Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Wikileaks révèle l'humour particulier de Bachar Al-Assad

Parmi plus de 500 mails envoyés par Bachar Al-Assad, aucun secret d'Etat mais des dizaines de blagues graveleuses et misogynes.

LOL

Publié le

"Je n’ai pas peur du terrorisme. J’ai été marié pendant deux ans" ou encore "Nous nous tenons toujours par la main. Si je la laisse aller, elle entre dans les magasins". Voilà le genre de blagues que Bachar Al-Assad pouvait envoyer à ses proches collaborateurs et notamment à sa traductrice avant le début de la révolution syrienne.

Sur les 2 434 899 mails des Syria Files révélés par WikiLeaks, 538 e-mails ont été envoyés par sam@alshahba.com, l’adresse e-mail de Bachar el-Assad. On y trouve notamment des dizaines de blagues, parfois subtiles, mais pour la plupart graveleuses. Ci-dessous, une sélection des meilleures.

Dans un mail intitulé, "Générosité Britannique", Bachar Al-Assad écrit : 

"Les USA envoient des troupes. L’Arabie Saoudite du pétrole. La Nouvelle-Zélande des moutons, des bovins et de la nourriture. Les pays d’Asie du sud est de la main d’œuvre pour rebâtir les infrastructures. L’Australie du matériel et des équipes médicales. Pour ne pas être en reste, la Grande-Bretagne renvoie ses deux millions de Pakistanais. God Bless British generosity…"

En février 2010, il écrivait un email intitulé “Les femmes qui savent rester à leur place” et raconte comment la journaliste américaine Barbara Walters s’était étonnée de voir les femmes afghanes continuer à marcher plusieurs pas derrière leurs maris, comme du temps des Taliban :

"Pourquoi semblez-vous si heureuse de perpétuer cette vieille coutume que vous cherchiez pourtant désespérément à abolir ? La femme regarde Mme Walters droit dans les yeux et, sans hésitation, lui répond : “les mines antipersonnelles”. Moralité de l’histoire : derrière chaque homme, il y a une femme intelligente !"

Le 26 février 2011, 15 jours après la fuite (et la démission) d’Hosni Moubarak d'Egypte, Bachar el-Assad envoyait un un mail dont l'objet était “Un nouveau mot dans le dictionnaire” :

"Moubarak (verbe) : accrocher, coller quelque chose. Exemple : “je vais te frapper et te moubaraker au mur”, ou “tu peux moubaraker les différentes pièces pour les faire tenir ensemble”.
Moubarak (adjectif) : long à apprendre ou comprendre. Ex : “Pourquoi avez-vous besoin d’être aussi moubarak ?”
Moubarak (nom) : ex-petite amie psychotique qui n’arrive pas à comprendre que c’est fini."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cednono - 18/07/2012 - 15:22 - Signaler un abus C'est plutôt assez drôle

    et en tout cas nettement au-dessus du français moyen.....

  • Par LeditGaga - 18/07/2012 - 15:51 - Signaler un abus C'est clair...

    Un gars qui a autant d'humour et une si grande estime de la femme ne peut pas être foncièrement mauvais... on s'en doutait un peu ! Les pseudo-humoristes de l'hexagone devraient prendre exemple !

  • Par Fonky - 18/07/2012 - 16:25 - Signaler un abus C'est sans doute pour cet

    C'est sans doute pour cet humour particulier que notre ancien président, talonnette 1er, avait fait de ce sanguinaire dictateur l'invité d'honneur du 14 juillet. Entre lui et khadafi il avait des amis sympathiques. C'est aussi pour cela qu'on l'a dégagé...

  • Par doubab - 18/07/2012 - 22:57 - Signaler un abus one man show

    une solution pour la diplomatie virer ce meurtrier de la tête de l'état syrien et l installer comme comique chez Ruquier ; il ne pourra encore faire mourir les gens mais de rire

  • Par locke - 19/07/2012 - 01:03 - Signaler un abus et alors ?

    Il a beau être un dictateur a abattre, il a son humour. Graveleux ou pas. Certaines sont vraiment marrantes. C'est surement pas aux journalistes de nous dire comment on doit rire et à quels moments. Il sont là pour donner les faits, pas pour nous dire comment penser ou nous casser les couilles avec une propagande quelconque. Quelle qu'elle soit. Exit le petit Barthes !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€