qu'un pari audacieux, il s'en est tiré un résultat savoureux.
Patrick Cohen, lundi, avait défié Bruno Duvic pour qu'il réalise un beau numéro.
Toute une revue de presse, tout en alexandrins, ce beau jeu fut lancé, le défi fut malin.
Et donc ce mercredi, pour sa revue d'infos, des douzaines de syllabes ont ponctué son solo.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Outre-Vosges - 16/12/2012 - 10:49 - Signaler un abus Ne décourageons pas cet effort mais…

    À entendre ces alexandrins laborieux je pense à la poésie de la basse latinité où de braves gens essayaient encore d'écrire en vers alors qu'on avait désormais le plus grand mal à distinguer les longues et les brèves sur lesquelles reposait la prosodie. On voit bien que les Français malheureusement n'ont plus le sens du rythme dans la tête, au contraire des petits Allemands (et jadis des petits Alsaciens) qui dès l'école primaire rapportent à la maison des petits morceaux subversifs mais au rythme iambique impeccable: «Eins, zwei, drei, vier, fünf, sechs, sieben/ In der Schule wird geschrieben» (voyez la suite avec un moteur de recherche).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€