Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 28 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Wikileaks : Les Etats-Unis auraient espionné les communications de nombreux décideurs mondiaux

Le groupe publie de nouveaux documents secrets selon lesquels les Etats-Unis auraient notamment espionné Angela Merkel et Ban Ki-moon.

Quelle surprise

Publié le
Wikileaks : Les Etats-Unis auraient espionné les communications de nombreux décideurs mondiaux

Les Etats-Unis auraient intercepté des communications entre Angela Merkel et Ban Ki-moon ; entre des chefs d'Etats alliés aux Etats-Unis et l'agence de l'ONU pour les réfugiés ; entre Benjamin Netanyahu et Silvio Berlusconi ; une réunion entre des responsables de haut niveau de l'Union européenne et du Japon ; une réunion entre Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Berlusconi ; une conversation où Nicolas Sarkozy aurait dit à Berlusconi que le système financier allait "sauter comme un bouchon de champagne"...

Ce sont les révélations, parmi d'autre, d'une nouvelle série de documents sortis par WikiLeaks. Il faut toujours prendre les révélations de WikiLeaks avec un grain de sel, mais selon l'organisation, les documents seraient des documents top secret des services de renseignement américains. "Si le secrétaire général [de l'ONU] peut être ciblé [par les renseignements américains] avec impunité, alors personne, du chef d'Etat au balayeur, n'est à l'abri", a déclaré Julian Assange dans un communiqué accompagnant les documents. 

Ces révélations sont évidemment une nouvelle humiliation pour les Etats-Unis, qui avaient déjà été impliqués dans de telles révélations, et avaient assuré mettre fin à ces pratiques. De nombreuses personnes ont été choquées : si on comprend parfaitement que des services de renseignement espionnent des terroristes ou des ennemis, lorsqu'il s'agit d'alliés la situation est peut être plus compliquée. 

A LIRE AUSSI : Piratage massif au FBI : comment les services de renseignement peuvent-ils s’adapter au monde de Wikileaks et des hackers ?

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€