Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Yanis Varoufakis : "Le Grexit est utilisé pour créer la peur nécessaire et forcer Paris à acquiescer"

"Plus les créanciers s’obstinaient, plus la Grèce s’enfonçait dans la crise économique et sociale, et moins elle devenait réformable" a dénoncé l'ancien ministre des finances grec dans Le Monde diplomatique.

Confidence pour confidence

Publié le
Yanis Varoufakis : "Le Grexit est utilisé pour créer la peur nécessaire et forcer Paris à acquiescer"

Yanis Varoufakis, a publié dans Le Monde Diplomatique le récit des longs mois de négociations entre Athènes et ses créanciers. De ces innombrables réunions, de ces interminables débats, l'ancien ministre des finances grec en garde un souvenir amer et une profonde incompréhension. Pour lui, l'Europe "s'est entêtée" et savait qu'elle continuait à prêter de l'argent à un état insolvable. "Les spécialistes de la finance ont un nom : extend and pretend, ou stratégie du 'comme si',explique-t-il. Cela consiste à prêter toujours davantage à un débiteur insolvable comme s’il ne l’était pas, afin de ne pas avoir à enregistrer des pertes sur ses titres".

Yanis Varoufakis accuse le coup : "Plus les créanciers s’obstinaient, plus la Grèce s’enfonçait dans la crise économique et sociale, et moins elle devenait réformable. Pendant ce temps, les pertes potentielles des créditeurs gonflaient et gonflaient encore". Selon lui, le Grexit était évoqué pour faire peur à certains pays comme l'Espagne et la France et les obliger à capituler. "Le plan de Schaüble est de mettre la troïka partout : à Madrid, mais surtout à... Paris ! Paris, c'est le gros lot. C'est la destination finale de la troïka. Le Grexit est utilisé pour créer la peur nécessaire pour forcer Paris, Rome et Madrid à acquiescer". Selon Yanis Varoufakis, "en 1967, il y avait les tanks [des colonels]. En 2015, il y avait les banques".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 03/08/2015 - 16:28 - Signaler un abus Parole de Varoufakis

    la vérité si il ment!

  • Par toupoilu - 03/08/2015 - 17:31 - Signaler un abus "la destination finale de la troika, c'est paris"

    Excellent. :D

  • Par Anouman - 03/08/2015 - 20:45 - Signaler un abus Grèce

    Là encore les dirigeants Européens ont encore montré leur incompétence. Il fallait laisser filer la Grèce dans la faillite, enregistrer les pertes une bonne fois pour toutes (on les enregistrera de toute façon) et en finir. On ne peut certainement pas dire merci aux procrastinateurs Hollande et Merkel de leur règlement de la crise, qui n'en est pas un.

  • Par clint - 03/08/2015 - 21:05 - Signaler un abus J'ai mal à la France de la voir assimilée à une Grèce !

    Quant on pense à ce que tous nos rois ont fait pour construire la France, Bonaparte pour lui redonner un rôle en Europe (centre du Monde), et De Gaulle pour sauver la France et la République, se voir assimiler, grâce à Hollande (mais ce n'est pas, hélas, le seul) aux "métèques" démontre comment on descend très vite au plan international !

  • Par vangog - 04/08/2015 - 00:07 - Signaler un abus Dommage, car son idée de Grexit était bonne...

    mais il a fait chier tout le monde avec ses théories économico-fumeuses neo-marxistes à la Piketty...Varoufakis s'est auto-annihilé tout seul!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€