Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Yves Lévy, le mari d'Agnès Buzyn, nommé au conseil d'Etat

L'ancien dirigeant de l'Inserm va devenir conseiller juridique pour le gouvernement.

Nomination

Publié le
Yves Lévy, le mari d'Agnès Buzyn, nommé au conseil d'Etat

 Crédit ludovic MARIN / POOL / AFP

Yves Lévy a été nommé "conseiller d'Etat en service extraordinaire" ce mercredi 10 octobre, à l'issue du conseil des ministres. Ce poste très convoité est soumis à des quotas, le nombre de conseillers d'Etat non-juristes s'élève à douze maximum.  

Selon des informations de la rédaction de Marianne, ses fonctions seront similaires à celles d'un conseiller juridique du gouvernement au sujet des projets de lois.

Yves Lévy va exercer des fonctions consultatives pour le Conseil d'Etat. D'après des indiscrétions de l'hebdomadaire, il devrait percevoir la somme de 1.558 euros bruts mensuels pendant une période de cinq ans. Des revenus additionnels importants (pouvant atteindre 4.583 euros brut mensuels) devraient s'ajouter également dans le cadre de sa nouvelle mission, selon Marianne. 

Les conseillers d'Etat délivrent une appréciation sur la conformité de chaque projet de loi de l'exécutif au droit de l'Union européenne et à la Constitution française. 

Yves Lévy était à la tête, depuis 2014, de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Yves Lévy avait finalement retiré sa candidature afin d'éviter de possibles conflits d'intérêts avec les fonctions de son épouse Agnès Buzyn, la ministre de la Santé.  

Depuis la fin de son mandat de quatre ans, le 12 juin dernier, Yves Lévy restait président par intérim de l'Inserm, en attendant la nomination de son successeur. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/10/2018 - 15:53 - Signaler un abus Le saltimbanque de l'Élysée a deux moteurs politiques

    Le premier est de remplir son compte illégal à Saint Kitts. Pour récompenser sa pute de la santé de l’obligation vaccinale totalement démesurée pour laquelle Novartis va le payer à vie, il donne à son jules un poste de première classe à nos frais. Le deuxième moteur politique est pour lui de récompenser ceux qui insultent la France comme son Bencaca, le repris de justice pédé de Saint Martin ou la salope du Rwanda. CQFD

  • Par vangog - 12/10/2018 - 22:13 - Signaler un abus La France écorchée vive...

    la ripoublique des coquins de Mitterrand-l’hypocrite a grandi...aujourd’hui, ils sont tous devenus des professionnels du dépeçage d’une Nation...des bouchers!

  • Par alam - 12/10/2018 - 22:38 - Signaler un abus Lamentable

    le népotisme toujours.....

  • Par jurgio - 13/10/2018 - 15:25 - Signaler un abus La grande famille franc-macronique !

    En effet, cette pourriture d'hypocrisie et de népotisme date du début des années 80...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€